Apprentiscènes 2013 : quand les apprentis franciliens jouent la comédie

Par Assia Hamdi, publié le 12 Février 2013
3 min

Du 10 au 18 avril 2013 aura lieu la septième édition des Apprentiscènes. Cette initiative, encadrée par la région Île-de-France, permet chaque année à des centaines d’apprentis franciliens d’écrire, de mettre en scène et de présenter des saynètes théâtrales sur leur profession et leurs préoccupations d’adolescents.

Quelque 600 apprentis de diverses filières, divisés en 100 groupes, ont débuté mi-janvier 2013 les ateliers de la septième édition d'Apprentiscènes. En 12 heures seulement, ces jeunes – dont la plupart n'ont jamais fait de théâtre – sont initiés à l'interprétation scénique par des metteurs en scène professionnels.

De l'écriture de saynètes...

Le chômage, le racisme, la peur de l'avenir, mais aussi les passions sportives et culturelles de ces ados sont les sujets illustrés dans les exercices. “Je pioche des idées chez eux, je m'adapte à leur vécu”, raconte Marc-Michel Georges, metteur en scène qui encadre les exercices d'improvisation depuis 2008.

Après avoir fait travailler leur aisance par des ateliers d'expression orale et gestuelle, les ados écrivent et mettent en scène une saynète sur le métier qu'ils sont en train d'apprendre ou sur leurs préoccupations de jeunes adultes.

... aux ateliers de techniques théâtrales

Les jeunes apprennent à s'exprimer oralement, à écouter les autres, à travailler en équipe mais aussi à bouger leur corps dans un espace. Des techniques qui leur seront utiles dans la vie professionnelle : savoir se vendre en entretien d'embauche, se comporter face à un employeur et des collègues, mais aussi ne plus être timide en société.

Au terme du deuxième atelier, les progrès se font déjà sentir chez Romain, 23 ans, apprenti carreleur-mosaïste : “J'ai peur des trous de mémoire, mais en quelques heures, j'ai déjà l'impression d'avoir progressé. J'ai moins le trac en parlant aux autres.”

Bruno Solo, parrain de cette édition

Les précédentes éditions d'Apprentiscènes ont été parrainées par des personnalités du monde du théâtre et du cinéma, comme Michel Boujenah, Mathieu Kassovitz, Omar et Fred ou Alexandra Lamy. Cette année, la mission du parrain est endossée par Bruno Solo, connu pour ses rôles dans la série “Caméra Café” et la trilogie “La Vérité Si Je Mens !”. Présent lors d'un atelier, le comédien a apprécié ce moment où il a transmis ses conseils aux jeunes apprentis carreleurs. “En deux heures d'atelier, ils se sont métamorphosés, ils sont sortis de leur timidité. Il me tarde de voir ce qu'ils vont faire.”

Les apprentis sous l'œil du jury

Le projet se termine en apothéose, puisque les 100 groupes d'apprentis interprèteront leurs saynètes à Paris du 10 au 18 avril 2013, au théâtre Pierre Cardin, dans le VIIIe arrondissement, et ce devant un public de 620 personnes. Un défi qui n'effraie pas Bakary, 17 ans, en première année de CAP carreleur-mosaïste. Pourtant, même s'il a déjà fait du théâtre au collège, il va se produire sur scène pour la première fois : “Au début j'avais peur, mais maintenant ça va mieux, je sens que je peux le faire”, affirme-t-il.

Les apprentis seront jugés par un jury de professionnels du spectacle mais aussi de responsables d'entreprises et membres du conseil régional. Un prix sera décerné aux trois meilleurs groupes. Mais, comme chaque année, ils auront tous gagné en assurance.