1. Le BTS selon Aurélien, élève en BTS viticulture-oenologie

Le BTS selon Aurélien, élève en BTS viticulture-oenologie

Envoyer cet article à un ami

Aurélien, 20 ans, s'est lancé dans des études de viticulture-oenologie avec un projet : reprendre le domaine familial situé près de Sancerre. Etudiant à Montpellier, il nous parle de son cursus, de ses loisirs, de sa vie en coloc, de sa passion pour la fabrication du vin...

Aurélien est tombé tout petit dans la culture du vin. La famille de cet étudiant de 20 ans, en deuxième année de BTS (brevet de technicien supérieur) viticulture-œnologie, possède un domaine viticole près de Sancerre (18) : le Domaine Bailly-Reverdy, situé sur les terres de Bué-sur-Sancerre. "C’est mon arrière-grand-père qui l’a créé. Celui-ci élevait des chèvres et cultivait des vignes. Mais c’est mon grand-père qui a développé le commerce du vin dans les années 50 en prospectant auprès des restaurateurs. Aujourd’hui, c’est mon oncle qui s’en occupe avec l’aide d’un maître de chais. Dans quelques temps, j’aimerais revenir au domaine et m’associer avec lui".

Choix de bac stratégique

Pour parvenir à ses fins, Aurélien s’inscrit d’abord en bac STAE (sciences et technologie de l’agronomie et de l’environnement), remplacé par le bac STAV (sciences et technologies de l’agronomie et du vivant), au lycée viticole de Beaune (21). "Au début, je n’étais pas spécialement chaud pour partir loin de chez moi. J’aurais préféré un bac pro proche de la maison. Mais mon père m’a conseillé de choisir un bac technologique. Cela semblait la meilleure voie pour entrer en BTS, qui contient beaucoup de sciences, et rencontrer des professionnels. Il n’y avait pas de STAE production plus près... Le BTS n’est pas nécessaire pour ce que je veux faire. Un bac pro aurait suffi. Mais j’imagine que les banques font plus confiance aux diplômés pour les prêts. Cela ouvre également plus de portes si on veut poursuivre ses études en licence ou en école de commerce. Et quand on n’a pas de famille propriétaire de domaine, cela permet d’acquérir des bases".

Montpellier, son environnement, ses étudiants, ses filles

Aurélien est admis sur dossier au lycée Agropolis de Montpellier (34). Cet établissement dépend du ministère de l’Agriculture. "Nous avions le droit à quatre vœux possibles. J’ai choisi ce lycée pour étudier à Montpellier et voir "autre chose". La ville est jolie et très étudiante. C’est une ville qui bouge et ne se situe pas loin des plages de Palavas-les-flots ou de La Grande Motte. Bref, il y a du soleil et des filles !". Il n’en fallait pas plus à Aurélien pour sauter le pas…


Virginie Bertereau

Sommaire du dossier
Le BTS, un mix de cours fondamentaux et professionnels Qui dit BTS, dit stages obligatoires Le BTS viticulture-œnologie, une formation... conviviale En BTS, Aurélien garde du temps pour les sorties Le BTS, puis deux ans pour parcourir le monde