Certains secteurs comme la chimie, la communication ou l’informatique semblent couverts aussi bien par des BTS que par des DUT. Comment choisir entre les deux types de formations ?

publié le 21 May 2007

Second choix d'orientation postbac juste derrière la licence, les BTS et les DUT ont la cote auprès des bacheliers et des recruteurs. Ces formations courtes vous attirent, mais vous les connaissez mal. Choix d’un cursus, sélection, comparaison de filières, poursuites d’études… nous répondons à vos questions.

Bonnet blanc et blanc bonnet, c’est trop souvent l’idée qui prévaut. A tort.

D’abord, les DUT ont un spectre plus large. Les BTS se situent presque sur des niches. Deux chiffres pour mieux s’en rendre compte : 24 spécialités de DUT ont été élaborées en 40 ans d’existence. Pour les BTS, on en recense 88. Et de nouveaux voient régulièrement le jour. A la rentrée 2007, le BTS métiers du notariat sera créé ex nihilo. Un exemple édifiant : dans le secteur de la communication, trois BTS, dont l’un avec deux options, sont recensés (communication visuelle avec les options graphisme-édition-publicité et multimédia, communication et industries graphiques, communication des entreprises). Or, côté DUT, on n’en compte qu’un seul.

Et offrent un plus fort degré d’abstraction. Le « U » de DUT est important pour bien apprécier les nuances également entre les deux filières. Université oblige, les cours sont un peu plus abstraits, font référence à des théories et « prennent un peu plus de hauteur ». D’ailleurs, il n’est pas rare de retrouver les profs de fac à l’IUT. La tournure d’esprit et les exigences attendues ne sont donc pas éloignées. Le BTS, lui, joue plus la carte du cocon : on ne quitte pas forcément son lycée. L’autonomie est probablement moins développée.

Articles les plus lus

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !