1. Le BTS, un passeport pour l'emploi
Boîte à outils

Le BTS, un passeport pour l'emploi

Envoyer cet article à un ami
Deux jeunes diplômés sur trois trouvent un emploi dans l’année suivant l'obtention de leur BTS. // © REA/Pierre Gleizes
Deux jeunes diplômés sur trois trouvent un emploi dans l’année suivant l'obtention de leur BTS. // © REA/Pierre Gleizes

INFOGRAPHIE. Le BTS fournit du travail à la majorité des diplômés qui ne poursuivent pas leurs études. Plus des deux tiers (67,5 %) partis dans la vie active étaient ainsi en emploi sept mois après l'obtention de leur diplôme. Mais la conjoncture économique et la spécialité préparée restent déterminantes pour l'insertion.

Un diplôme quel qu’il soit reste un bon vaccin anti-chômage. À ce titre, le BTS (brevet de technicien supérieur) affiche toujours de belles performances côté insertion professionnelle. Filière courte créée en 1962, le BTS permet à une grande majorité de diplômés d’entrer rapidement dans la vie active. Ce diplôme professionnel qui se décline en 88 spécialités permet à plus de deux jeunes diplômés sur trois de trouver un emploi dans l’année suivant son obtention.

Lire aussi : Palmarès 2019 des BTS : les taux de réussite par académie

Alors qu’après un bac professionnel, le taux d’emploi à sept mois dépassait à peine 50 % en 2018, le taux d’emploi des jeunes sept mois après l’obtention du BTS atteint 67,5 %. BTS en poche, l’entrée sur le marché du travail s’effectue directement en emploi à durée indéterminée pour 36 % des jeunes. Mais pour les autres, en attendant un emploi stable, les débuts professionnels s’effectueront en contrat à durée déterminée (33 %) ou via l’intérim (16 %).

Toutefois, près d’un diplômé de BTS sur cinq était au chômage sept mois après la fin de ses études, 9 % étaient inactifs (en stage ou sans emploi et n’en cherchant pas) et 4% effectuaient un service civique.

Des spécialités plus prisées que d'autres

Ces résultats varient selon le secteur d’activité et la spécialité préparée. Les meilleurs taux d’emploi sont atteints par les sortants des BTS des domaines "mécanique et structures métalliques", "génie civil-construction-bois" et "coiffure-esthétique" avec plus de 70 % d’emploi. Mention spéciale dans le secteur de la santé au BTS opticien lunetier où 95 % des diplômés sont en emploi.

Mais au sein de chaque domaine, les taux d’emploi peuvent varier sensiblement selon la spécialité de BTS, voire l’option choisie. Dans le secteur de l’hôtellerie-tourisme-restauration, par exemple, 85 % des titulaires du BTS management en hôtellerie-restauration option C management d’unité d’hébergement sont en emploi contre seulement 54 % de leurs camarades du même BTS option B management d’unité de productions culinaires. Idem pour les BTS informatique : 77 % des titulaires du BTS systèmes informatique et d’organisation option A solutions d’infrastructure, systèmes et réseaux sont en emploi, contre 52 % pour ceux qui ont suivi l’option B du même BTS (solutions logicielles et applications métiers).

Lire aussi : Quelles formations suivre après un BTS ?

Motivation et permis de conduire

Au-delà du diplôme et de la spécialité préparée, deux facteurs vont jouer dans votre insertion professionnelle : la première est votre motivation. Le fait que vous vous soyez orienté vers une formation qui vous attirait va influer sur vos chances de trouver rapidement un travail. Le second facteur est le permis de conduire : quel que soit votre niveau de formation, les jeunes détenteurs du permis de conduire trouvent plus facilement du travail que les autres. 30 points séparent le taux d’emploi des jeunes qui ont le permis (64 %) de ceux qui ne l’ont pas (33 %), selon une note d’information du ministère de l’Education nationale. Donc une fois le BTS en poche, pour que votre vie professionnelle démarre sur les chapeaux de roue, aimez ce que vous faites, soyez motivés durant vos études et apprenez à conduire !

Lire aussi : découvrez toutes nos offres d'emploi (stages, jobs d'été, alternance, premier emploi) sur letudiant.fr