1. Des cours en IUT pour réfléchir sur un métier et ses pratiques

Des cours en IUT pour réfléchir sur un métier et ses pratiques

Envoyer cet article à un ami

Emeline, 21 ans, est étudiante en deuxième année de DUT carrières sociales, option Animation sociale et socioculturelle, à Bobigny (93). Elle vous fait partager ses choix d’orientation, parle des cours et de l’ambiance en IUT, des stages, de son quotidien d’étudiante et de sa vocation à aider les autres…

Contrairement à une idée reçue, travailler dans le social ne demande pas simplement d’avoir "envie d’aider les autres". Ces métiers exigent d’acquérir des connaissances très variées, de la sociologie à la psychologie, et d’excellentes capacités de réflexion. Le programme du DUT carrières sociales est à la hauteur de ces exigences. Ce qui n’est pas pour déplaire à Emeline.

Un programme très diversifié
"Les matières sur ces deux années sont vraiment passionnantes et très diverses" souligne Emeline. A côté de la sociologie et la psychologie (notamment la psychologie de la famille, du couple et de l’enfant, qui occupe une place prépondérante), cette jeune étudiante découvre les cours de droit, d'économie, de gestion, d’histoire des loisirs, de culture générale, d’anthropologie, de bureautique, d’anglais, et d’analyse des pratiques professionnelles.

Des cours en prises avec le métier…
"Les cours de psychologie sont d’autant plus intéressants que je m’en sers tous les jours en stage, au contact du public", précise Emeline. "Par exemple, quand un enfant réagit d’une certaine manière, je replonge dans mes cours et j’adapte mon comportement en fonction de ce dont on a parlé en cours". Même les cours d’anglais lui sont utiles. "Je me suis rendu compte, en travaillant auprès d’étrangers, que c’est important de savoir parler anglais."

… et qui aident à réfléchir sur soi
"Les cours de sociologie m’ont aidée aussi dans mes réflexions personnelles, note Emeline. En fait tout ce qui permet de se remettre en question, de réfléchir sur soi, sur son métier, m’intéresse. Notamment les analyses des pratiques professionnelles. C’est important de pouvoir analyser son rapport aux autres après coup, pour savoir ce que l’on pourrait changer ou garder."

De l’avantage du contrôle continu
Seul bémol : l’économie générale. "J’avoue que les théories économiques ne m’intéressent pas du tout. Je n’y comprends rien. J’ai des mauvaises notes, mais ça ne me pénalise pas, car mes résultats dans les autres matières compensent largement." Le principe du contrôle continu en IUT est simple : il faut avoir au minimum 10 sur 20 de moyenne générale, calculée entre les différentes matières dont les examens se déroulent en janvier et en juin la première année, en janvier et en mars la seconde année.

Emmanuel Vaillant
Sommaire du dossier
Retour au dossier Des cours en IUT pour réfléchir sur un métier et ses pratiques L’IUT, une ambiance de "gros lycée" Des stages pour tester ses envies et… ses limites Etudiante avant d’être indépendante