Ces femmes et ces hommes qui vous accompagnent dans le financement de vos projets

Par L'Etudiant Fab, publié le 09 Avril 2021
9 min

L’achat d’une maison, d’un local professionnel ou d’une voiture constitue toujours une étape décisive. Pour nous guider dans ce choix crucial, des conseillers ou des commerciaux de terrain sont là. Entre les chiffres et l’humain, découvrez ces métiers aussi méconnus qu’indispensables, qui dessinent avec nous ces grands projets de vie. Le point avec l’Association française des Sociétés Financières (ASF).

Qui sont vraiment ces conseillers ?

Si un tel projet d’acquisition peut s’avérer excitant, il se révèle systématiquement un poids financier conséquent auquel le crédit est la solution toute trouvée.

Pourtant, une telle décision n’est pas à prendre à la légère, et les conseillers derrière les crédits financiers ont un rôle pivot, à la fois à l’échelle de la vie des demandeurs, mais aussi de l’économie nationale. Alors qui se cache vraiment derrière ces métiers si essentiels ? Le conseil en financement peut prendre plusieurs formes, selon les établissements dans lesquels il s’inscrit.

Tout d’abord, on peut travailler au sein de deux entités distinctes :

  • Une banque
  • Un établissement de crédit spécialisé

Au sein de ces établissements, de nombreux experts sont alors chargés d’analyser les différentes demandes de crédit. Leurs compétences clés à cet effet sont :

  • Une capacité d'analyse approfondie
  • Un sens de la rigueur et de l’organisation
  • Un fort esprit de synthèse pour finaliser chaque étude
  • Une veille juridique et réglementaire

Il faut ici non seulement analyser si le crédit est adapté au projet, mais également s’il est rentable pour le créancier.

Si cet aspect primordial, rattaché à la comptabilité et à la gestion administrative des contrats de crédit, peut en décourager certains, le métier ne se résume pas à cela. La dimension humaine est capitale. La logique d’accompagnement des projets, et donc des individus derrière, requiert un vrai sens du relationnel.

Les acteurs de ce secteur ont pour mission d’apporter à leurs clients des solutions d’ordre technique et commercial. Cela concerne notamment des opérations de vente destinées à des particuliers. Pour accéder à ce métier, une formation bac +2/+3 à dominante commerciale ou bancaire est nécessaire. Une expérience significative d’au moins deux ans sur le terrain est un plus.

Selon les profils, plusieurs branches du métier peuvent ensuite être choisies : chargé d’études, conseiller clientèle ou commercial de terrain. Chacun d’eux met en valeur un des angles du métier : l’analyse fouillée des dossiers, la proximité avec autrui ou la performance commerciale.

Par exemple, à La Banque Postale, une filiale entière est dédiée au crédit à la consommation et recrute régulièrement. L’ASF (l’Association française des Sociétés Financières) a ainsi recueilli le témoignage de plusieurs collaborateurs du célèbre établissement financier venus raconter leur quotidien parfois méconnu et délivrer de précieux conseils à leurs futurs collègues.

Mon métier en 2 min – Marion, chargée d’études au sein de La Banque Postale Financement

Mon métier en 2 min – Julina, conseillère clientèle au sein de La Banque Postale Financement

Quant au métier de commercial terrain, il consiste principalement à booster le développement d’une entreprise, de son image et de ses objectifs de vente. La relation client et la prospection font partie de ses missions quotidiennes. Avec pour exemple l’entreprise Ria Money Transfer, le commercial terrain se charge de proposer à ses clients un service de transfert d’argent rapide à l’international en déployant un argumentaire lié à la sécurisation et aux coûts maîtrisés des transactions. Ria Money Transfer, qui compte près de 125 salariés sur le territoire français, est composée d’équipes multiculturelles regroupant des collaborateurs de 30 nationalités différentes. Portée par une croissance continue et une culture du résultat, Ria forme ainsi des commerciaux terrain à même de trouver puis d’accompagner de nouveaux partenaires, comme les commerces de proximité.

Interview – Le métier de commercial chez Ria

Dotée d’un réseau mondial comptant 447 000 succursales dans 160 pays, Ria offre un service de transfert de fonds au niveau mondial. L’entreprise propose également des services de paiement de factures, de recharge mobile, de cartes de débit prépayées, d’encaissement de chèques et de mandats postaux.

Le crédit et son rôle dans notre société et notre économie

Trouver l’équilibre entre la satisfaction des clients et la réglementation bancaire est un véritable défi quotidien, à l’heure où un Français sur quatre a recours à un crédit à la consommation[1].

[1] Source : Cofidis

Si le crédit est le meilleur moyen de financer ses grands projets de vie, il est aussi parfois le seul remède face à certains imprévus. Selon les situations, ces femmes et ces hommes qui accompagnent les demandeurs peuvent proposer un éventail de solutions de crédit adaptées aux profils, aux niveaux de vie et aux priorités. Les plus populaires sont à ce jour la possibilité de paiement fragmenté, le prêt affecté, le prêt personnel, le crédit renouvelable, ou la Location avec Option d’Achat (LOA).

En plus de la transformation digitale amorcée par les milieux financiers, de nombreuses tendances viennent bouleverser chaque année les types de crédit et les métiers qui les entourent (évolution des modes de consommation avec glissement du financement de la propriété vers celui de l’usage).

veille attentive sur les évolutions sociales et économiques, pour être à la fois en totale empathie avec leurs interlocuteurs et en phase avec les réalités du marché. Ils sont également le meilleur rempart contre la fraude et le surendettement.

Pour juger de l’importance de ces protagonistes à une échelle plus globale, on peut évoquer la crise économique de 2008. Elle avait découlé des subprimes américains, ces prêts hypothécaires jugés risqués sur lesquels de nombreux fonds d’investissement américains avaient spéculé, à tort, avant de faire plonger le secteur immobilier du pays, puis, par ricochets, l’économie mondiale. Depuis, la vigilance autour de l’attribution des crédits a redoublé et tout le monde a compris à quel point ses acteurs peuvent contribuer au financement responsable de projets ainsi qu’au soutien de la croissance économique. La structure du marché a notamment été profondément modifiée en France par la Directive européenne sur le crédit aux consommateurs et les lois Lagarde et Hamon, respectivement en 2010 et 2014. En parallèle, des initiatives vertueuses, telles que le crédit responsable, sont de plus en plus mises en avant pour aller dans ce sens.

Qu’est-ce que le crédit responsable et comment l’ASF le soutient ?

Par définition, le crédit responsable est un crédit qui se rembourse et qui engage le prêteur comme l’emprunteur. Cet outil de financement peut intégrer de la flexibilité (par exemple des reports de mensualités intégrés au contrat) et permet notamment de faciliter l’utilisation de crédits à faibles montants. Souscrire à un crédit à la consommation responsable, c’est bénéficier de l’accompagnement personnalisé des experts de la finance spécialisée, qui pensent à l’avenir et à l’intérêt de leurs clients et qui n’ont aucun intérêt à prêter à un client qui ne remboursera pas.

L’ASF, association constituée de sociétés de financement, banques spécialisées et entreprises d’investissement, promeut la spécialisation en termes de crédit. À ce titre, elle encadre et soutient quotidiennement le crédit à la consommation responsable au moyen de différents leviers d’action : contribution à la pédagogie (en intervenant directement sur la stratégie nationale d’éducation financière), diffusion de bonnes pratiques, participation à des conseils budgétaires et prévention du risque de surendettement. L’ASF est ainsi en lien étroit avec l’État et les associations de consommateurs,

Pour donner un exemple concret d’action menée par l’ASF, elle a négocié et mis en place des préconisations relatives au financement d’installation de panneaux photovoltaïques à travers le pays afin de ne financer que des installations qui fonctionnent et sont correctement raccordées.

Finalement, l’ASF représente de nombreux métiers gravitant autour du financement, dont le crédit à la consommation. Son rôle est précieux, notamment quand de nouveaux acteurs du marché se profilent (comme ceux de la FinTech ou certains agrégateurs), amenant potentiellement à une moindre protection du consommateur. Les femmes et les hommes derrière le crédit à la consommation jouent donc plus que jamais un rôle majeur pour accompagner les projets du plus grand nombre et bâtir une économie profitable à tous et solide.

Articles les plus lus

A la Une supérieur

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !