Ces filières d’avenir qui recrutent en 2021

Par L'Etudiant Fab, publié le 15 Octobre 2021
13 min

La vocation première de CESI, campus d’enseignement supérieur et de formation professionnelle ? Aider les élèves à se professionnaliser afin d’intégrer rapidement le marché de l’emploi. Fabrice Maerten, responsable des Études à CESI École d’Ingénieurs, évoque l’importance d’accompagner les élèves à se diriger vers les filières d’avenir qui recrutent en 2021. Voici ses conseils.

Appréhender et valoriser les filières d’avenir

La pédagogie active est ancrée au cœur de CESI. Basée sur le travail de groupe, elle permet aux élèves d’affiner leur savoir-être et d’apprendre à adapter leurs comportements en situation de travail. «  Nous accompagnons les jeunes et les moins jeunes à développer leurs compétences pour être prêts, demain, à intégrer le monde du travail. (…) Il faut être capable, le plus tôt possible, d’utiliser les connaissances transmises (…) tout au long des parcours de formation choisis. »

Pour Fabrice Maerten, « il y a, d’une part, une conscience sociétale qui imprègne les jeunes générations. On retrouve vraiment cette envie de répondre à des enjeux majeurs (…) sur le plan des valeurs. D’autre part, on a une génération qui peut faire les choses vite et avec passion en s’amusant (…), c’est-à-dire en apprenant de manière concrète. (…) Pour CESI, la place de l’Homme au cœur de l’univers industriel et de la technologie est cruciale. C’est tout un panel de compétences qu’il faut être capable de maîtriser et de développer pour pouvoir intégrer ces filières d’avenir. »

Il s’agit là d’un vrai travail de réflexion de la part des futurs professionnels. CESI se tient aux côtés des lycéens dans le choix de leurs spécialités, dès la seconde pour la classe de première afin de privilégier le baccalauréat le plus indiqué, sans oublier les étudiants déjà titulaires du bac. Ceux-ci sont guidés, durant leurs études supérieures, dans la construction d’un parcours d’apprentissage correspondant à leurs attentes.

Le but ? Renforcer leur montée en compétences afin de les aider à trouver un emploi rapidement dans des secteurs porteurs et en tension. Dans un monde en constante évolution, CESI est une structure unique en son genre. Elle offre l’occasion à ses élèves diplômés de s’épanouir sur le plan personnel et professionnel.

Quelles sont ces filières pleines de promesses en France ?

Le secteur du BTP (Bâtiments et Travaux Publics)

Aujourd’hui plus que jamais, les métiers du Bâtiment et des Travaux Publics (BTP) doivent s’adapter à la transition numérique et énergétique. Face aux nouvelles normes et réglementations, cette filière d’activités recrute une foule de profils pour relever des défis de taille tels que la réduction de l’empreinte carbone et l’optimisation de la performance énergétique, via des matériaux bio-sourcés.

De la conception à l’architecture en passant par l’urbanisme et le transport, chaque projet est mû par l’agilité technologique (robotique, maquettes en trois dimensions, etc.) et nécessite une vision à 360°. À ce titre, le secteur du BTP requiert des compétences à la fois techniques et sociales (autrement dit, des « soft skills »).

Le secteur de la Qualité Sécurité Environnement (QSE)

Des métiers fortement novateurs et intimement liés à la problématique du développement durable, c’est ainsi que l’on peut qualifier le secteur d’activité Qualité Sécurité Environnement (QSE).

De manière globale, les métiers de la QSE ont trait à l’amélioration d’un produit ou d’un service. Ils concernent également la prévention des accidents professionnels et l’environnement dans lequel évoluent les entreprises. Ces dernières doivent, en effet, tenir compte de critères tels que la sécurité et la qualité de vie, tant pour leurs salariés que pour leurs clients.La filière QSE répond à des besoins pressants, tournés vers une prise de conscience responsable. Le réchauffement climatique, les conditions de travail, le code éthique ou la question de l’économie circulaire en font partie.

Le secteur de l’industrie

Une image vieillotte et désuète colle parfois à la peau de l’industrie… Pourtant, ce secteur florissant table aujourd’hui sur les avancées technologiques. Pilier de l’économie française, l’industrie a de beaux jours devant elle. Avec l’avènement de la révolution numérique, le secteur industriel dresse une liste impressionnante de métiers dans les domaines du cosmétique, de l’aéronautique, du luxe, de l’automobile et de la chimie.

D’ailleurs, le secteur de l’industrie est l’un des plus avancés en matière d’innovation sur le territoire français. Modeler le monde de demain en imaginant des solutions adaptées aux problématiques économiques, sociétales et environnementales : bienvenue dans l’industrie du XXIe siècle !

Le secteur de l’informatique et des télécoms

Le secteur des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) est une carte maîtresse des organisations sur le devant de la scène nationale et internationale. Cependant, l’accélération de la numérisation ne cloisonne pas le secteur des TIC au web à proprement parler.

En effet, l’arrivée de la 5G et la vague des objets connectés ouvrent le champ des possibles : cybersécurité, réseaux sociaux ou domotique sont au cœur des métiers de demain. L’intelligence artificielle, quant à elle, s’offre une place de choix : elle suggère la création de programmes informatiques capables de raisonner à la manière d’un être humain.

De nouvelles spécialités continuent d’apparaître chaque jour. Elles permettent aux élèves de parfaire leurs connaissances dans de nombreux domaines comme la recherche médicale, le commerce, le marketing ou les transports. Malgré la crise sanitaire, les télécommunications et la sécurité informatique gardent le cap !

Le secteur de la finance

En raison des récents bouleversements sanitaires, le secteur financier a dû s’adapter, déployant davantage de services bancaires et de produits financiers centrés sur l’expérience client, via le numérique (on songe en premier lieu au paiement en ligne). Par conséquent, les professionnels du secteur bancaire font preuve d’adaptabilité et d’anticipation, une véritable valeur ajoutée pour les consommateurs.

Pour répondre à des besoins jamais semblables et toujours évolutifs, les professionnels de la finance doivent être en mesure de maîtriser les supports digitaux à leur disposition. Une solution gagnante, à condition d’être correctement formé !

La finance est un marché en plein boom, où se côtoient des structures traditionnelles et des start-up qui misent sur l’innovation, suivant le courant de la Fintech. Les métiers de data analyst et de growth hacker sont l’un des pendants de la planète financière d’aujourd’hui. Exploiter, récolter, analyser des données pour offrir un accompagnement complet et optimisé, cela fait partie du quotidien de ces experts.

Le secteur du transport et de la logistique

Au regard de la mondialisation des échanges, des modes de consommation et des problématiques environnementales, le secteur du transport et de la logistique permet à de nombreux diplômés, tous niveaux confondus, d’exercer une profession dynamique et passionnante. Alors que le transport maritime, routier, aérien ou ferroviaire intègre de nouvelles valeurs écologiques, la relation commerciale, fer de lance dans ce domaine, continue de croître.

En ce qui concerne la logistique, l’essor des nouvelles technologies lui donne un second souffle : systèmes de géolocalisation, QR code, traçabilité « online » des produits sont autant de nouveaux processus pour gérer l’ensemble des prestations relatives à cette activité. Dopé par l’e-commerce, le secteur du transport et de la logistique permet de se professionnaliser rapidement pour pouvoir accéder à différents postes, y compris à hautes responsabilités.

Le secteur de la santé et pharmaceutique

Pour percer dans l’industrie pharmaceutique, il faut être doté d’excellentes connaissances techniques, d’une intelligence émotionnelle affirmée et d’une perception fine de cet environnement singulier. Impulsée par la sphère Recherche et Développement (R&D), l’expertise scientifique est axée sur les compétences transversales et le travail collaboratif.

Qu’il s’agisse des nanotechnologies, du génie logiciel ou de la robotique, les futurs professionnels de santé doivent manier un vocabulaire médical poussé, en français comme en anglais. Ils doivent également respecter les normes de qualité, de sécurité et d’hygiène qui font partie d’une réglementation centrée sur l’éthique et la déontologie. De la production jusqu’au commerce et à la distribution, le secteur de la santé et de la pharmaceutique compte également sur des fonctions pivots dans les domaines de la communication, du marketing et du commerce.

L’agroalimentaire et la grande distribution

Le secteur de l’agroalimentaire et de la grande distribution concentre un vaste champ d’applications professionnelles, dans un contexte extrêmement concurrentiel. L’industrie agroalimentaire table sur la qualité des biens de consommation (viande, lait, sucre, céréales, boissons et alcool, produits alimentaires divers ou élaborés), de leur transformation et leur conditionnement.

La grande distribution concerne les métiers de l’alimentaire, mais également les métiers de bouche et les fonctions commerciales en magasin, au sein du siège social d’une entreprise ou en entrepôt. D’un côté comme de l’autre, la satisfaction client est de mise, puisqu’il est encore une fois question d’innovation pour optimiser l’expérience du consommateur. À ce titre, l’utilisation de la technologie est garante d’un marché dynamique et porteur pour le secteur de l’agroalimentaire et de la grande distribution.

Articles les plus lus

A la Une supérieur

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !