Les points à vérifier avant d'envoyer votre lettre de motivation à une formation

Par Séverine Maestri, publié le 23 Octobre 2016
5 min

C'est le moment de se lancer, votre dossier est complet. Une dernière petite vérification avant de cliquer sur le bouton “Envoyer” ou de glisser votre enveloppe dans la boîte aux lettres ? Il serait dommage, si près du but, d'avoir oublié quelque chose d'important ! La check-list de Séverine Maestri, extraite de son ouvrage “Réussir sa candidature pour entrer en filière sélective”.

Faites relire votre lettre par votre entourage, testez-la auprès de vos proches ou de quelques professeurs auxquels vous faites confiance et qui vous connaissent bien, et profitez ainsi de leurs critiques bienveillantes.

Ai-je mentionné mon état civil (même s'il est déjà sur le CV) ?

Ai-je bien ciblé mon destinataire ?

Il faut mettre le nom du responsable de la formation si vous l'avez.

N'est-elle pas trop longue ni trop courte ?

Une page devrait suffire, deux éventuellement, mais pas davantage. Votre lettre raconte une histoire, la vôtre, mais ce n'est pas un roman.

Est-elle lisible ?

Ai-je pensé à la rythmer à l'aide de paragraphes, à utiliser une encre lisible et ma plus belle écriture ? Est-elle assez aérée ?

Est-elle bien structurée ?

Vous pouvez adopter la règle des trois paragraphes : le Vous (V, la formation), le Moi (M, mon parcours), le Nous (N, ce que nous pouvons faire ensemble), ce qui donnerait l'enchaînement suivant :
– V. J'ai choisi votre formation parce que tel aspect (option) m'intéresse.
– M. Elle m'intéresse parce qu'elle s'inscrit dans mon parcours de manière logique puisque, après un bac Z, j'ai obtenu le diplôme X, et c'est en suivant l'option S que je me suis découvert une passion pour ce secteur.
– N. J'ai pu, au cours d'un stage de six mois effectué dans l'entreprise H, me perfectionner en […] en travaillant sur le projet B, ce qui m'a conforté dans mon choix de poursuivre dans une école spécialisée en […]. Votre école me paraît correspondre à mon projet professionnel qui est de […], etc.

Que vous parliez de votre formation avant votre projet professionnel ou l'inverse, peu importe, l'essentiel est que le lecteur perçoive les enchaînements logiques de votre lettre.

Puis-je justifier et parler en détail des expériences que j'ai mentionnées ?

Ce qu'elles m'ont apporté, les difficultés que j'ai rencontrées et les stratégies que j'ai élaborées pour les surmonter.

Ai-je mis une formule de politesse ?

Pas trop lapidaire, mais sobre.

Ai-je signé ?

Une lettre de motivation, ça n'est pas…

… un brouillon

Ne rendez pas une lettre manuscrite, corrigée au Tipp-Ex, rédigée sur une feuille à carreaux arrachée d'un cahier (si, si, cela arrive encore !).

… le reflet de la motivation de vos parents !

Sollicitez vos parents ou vos proches pour vous relire, vous donner leur avis, mais en aucun cas pour écrire la lettre à votre place. Car dans ce cas, si vous êtes simplement bachelier, votre lettre tranchera avec celles des autres par la maturité et le niveau de langage, et vous risquez d'être démasqué.

Les professeurs ne sont pas dupes. “Avec l'expérience, on sent lorsqu'une lettre de motivation est rédigée par un adulte et quand elle est personnelle”, assure Corinne Rouvier-Desportes, responsable du DUT TC par apprentissage à l'université de Montpellier.

… une suite d'arguments rebattus ou fallacieux

“Le marketing, c'est ma passion”, avec des variantes selon les domaines (“L'Art/le secteur social/le journalisme/la communication… c'est ma passion”), surtout si vous ne pouvez pas raccrocher ces affirmations à un projet déjà réalisé, à un stage ou des productions personnelles. Évitez aussi : “J'ai toujours rêvé d'entrer dans votre formation.”

À bannir également, les arguments fallacieux du type : “Je pense être fait pour votre formation en informatique car mon père est informaticien” (exemple réel). Ce n'est pas votre père, votre mère ou votre sœur qui va éventuellement intégrer la formation.

… un mailing standardisé

Ne vous trompez pas de destinataire ou de formation (en confondant BTS et DUT par exemple). “Certains écrivent la même lettre pour la vingtaine de formations auxquelles ils postulent. Lorsque je vois une lettre qui débute par ‘J'ai toujours rêvé de rentrer dans votre DUT GEA [gestion des entreprises et des administrations]’ ou ‘votre BTS MUC [management des unités commerciales]’ alors que la personne postule dans mon DUT TC [techniques de commercialisation], j'en conclus que la lettre n'a pas été relue avant d'être envoyée. Cela fait mauvais effet car on se demande pour quelle formation est réellement motivé l'étudiant. C'est, pour nous, rédhibitoire et nous rencontrons des cas similaires chaque année”, déplore Corinne Rouvier-Desportes.

… une lettre à un ami

Gardez un minimum de distance et ne soyez pas trop familier en écrivant par exemple : “Votre formation est celle que j'attendais, je crois que nous sommes faits pour nous entendre.”

… un mea culpa

Promettre d'arriver à l'heure et de suivre avec abnégation les cours tous les matins, comme a pu le lire Corinne Rouvier-Desportes dans une lettre, laisse perplexe : “Cet étudiant avait fait une année de STAPS [sciences et techniques d'activités physiques et sportives] et j'ai compris une chose : il avait passé son année à ne rien faire.” Attention, un tel empressement peut en dire long sur ce que vous cherchez à cacher.

POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux Éditions de l'Etudiant :
Réussir sa candidature pour entrer en filière sélective”,
par Séverine Maestri.

Articles les plus lus

A la Une supérieur

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !