1. Supérieur
  2. Prépas
  3. Admission en classe prépa : des candidatures passées au crible
Boîte à outils

Admission en classe prépa : des candidatures passées au crible

Envoyer cet article à un ami

Aurélie, Maxence, Léa… sont inscrits en première année de prépa littéraire, scientifique ou commerciale dans des grands lycées ou des prépas de proximité. Quels ont été leurs points forts de leur candidature en prépa ? Les jurys expliquent sur quoi – et pourquoi - ils les ont sélectionnés.

Inscrite au lycée Louis-Barthou à Pau, Aurélie a décroché son bac littéraire (anglais-espagnol) avec une mention "bien". Intéressée depuis toujours par la littérature, elle reconnaît ne pas avoir tellement hésité entre une hypokhâgne et une autre filière.

"C’était comme une évidence pour moi. Je me suis dit que c’était la filière où l'étude des lettres et des autres matières littéraires serait sûrement la plus approfondie !"

La prépa au lycée Barthou

Proportion de candidats et d’admis.

Environ 220 candidats pour 50 places, soit un taux de sélection d’environ 25%.


La procédure d’admission expliquée par Patrick Voisin, professeur de lettres dans cette prépa.

Sur les 220 dossiers, 44 jugés insuffisants (notes inférieures à la moyenne et appréciations négatives ou réservées) ont été non classés lors de la commission pédagogique. Le premier élève effectivement entré en hypokhâgne avait été classé 3e et le dernier entré 141e. Aurélie, classée 56e, représentait une recrue de niveau "moyen+ /assez satisfaisant".

Depuis son admission en Lettres supérieures 1ère année, elle s’est classée 10e sur 46 au 1er concours blanc ; elle s’est donc très bien adaptée au rythme de travail et au niveau des études. La tête de classe est constituée d’excellents élèves – qui ont obtenu une mention très bien au bac – qui tirent le groupe vers le haut et qui peuvent prétendre à une Ecole Normale Supérieure.

La candidature d'Aurélie

Son dossier scolaire

"Je savais qu’il n'était pas excellent : je n'avais pas 18 dans toutes les matières. Mais avec 12-13 de moyenne dans la plupart, je pouvais toutefois m'appuyer sur ma "matière forte", la littérature, où j'avais 15. Donc, sans être excellent, mon dossier restait bon grâce à une matière solide, et aux appréciations des professeurs, souvent positives."
Sa liste de vœux

"J'ai opté en 1er choix pour la prépa de mon lycée Louis-Barthou à Pau, puis, je ne sais plus dans quel ordre, les "grandes" prépas littéraires comme Louis-Le-Grand, Henri-IV, Montaigne, etc. Mais la pression des classes prépas parisiennes, l’idée de quitter le confort familial, et aussi le fait de se sentir bien en "province" m'ont décidée à rester dans une "petite" prépa. Je savais que le niveau serait sans doute aussi bon. Louis-Barthou a bien montré qu'il est "dans la course" pour les concours. J’avais l’exemple d'un ami admis à Ulm l'an dernier, et celui de ma sœur, sous-admissible à l'ENS Lyon."

Voici les éléments présentés par Aurélie pour son inscription (fiche pédagogique, bulletins scolaires, appréciations des professeurs, notes du bac...). Pour les voir en plein écran, appuyez sur la touche "Fullscreen". En dessous, découvrez les commentaires sur cette candidature.



Commentaire de la candidature d'Aurélie par un membre du jury

Patrick Voisin, professeur de lettres : Son dossier, parallèlement aux excellents profils que nous classons en tête, est caractéristique de beaucoup de candidatures que nous examinons, avec des notes entre 11 et 14 et parfois une dominante dans une discipline. Les élèves ayant ce type de dossier réussissent également dans les classes préparatoires littéraires qui ont des débouchés très larges aujourd’hui (IEP, écoles de management, Louvre, École nationale des chartes, journalisme, etc... – sans oublier la poursuite d’études à l’université), même si l’objectif de travail reste celui du concours des ENS pour les meilleurs.
La fiche pédagogique d’Aurélie présente 4 notes comprises entre 12 et 13,3 ainsi qu’un 15 en littérature ; la candidate fournit un travail homogène et ne néglige aucune matière littéraire. Ne pas avoir fait de langue ancienne n'est pas un handicap : les élèves recrutés suivent, pour la plupart, un cours débutant obligatoire en hypokhâgne et certains y ont de très bons résultats.
L’appréciation du proviseur, "favorable", est encourageante sans plus. Les appréciations des professeurs, auxquelles nous sommes particulièrement attentifs, confirment les qualités attendues : résultats solides, capacité à progresser, intérêt pour toutes les disciplines du champ d’études, aptitude à se motiver et envie d’approfondir, culture générale se constituant, raisonnement cohérent autorisant la démarche critique – sans oublier la bonne humeur et la positivité nécessaires pour ne pas souffrir devant le rythme de travail et le niveau des exigences.

Les notes de français du bac sont encourageantes comme la plupart des dossiers examinés et classés. Enfin, les bulletins trimestriels de terminale et de première expliquent le bilan dressé dans la fiche pédagogique. Il s’en dégage une envie de progresser et une attitude agréable.

L’assiduité et la ponctualité d’Aurélie indiquent une élève qui sera très sérieuse en hypokhâgne. C’est ce qui est attendu des élèves pendant 2 ans pour que l’enseignement des classes préparatoires les fasse progresser, avec 4 disciplines à dissertations et 3 langues obligatoires (2 vivantes et 1 ancienne ou 2 anciennes et 1 vivante)’’.

Aurélie n’a pas rédigé de lettre de motivation. L’exercice est d’ailleurs rarement demandé pour l’inscription en Lettres supérieures 1re année. Les lettres de motivation ne sont en effet présentes que pour des demandes atypiques (après une année passée à l’étranger, à l’université ou dans une autre filière préparatoire).

Pour le jury, mieux vaut éviter de présenter une lettre de motivation si celle-ci ne respecte pas certains codes ou si elle est remplie de fautes. Elle peut même desservir un dossier! Les appréciations des professeurs constituent les éléments les plus crédibles ; un bon dossier n’a pas besoin de lettre de motivation ; il parle de lui-même.

Pour aller plus loin : Admission en classe prépa : 6 candidatures passées au crible

Sommaire du dossier
Comment Héloïse a réussi à entrer en hypokhâgne au lycée Chaptal, Paris Comment Ondine a réussi à entrer en hypokhâgne au lycée Chaptal, Paris Comment Maxence a réussi à entrer en classe préparatoire commerciale, option scientifique, au Lycée Massena de Nice Comment Léa a réussi à entrer en prépa commerciale, option économie à IPESUP (Paris) Comment Adrien a réussi à entrer en prépa commerciale, option économie à IPESUP (Paris)