1. Supérieur
  2. Prépas
  3. Prépa : tiendrez-vous le choc ?
  4. Avant la prépa, guide de survie du futur bizuth

Avant la prépa, guide de survie du futur bizuth

Envoyer cet article à un ami

Tout le monde vous dit qu’il n’y a pas mieux pour commencer vos études. Mais savez-vous à quoi vous vous engagez si vous entrez en prépa ? Êtes-vous taillé pour affronter la dose de travail à fournir et encaisser le choc de la transition avec le lycée ? Le choc de la notation, les recettes pour gérer les moments difficiles, les pièges à éviter : pour vous éclairer, 5 élèves des filières scientifique, littéraire et économique reviennent sur leurs débuts et livrent leurs conseils.

Avant

Évaluez votre potentiel

La prépa implique d’avoir de fortes aptitudes au travail sur la durée, pour absorber une charge d’études très supérieure à celle du lycée. Si vous êtes un peu juste dans vos résultats scolaires ou dans votre capacité à vous concentrer… peut-être vaut-il mieux envisager une autre voie. Autres éléments à prendre en compte : l’éloignement du domicile familial et votre résitance au stress.
 

Dédramatisez

Non, ce n’est pas le bagne ! Même si l’on passe beaucoup de temps à travailler et que l’on met sa vie personnelle entre parenthèses, on découvre aussi une ambiance souvent plus solidaire que compétitive et on noue des liens amicaux forts et durables.


Pendant

Respectez votre organisme

Pour tenir le marathon des 2 (ou 3) années, mieux vaut avoir une bonne forme physique. Un temps de sommeil correct, une alimentation équilibrée et une dose de loisirs (une heure de footing par semaine, une soirée cinéma de temps en temps…) pour décompresser sont 3 ingrédients à ne pas négliger.

Préparez-vous un plan B

Même si ce n’est pas toujours évident, il faut préparer la suite de la prépa et envisager une solution en cas d’échec au concours. Discutez-en avec vos camarades, vos enseignants, prenez le temps de faire le tour des salons et journées portes ouvertes pour trouver des idées de passerelles. Pour ceux qui sont inscrits en prépa littéraire, sachez, par exemple, que la nouvelle banque d’épreuves littéraires (BEL) vous offre des débouchés au-delà des ENS (écoles nationales supérieures) : écoles de commerce, IEP (instituts d’études politiques), etc.

Si vous craquez, tentez au moins de finir votre première année

Dans les filières scientifique et commerciale, respectivement 20 % et 18 % des étudiants de première année ne se réinscrivent pas en seconde année. Cette proportion est plus importante en hypokhâgne. Mais tout n’est pas perdu. Si vous avez terminé votre première année et fourni un travail régulier, vous pourrez obtenir normalement 60 crédits ECTS (système européen de transfert et d’accumulation de crédits) afin de vous inscrire à l’université dans la licence 2 correspondante.

Autres bifurcations possibles :

vers les IEP de province, qui proposent des concours ouverts aux bac+1 ; vers les écoles d’ingénieurs recrutant au bac, sur concours ou sur dossier (à des niveaux variables selon les établissements) ; vers des écoles de commerce recrutant sur concours, après le bac… Attention dans ce cas, pensez à anticiper, car la plupart des épreuves sont organisées en mars/avril.


Après

Atterrissez en douceur

La période post-prépa est parfois délicate à gérer, d’autant plus si vous avez raté le concours visé. Une période de flottement est donc à prévoir pour certains. Pour d’autres, le risque est plutôt de verser dans les excès de toutes sortes afin de rattraper le temps perdu. D’où l’importance de prévoir des temps réguliers de décompression pendant ces 2 années…



Pour aller plus loin : Admission en classe prépa : 6 candidatures passées au crible / À quoi doit-on s'attendre en prépa ? / Réussir sa prépa, les réponses à vos questions / La prépa, point de départ d’études longues

Sommaire du dossier
Retour au dossier Juliette, en prépa MPSI : “Il est important d’acquérir les bonnes méthodes de travail dès le lycée. En prépa, il est déjà trop tard” Mathilde, en prépa commerciale : “Au fur et à mesure que l’on acquiert de l’expérience, les notes remontent” Mykyta, en prépa commerciale : “Il faut relativiser ses résultats pour ne pas craquer” Sarah, en prépa BCPST : “Les profs nous préviennent que les notes seront basses” Avant la prépa, guide de survie du futur bizuth