Prépas hors contrat : un double système pour afficher de bons résultats aux concours d’écoles de commerce

Par Agnès Millet, publié le 13 Janvier 2022
6 min

Si la majorité des classes prépa économiques et commerciales se situent dans des lycées publics ou privés sous contrat avec l'État, quelques établissements hors contrat, coûteux, complètent l'offre de formation. Mais leurs très bons taux d'admission doivent être regardés avec attention.

Elles sont une demi-douzaine et se concentrent à Paris. Ces prépas privées hors contrat, qui recrutent hors Parcoursup, affichent des résultats aux concours d'écoles de commerce qui laissent rêveurs… À qui s'adressent-elles et comment fonctionnent-elles ? On vous explique tout sur cinq établissements : Ipésup, Intégrale, Prépa Commercia, Ipécom et MyPrepa.

Lire aussi

Des prépas privées qui sélectionnent de manière personnalisée

Sélectives, ces prépas privées examinent attentivement chaque candidature. Si certaines préfèrent recruter ceux qui ont plus de 13 de moyenne, l'analyse va plus loin et un candidat ayant un 10/20 pourra être convoqué à l'entretien d'admission.

Cet oral de personnalité, qui peut durer près d'1h30, permet de repérer les meilleurs potentiels. Le profil idéal, c'est un élève endurant, qui a envie de se battre et a le goût de l'effort.

Une concurrence pour recruter les meilleurs professeurs

Le mode de sélection ne suffit pas à expliquer de si bonnes performances, qui convainquent les familles de débourser 11.500 à 13.000 euros de frais annuels. Ces prépas s'appuient sur les meilleurs professeurs, qu'elles se disputent férocement. Et il n'est pas rare qu'un enseignant exerce dans plusieurs établissements, dont les plus prestigieuses prépas traditionnelles.

Côté pédagogie, chacun a sa méthode puisque les prépas privées hors contrat sont moins contraintes par les cadres nationaux que les CPGE classiques. Leur rythme est très soutenu, comprenant souvent des sessions de travail pendant les vacances.

Lire aussi

Une intensive préparation aux concours d'écoles de commerce

Chez MyPrepa, les cours sont même envoyés en amont et 80% du présentiel est dédié à des simulations de concours d'écoles de commerce. De plus, la structure revendique son orientation numérique : tableau connecté, cours en replay…

Les professeurs établissent des plannings précis de révision et d'exercices. "Si un élève est très indépendant et ne souhaite pas que nous lui prodiguions des conseils sur sa méthodologie et sa stratégie, notre travail est inutile", indique Annie Reithmann, directrice d'Ipécom Paris, fondé il y a 30 ans.

Particularité de ces classes : les petits effectifs. "Il y a vraiment un esprit de famille, chez nous", ajoute Annie Reithmann. "Cela permet un accompagnement personnalisé. Quand un élève rencontre des difficultés, les professeurs sont présents. Si nécessaire, je peux organiser un rendez-vous avec les parents. Il suffit parfois de peu pour se remotiver."

Les prépas privées misent aussi sur une intensive préparation aux oraux. Une fois admissible dans une école de management, le candidat maximise ainsi ses chances de décrocher l'admission.

Mais certains étudiants, déçus de leurs résultats, choisissent de redoubler la 2e année. En "cubant", ils augmentent leurs chances de décrocher une meilleure école… moyennant une nouvelle enveloppe de 12.000 euros.

Lire aussi

Le système de double bannière, le secret des prépas privées

Mais attention, toutefois. Ces prépas privées créent des classes selon le niveau et les ambitions des élèves. "Nous créons des groupes, avec des exercices différents, car on ne se prépare de la même façon selon que l'on vise le Top 3 ou le Top 5", explique Olivier Sarfati, directeur de MyPrepa, une structure digitale, née en 2012, qui s'est étoffée de classes présentielles, fin 2019.

De quoi accompagner au mieux chaque élève mais surtout, d'afficher d'excellents taux d'admission. Car l'autre secret de la réussite de ces prépas privées réside dans le système de double bannière : chaque établissement se double d'une autre marque, moins mise en avant.

Pourquoi ? En milieu de 2e année, quelques mois avant les concours, les meilleurs élèves sont regroupés sous la première bannière, permettant de réaliser d'excellents scores de placement des candidats. Quant aux autres étudiants, parfois plus nombreux, ils sont présentés sous le nom de la seconde marque.

Ainsi, les meilleurs élèves représentent Intégrale, quand Initiale rassemble les autres. Ipésup fonctionne de même avec Prépa com. Prépa Commercia se double de JA Formation, Ipécom a sa Prépa Victor Hugo et MyPrepa, son Académie MP. À bien garder en tête à la lecture des taux de réussite : ils ne sont pas représentatifs du parcours de l'ensemble des étudiants de la structure et difficilement comparables aux résultats des autres prépas.

Lire aussi

Une vive concurrence entre prépas privées hors contrat

De plus, il arrive que des élèves doivent se présenter en candidat libre, sans aucune bannière. "Dans notre cas, il s'agit des élèves exclus car ils n'ont pas respecté le règlement intérieur. Ils n'étaient pas assidus aux cours, ni aux concours blancs", justifie Olivier Sarfati, plaidant la transparence.

Cette course au chiffre s'explique par la diminution du vivier des candidats potentiels et l'arrivée de nouveaux acteurs, qui ont avivé la concurrence entre les prépas privées. Les performances doivent être les meilleures possibles pour persuader les élèves de postuler.

Ainsi, une sixième prépa hors contrat est née en 2020 sous le nom de La Prépa Autrement, qui se doublera de la bannière "Schlœsing", en 2022. Toute nouvelle et affichant de petits effectifs, elle n'est pas encore présente dans cette édition de notre classement, faute de chiffres consolidés et significatifs sur les deux années complètes de la CPGE, la cohorte observée n'ayant suivi qu'une année d'étude dans cette prépa nouvellement créée. Des candidats issus de cette prépa ont intégré des écoles de haut de tableau.

Articles les plus lus

A la Une prépa

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !