1. Les prépas privées, une autre porte pour entrer dans les écoles d’art
Décryptage

Les prépas privées, une autre porte pour entrer dans les écoles d’art

Envoyer cet article à un ami
Prépas aux écoles d'art // © PlainPicture
Prépas aux écoles d'art // © PlainPicture

Vous visez une école supérieure d’art publique ou une école nationale d’architecture ? Sans être un passage obligé, les classes préparatoires privées peuvent vous y aider. Plus onéreuses que les formations publiques, elles offrent généralement un bon encadrement.

Un certain nombre d’écoles privées dispensent une ou plusieurs classes préparatoires aux écoles d'art. Ces dernières peuvent être intégrées, c’est-à-dire comprises dans le cursus, ou tournées vers les écoles d’art ou d’arts appliqués. Deux options notamment proposées par l’Atelier Hourdé, à Paris.

Lire aussi : Les prépas de l’Éducation nationale, un tremplin vers les écoles d’art

Des formations renommées…

Parmi les formations privées ayant acquis une certaine renommée, citons les prépas "art" et "animation" de l’Atelier de Sèvres, qui affiche notamment de bons résultats au concours de l’ENSAD (École nationale supérieure des arts décoratifs). Citons également Prép’art, "la prépa privée aux écoles d’art publiques". Cette dernière recrute chaque année – hors Parcoursup, sur dossier de candidature et entretien oral – 350 étudiants à Paris et 145 étudiants à Toulouse (dont 15 visant une école de cinéma ou d’animation), répartis par classe de 25 élèves.

… à un certain coût

Le programme des prépas privées est comparable à celui des prépas publiques. Il comprend entre 25 et 30 heures de cours hebdomadaire, dont du dessin, de la peinture, du design, de la photo et des ateliers d’écriture.

Lire aussi : Les prépas agréées par le ministère de la Culture, l'antichambre des écoles d’art

Ces formations incitent parfois à vous présenter à un grand nombre de concours (ce qui réussit à certains, mais disperse les autres). Elles affichent en outre des frais de scolarité élevés, proches de 7.000 € dans certains cas. À ce prix-là, les portes ouvertes, qui permettent d’évaluer le sérieux d’une prépa, ne sont pas une option… Prenez le temps de rencontrer les responsables des formations et de discuter avec des étudiants, nouveaux et surtout anciens.

DN MADE : la prépa, non merci !

Le DN MADE (diplôme national des métiers d’art et du design), la licence en trois ans qui remplace désormais la MANAA (mise à niveau en arts appliqués) et le BTS (brevet de technicien supérieur) en arts appliqués, recrute essentiellement de jeunes bacheliers. Quel que soit votre profil, il n’est donc pas nécessaire, et même préjudiciable, de vous inscrire en prépa dans l’optique d’intégrer un DN MADE. Misez plutôt sur votre motivation et les spécificités de votre parcours.