1. En prépa, comment tenir le coup face au rythme de travail ?
Boîte à outils

En prépa, comment tenir le coup face au rythme de travail ?

Envoyer cet article à un ami

Vous intégrez une classe préparatoire : la masse de cours et de travaux à rendre est-elle gérable ? Quelle méthode adopter, quelles sont les priorités, comment s’organiser ? Nos conseils, extraits du guide Bien choisir sa classe prépa, de Marie Bonnaud et Philippe Mandry, aux éditions l’Etudiant.

"Le rythme de travail y est très soutenu !" Telle est la sentence qui revient le plus souvent dans la bouche des enseignants pour décrire la spécificité de la classe préparatoire. À tel point que pour certains, la montagne (de choses à faire) peut sembler infranchissable. Mais rassurez-vous, vous pouvez très bien vous en sortir en prépa avec un peu de ténacité et beaucoup de méthode !

Petits sacrifices et grandes résolutions

Il vous faudra tout de suite entrer dans votre année de prépa et bien baliser le travail en amont (notamment à travers une préparation solide pendant les vacances) pour ne pas vous laisser déborder. "Tout se décide bien souvent dans les trois premiers mois. Mais dès que le rythme est pris, il n'y a aucune raison de ne pas tenir jusqu'au concours", assure ce professeur de lettres qui intervient en classe préparatoire depuis près d'une dizaine d'années.

fleche-rouge Se concentrer sur le travail

"Il faut absolument réduire le temps inutile, les moments d'inactivité, assure Mathieu Meyrignac, professeur de français en classes prépas au lycée Carnot, à Dijon. C'est parfois violent pour certains élèves, car ils ne sont pas habitués à rationaliser leur temps et tant mieux, en un sens, car ils sortent tout juste de l'insouciance de l'enfance !"
Rationaliser le temps, c'est mettre beaucoup de choses entre parenthèses : les cafés interminables avec les copains, la pratique intensive d'un sport ou d'un instrument de musique, les soirées festives.

"C'est vrai que ça demande un vrai sacrifice pour des jeunes de 17 ans. Mais les années scolaires sont courtes et réussir à se concentrer sur le travail deux fois six mois dans sa vie, ce n'est pas vraiment un drame", assure cette enseignante d'une grande prépa parisienne, qui défend la vision d'un parcours ascétique.

fleche-rouge Ne pas abandonner tous ses loisirs

Mais si tout travail intellectuel mérite une forte implication du corps et de l'esprit, beaucoup d'enseignants conseillent de maintenir une activité de loisirs en parallèle, ne serait-ce que pour rester en bonne santé : "En prépa, le rythme est soutenu, c'est un fait, mais rien n'empêche de maintenir certaines activités sportives. À la rentrée, un élève est venu me demander si c'était une bonne chose qu'il continue à faire du rugby universitaire et des balades en roller. Je lui ai dit : 'bien sûr !‘", raconte ce professeur de physique dans une prépa de province très sélective.

Continuer à profiter de la vie
Autrement dit, n'ayez crainte : l'entrée en prépa ne doit pas impliquer une transformation radicale de votre vie ! Il faut juste l'adapter quelque peu à de nouvelles exigences : "Se faire au rythme de la prépa, ça veut dire d'abord réduire le temps consacré à des activités personnelles. Mais il ne s'agit pas d'arrêter totalement le foot alors qu'on en faisait dix heures par semaine... Il faut seulement se résigner à n'y plus consacrer qu'une heure", poursuit Mathieu Meyrignac.
Idem pour les amitiés et les relations amoureuses naissantes : "Je dis toujours à mes élèves qu'il est très important de continuer à avoir une vie de jeune la plus équilibrée possible. S'il s'agit bien sûr de ne pas sortir tous les samedis soirs, il ne faut pas pour autant rester cloîtré chez soi. D'ailleurs, la prépa est souvent le lieu où se nouent les premières relations amoureuses... et c'est très important d'y succomber !», complète cette enseignante de lettres.

Savoir gérer vos priorités

Il ne faut pas vous lancer tête baissée dans une stratégie irréfléchie du "travailler plus à tout prix"... Faute de quoi, le risque est de finir sur les rotules avant la fin du mois de décembre. Il faut réussir à faire des choix et à hiérarchiser les priorités entre les différentes leçons, exercices et révisions.

fleche-rouge Maintenir le cap dans toutes les matières

Le plus important en classe prépa est de continuer à travailler dans toutes les matières et de ne surtout pas abandonner une discipline. Car pour réussir les concours, il faut avoir un niveau correct partout, y compris en lettres pour les profils scientifiques.

D'une manière générale, vous devez apprendre à identifier vos points forts (à solidifier) et vos points faibles (à consolider). Ensuite, en fonction de votre niveau et de vos capacités, l'objectif est d'augmenter le volume de travail personnel. Vous allez apprendre l'importance de pouvoir vous dire : "J'ai déjà fait ça, c'est l'essentiel."

fleche-rouge Un travail adapté dans chaque discipline

Une seule règle à retenir : en prépa, vous n'avez pas le temps de ne pas comprendre ! Et seul un travail régulier dans chacune des matières vous permet d'identifier vos éventuelles lacunes.

Dans les matières scientifiques, que ce soit en maths ou en physique, les professeurs tombent d'accord : pour progresser, il faut faire et refaire les exercices vus en classe et prendre très au sérieux les devoirs demandés à la maison. Un bon exercice consiste d'ailleurs à refaire une démonstration vue en cours le plus rapidement possible. C'est ainsi la preuve que les automatismes sont bien acquis.

Dans les matières littéraires, il ne faut pas vous laisser impressionner par la longueur des bibliographies données par les professeurs ! Il faut apprendre à distinguer les ouvrages importants, incontournables, et les ouvrages qui ne sont donnés qu'à titre indicatif. Mais cela étant dit, le rythme de lecture reste très soutenu toute l'année durant : "On demande aux élèves de lire beaucoup, vite et bien... Et ce, dans toutes les matières !", souligne cet enseignant.

Toutes les matières à dissertation sont particulièrement exigeantes : "Je demande aux élèves de bien assimiler les corrections portées sur la copie et les corrigés. Une bonne méthode pour progresser consiste à inscrire sur une feuille l'ensemble des points faibles ou non encore assimilés. L'exercice est difficile pour beaucoup car il demande à l'élève d'acquérir une certaine distance par rapport à son niveau. Ce qui nécessite une vraie maturité", explique Mathieu Meyrignac, enseignant de français.

Ces disciplines qui demandent de maîtriser beaucoup de connaissances (histoire, philosophie, économie, lettres) imposent un travail qui se décline sous la forme de fiches et de pense-bêtes. Ces fiches doivent être synthétiques : elles ne sont donc pas une reprise in extenso du cours, mais bien un document précisant les principaux points ou concepts à retenir. En les écrivant, vous faites déjà travailler votre mémoire.

Les volumes horaires sont nationaux

De 30 à 35 heures de cours par semaine : le volume horaire diffère suivant les filières et peut être complété par le jeu spécifique des options. Mais quoi qu'il en soit, il faut bien avoir conscience que les horaires sont nationaux et donc communs à toutes les prépas, qu'elles se présentent ou non comme ultra-sélectives. 

Ce qui diffère ensuite, c'est l'ampleur du travail personnel demandé mais aussi l'organisation des emplois du temps. Au lycée Rabelais de Saint-Brieuc, par exemple, les journées finissent à 15 heures afin de laisser du temps aux élèves pour travailler chez eux... sans sacrifier toutes leurs soirées.

Établir un planning

Le rythme de la classe prépa est celui d'une course de fond, avec le concours à l'horizon. Si un départ trop rapide risque d'épuiser vos forces, un départ trop lent pourrait obérer vos chances de succès dans la dernière ligne droite. Il faut donc partir dès la rentrée sur un rythme soutenu. D'ailleurs, les statistiques confirment en la matière l'implication des élèves de prépas : ces derniers travaillent en moyenne 59 heures par semaine (heures de cours comprises), contre 28 heures à l'université en lettres et sciences humaines.

fleche-rouge Travailler régulièrement, tous les soirs

La reprise des cours de la journée peut prendre plus ou moins de temps en fonction du profil de l'élève : "Certains élèves vont réviser leur leçon de maths en vingt minutes, d'autres vont y passer deux heures. C'est très inégal. Nous ne fixons pas d'exigence en termes de temps. En revanche, nous incitons les élèves à travailler tous les soirs. Et ils doivent considérer le samedi comme un jour travaillé, même s'ils peuvent s'offrir une plage de liberté de temps en temps", assure Gaël Benabou, professeur de maths dans une prépa PT (physique-technologie) à Rueil-Malmaison. Quelle que soit la prépa, la règle vaut pour toutes les matières : seule la régularité du travail quotidien est payante à long terme.

fleche-rouge Acquérir des méthodes de travail

Mais tous les enseignants le disent aussi : si un élève est obligé de travailler tous les soirs jusqu'à 23 heures, c'est qu'il est mal organisé ! "Le travail est d'autant plus soutenu que l'élève n'est pas efficace dans son organisation. Dans les premiers mois, notre mission est surtout de lui apprendre à mieux apprendre. Au début, l'élève a l'impression qu'il est submergé, mais nous le conseillons, lui donnons des méthodes de travail... et faisons évoluer les choses", explique Jean-Robert Seigne, professeur de sciences physiques en MP (maths-physiques).

Il faut donc apprendre à faire évoluer quantitativement et qualitativement vos manières de travailler : "En prépa, les élèves apprennent littéralement à travailler : c'est un acquis qu'ils garderont dans toute leur vie future, d'étudiant et de professionnel", note ce proviseur d'une classe prépa parisienne.
 

À lire, aux éditions de l'Etudiant :
Bien choisir sa classe prépa, de Marie Bonnaud et Philippe Mandry.

À consulter aussi

Une prépa, pour moi ?
Admission en classe prépa : des candidatures passées au crible
Quel est le bon profil pour postuler en prépa littéraire ?
Quel est le bon profil pour postuler en prépa scientifique ?
Quel est le bon profil pour postuler en prépa économique et commerciale ?

Ma prépa et moi
Comment choisir la prépa qui me convient ?
Boîte à concours ou prépa tranquille : quelle stratégie adopter ?
La prépa, point de départ d'études longues
- La prépa selon Théotime, en maths spé
Xavier, en prépa HEC voir technologique
La prépa selon Eléonore, élève en khâgne
La prépa HEC selon Kévin

La prépa, comment ce sera ?
À quoi doit-on s'attendre en prépa ?
Réussir sa prépa, les réponses à vos questions
Ma prépa est un échec, comment me réorienter ?

Vidéos
 - Elles sont étudiantes en prépa littéraire
La prépa, est-ce toujours un bon choix ?
- Sur Trendy : j'organise ma chambre... d'étudiant en prépa

Chats
 - Classes prépas : l'Etudiant a répondu à vos questions sur les CPGE
"Conseils pour réussir sa prépa HEC" : Éric Cobast vous a répondu

Sommaire du dossier
Retour au dossier En prépa, faut-il avoir une bonne mémoire ? En prépa, comment tenir le coup face au rythme de travail ? Quels élèves réussiront le mieux en prépa ? En prépa, dois-je m’attendre obligatoirement à une chute des notes ? En prépa, comment apprendre à gérer le stress ?