Suivez Aurélien en prépa scientifique : "On commence à avoir une sorte de routine"

Par Clément Rocher, publié le 17 Decembre 2019
5 min

EPISODE 2. L’Etudiant vous fait découvrir la classe préparatoire scientifique au travers du regard d'Aurélien, étudiant en MPSI. Prenons de ses nouvelles pour découvrir comment se déroulent ses études au lycée du Parc à Lyon (69) dans ce nouvel épisode.

Depuis notre dernier échange, Aurélien s’est habitué au nouveau rythme de travail imposé par la classe préparatoire scientifique qu'il a intégré au lycée du Parc à Lyon (69) . "Il y une grosse différence avec le début d’année. Et c’est bien plus intense qu’au lycée." Le rythme de travail est rapidement devenu plus soutenu : la quantité de travail s’est accrue avec notamment la mise en place des devoirs surveillés.

"Tout va bien, mais je suis un peu fatigué. Mine de rien, je travaille près de 10 heures par jour et nous avons un devoir surveillé pendant 3–4 heures chaque samedi matin", raconte le jeune homme. Les fins de semaine sont aussi consacrées aux exercices, à l’apprentissage des cours et à des démonstrations. "Nous avons une trentaine d’exercices en mathématiques et en physique. On s’habitue et on travaille plus efficacement", poursuit-il.

Aurélien a instauré une bonne dynamique dans son rythme de vie : lever à 6h30 et coucher à 23h. "On commence à avoir une sorte de routine en classe prépa."

Quelques chiffres pour se rendre compte du rythme de la prépa : Aurélien complète actuellement son quatrième cahier de mathématiques et son troisième de physique. Il voit même ses stylos "se vider de leur encre chaque jour" !

Lire aussi

En prépa, les khôlles ont commencé

Aurélien confirme qu’il n’a pas l’impression d’être en retard dans son apprentissage. "Je m’en sors plutôt bien dans toutes les matières. J’ai un peu plus de difficultés pour les khôlles d’anglais où il faut réussir à construire un raisonnement à partir d’un sujet général et savoir le commenter", avoue-t-il.

C'est quoi exactement, une khôlle ? "Une khôlle est une interrogation orale. Nous sommes trois élèves dans une salle, chacun sur une partie du tableau. En mathématiques, nous faisons la démonstration d’un théorème appris en cours. En physique, il s’agit d’expliquer un phénomène. Nous avons deux khôlles par semaine. Cela nous force à nous mettre à jour sur les cours", explique l'étudiant.

Aurélien s’était bien renseigné en amont. "Nous avions demandé aux étudiants de deuxième année comment sont les khôlleurs. Nous savions à quoi nous attendre." Les étudiants de première année de prépa MP effectuent des khôlles en mathématiques, physique et en anglais.

Lire aussi

L’esprit de solidarité

"Il n’y a pas d’ambiance 'concours' ou d'esprit de compétition entre nous. Il n’y a aucune animosité et personne n’est tout seul." Aurélien insiste sur le fait que l’entraide est vraiment présente en classe préparatoire. Les travaux de groupe et autres moments de révisions permettent justement de se rapprocher des autres élèves.

Une solidarité qui possède tout de même ses limites : "La rivalité ne se ressent pas à l’intérieur du lycée mais plutôt avec les étudiants des autres classes prépa", plaisante Aurélien.

Cette solidarité entre élèves va aussi de pair avec l'atmosphère créée par l’équipe pédagogique. "Les professeurs veulent nous voir progresser et nous aident pour cela. Si nous avons un problème, nous pouvons aller les voir", confie-t-il.

Comment va se passer la reprise après la période des vacances ? "Les dissertations de français vont bientôt arriver. Et à la fin du premier semestre, il y aura un classement général."

Articles les plus lus

A la Une prépa

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !