Coronavirus : ce que l’on sait concernant les examens et les concours

Par Clément Rocher Amélie Petitdemange Dahvia Ouadia Julien Toury, publié le 13 Mars 2020
9 min

Si les concours font partie des événements autorisés pendant l'épidémie de coronavirus, les établissements peuvent décider de les reporter au cas par cas. Les examens sont quant à eux maintenus, mais les modalités d’évaluation peuvent changer et prendre notamment la forme d'épreuves en ligne.

Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé ce jeudi 12 mars que toutes les écoles et les universités seront fermées à partir de lundi afin de limiter la propagation de l’épidémie de coronavirus. Les établissements, en lien avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, travaillent à un plan de continuité d'activité (PCA) pour assurer la poursuite des cours malgré cette mesure.

  • Les examens, qui valident l'acquis des connaissances et compétences à la fin des cycles de formation, sont reportés ou aménagés, au cas par cas.
  • Les concours, déterminants pour la poursuite des études, sont considérés comme "utiles à la vie de la nation" et échappent à l'interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes. Malgré cela, les universités et écoles prennent également des décisions individuelles.

L'Etudiant fait le point sur les décisions concernant la tenue des concours et des examens prises par chaque grand type d'établissement du supérieur : universités, grandes écoles de commerce et grandes écoles d'ingénieurs. La rédaction actualisera régulièrement les informations présentes dans cet article.

L'option "report" choisie par certaines universités

À la Sorbonne Paris Nord (ex-Paris 13), tous les examens et concours seront reportés à une date ultérieure, "quand la situation sera de retour à la normale". Sciences po Paris va reporter ses "galops" [examens blancs] à une date ultérieure également.

Lire aussi

Le concours commun du réseau Sciences po (IEP d’Aix-en-Provence, Saint-Germain-en-Laye, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg et Toulouse), prévu le 18 avril risquerait d’être annulé. "De nombreux candidats viennent de zones confinées et ne pourront pas se déplacer. Maintenir le concours induirait une inégalité de traitement", explique Pierre Mathiot, directeur de Sciences po Lille. "L’idéal serait de décaler le concours, mais cela demande un accord du ministère pour déroger aux dates de Parcoursup".

Examens aménagés et QCM en ligne envisagés par d'autres

De son côté, l’Université Bretagne-Sud a décidé de maintenir l’ensemble des examens. "Lorsqu’un étudiant est empêché, une épreuve de remplacement lui sera proposée", précise l’université, qui se veut rassurante. "Nous ferons preuve en cette période exceptionnelle d’une très grande bienveillance à l’égard de nos étudiants". Elle prévient par ailleurs que les examens pourront être modifiés.

"Les examens de l’université ne sont pas des concours, nous n’avons pas d’obligation que l’épreuve de remplacement se déroule sous le même format et dans la même durée que l’épreuve initiale. Notre seule obligation se limite à évaluer la compétence préparée dans le cadre de l’enseignement. Un QCM en ligne peut par exemple faire office d’évaluation", précise-t-elle.

Lire aussi

Les examens sont également maintenus à l'université Dauphine-PSL. Ils seront organisés via des évaluations à distance et les modalités pourront être aménagées. "Dans ce contexte particulier, les enseignants sont invités à adapter les modalités d’évaluation de façon à garantir aux étudiants un traitement équitable", nous précise l'université.

Des réserves concernant la tenue des concours d'entrée en écoles de commerce

Pour les écoles de commerce post-bac notamment, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, demande à privilégier l’examen des dossiers des élèves via Parcoursup. Si rien n’est tranché, certaines banques ont d’ores et déjà choisi de suivre les recommandations de la ministre : "nous étudierons les notes du bac français, les notes de terminale et les éléments de la fiche Avenir", informe Christelle Garon, responsable communication du concours Sesame. La question des oraux reste cependant en suspens, la structure préférant agir étape par étape.

Le concours Passerelle prévient cependant sur Twitter que ses concours sont pour l’instant "maintenus selon des modalités que nous soumettons actuellement à l’accord des ministères concernés". Les écoles qui sont le moins impactées sont celles qui proposent déjà des épreuves à distance. "Les circonstances actuelles ne devraient pas nous affecter, cela nous conforte dans le choix d'avoir dématérialisé nos épreuves", précise Nicolas Leblanc, du concours Team.

Lire aussi

Une interrogation demeure pour ce qui est des oraux : "nous ne savons pas encore, mais notre organisation nous permet d'être en dessous des limites d'effectifs imposées", poursuit Nicolas Leblanc. Par ailleurs, les oraux pourraient aussi être dématérialisés, au travers de visioconférences.

Pour le moment, les écoles restent encore sur le qui-vive concernant leurs concours d'entrée. La situation évoluant au jour le jour, des modalités plus claires devraient émerger dans les jours et les semaines à venir.

Examens à distance privilégiés par les business schools

Skema Business School, qui dispose de trois campus en France (La Défense, Lille et Sophia-Antipolis), a pris la décision de basculer tous ses examens en ligne. "L'ensemble des professeurs et collaborateurs ont tout mis en œuvre pour permettre la poursuite des enseignements dans les meilleures conditions possibles, en s'appuyant notamment sur la plateforme collaborative Microsoft Teams", précise l’école dans un communiqué. Les campus français et ceux du Brésil et d'Afrique du Sud demeurent ouverts au personnel de l'école afin de mettre en œuvre le plan de continuité pédagogique.

ESCP Business School, qui dispose de cinq campus en Europe, envisage pour sa part différentes possibilités. Des surveillances à distance seront mises en place pour certains examens. "Le principe est un enregistrement du candidat, avec webcam et micro. C’est après le visionnage que l’examen sera validé, à moins que l’examinateur repère des comportements étranges, si l'étudiant parle ou se lève par exemple. Les étudiants peuvent utiliser n’importe quel ordinateur, à condition que tous les logiciels soient fermés et qu’ils utilisent un navigateur sécurisé", explique Léon Laulusa, directeur académique de l'établissement. L’école fera des tests blancs avant les épreuves pour vérifier cette technique, car 1.000 étudiants de master 1 se connecteront simultanément en mars.

Concours écoles d'ingénieurs : plusieurs épreuves écrites annulées

Plusieurs concours communs aux écoles d’ingénieurs post-bac ont pris des dispositions à la suite du discours de la ministre, Frédéric Vidal, l'après-midi du vendredi 13 mars. Le concours Puissance Alpha a pris la décision d’annuler les épreuves écrites du samedi 25 avril pour les candidats de terminale S. Le concours demeure néanmoins maintenu "dans un principe d’égalité des chances", explique Astrid Woitellier, déléguée générale de Puissance Alpha.

Lire aussi

L'admission des candidats repose désormais sur la notation du dossier par le concours (50% de la note) et sur la notation du dossier par l’établissement. "Nous nous attachons à personnaliser l’évaluation de l’élève pour trouver la meilleure adéquation entre l’élève et le programme de l’école." Ces modalités de sélection étaient déjà appliquées pour les élèves de terminale issus des autres filières.

Le concours Geipi Polytech a également pris la décision de supprimer les épreuves écrites et orales de tous les concours post-bac. Désormais, votre admission repose uniquement sur votre note de dossier. Pour les candidats de la filière S, l’examen du dossier prend en compte les notes de maths et de physique de première et de terminale, les notes d’anglais de terminale et les notes obtenues au bac de français. Pour les candidats des filières STI2D-STL, l’examen du dossier prend en compte toutes les notes de première et de terminale.

Le principe des concours maintenu pour le moment côté écoles d'ingénieurs

Le comité de pilotage du Service de Concours Ecoles d'Ingénieurs (SCEI) s’est réuni le vendredi 13 mars. Le président du comité, Claude-Gilles Dussap, confirme que l’ensemble des concours des écoles d’ingénieurs post-prépa sont maintenus pour le moment. "Nous avons encore du temps devant nous, mais nous regardons la situation avec énormément d’attention. Nous ne prenons pas le choses à la légère." Actuellement, le comité de pilotage ne dispose pas de "formule de remplacement" mais réfléchit à des procédures d’aménagement afin d’assurer la sécurité des candidats. "Il est hors de question de mettre en danger la santé des jeunes, " conclut Claude-Gilles Dussap.

Articles les plus lus

A la Une supérieur

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !