Choisir un thème de mémoire

Par Myriam Greuter , publié le 21 Mai 2013
3 min

Une fois définie la matière sur laquelle portera votre mémoire, deux moyens s’offrent à vous : partir d’un goût pour un thème, ou d’un coup de cœur pour un enseignant. Le mieux est cependant d’y réfléchir le plus tôt possible, au printemps précédant l’année du mémoire par exemple, comme le conseille Myriam Greuter dans Bien rédiger son mémoire ou son rapport de stage, aux éditions l’Etudiant. Extraits.

Partir du professeur

Si le choix du professeur est pour vous prioritaire, vous devez obtenir de votre UFR la liste des enseignants habilités à diriger des recherches, et examiner la spécialité du professeur choisi. Ensuite, recherchez un thème ad hoc et discutez-en avec votre professeur : cela vous aidera à restreindre votre idée générale en un sujet précis de mémoire.

Partir d’une envie

Si le choix du directeur de recherche n’est pas l’élément primordial, la liberté dans la définition du sujet est encore plus grande. Généralement, les élèves commencent par s’interroger sur leurs centres d’intérêt. « L’envie de travailler sur un sujet peut surgir de deux voies, explique Sébastien : soit d’un goût pour un thème, soit d’une envie de faire mieux que ce qui existe déjà sur la question. »

Un sujet abordé durant vos études a pu particulièrement vous plaire, ou peut-être un thème vous tient-il spécialement à cœur, en dehors des cours. Même si tous les centres d’intérêt ne peuvent évidemment pas donner une idée de sujet pour un mémoire, aucune passion n’est a priori méprisable. Bien qu’ils restent rares, on voit ainsi chaque année des mémoires de lettres sur la littérature policière ou enfantine, des mémoires de philosophie sur Woody Allen…

Aimer son sujet paraît en tout cas une condition indispensable de réussite : il faudra en effet beaucoup de ténacité et d’entrain pour tenir près d’un an sur la même question.

Être pragmatique

Parfois, le choix du mémoire répond à des préoccupations plus réalistes : il peut ainsi être judicieux de choisir son sujet en fonction du programme des concours que l’on souhaite passer ensuite. Faire une maîtrise de lettres ou de philosophie sur un auteur au programme du CAPES vous donne, par exemple, une longueur d’avance sur les autres candidats.

Sébastien et Aïnoha, étudiants en philo, recommandent de choisir un sujet « classique » en master si l’on se destine aux concours de l’enseignement – « quitte à bifurquer, à trouver un angle original », précise Sébastien, « ou à réserver un sujet singulier pour la thèse », ajoute Aïnoha.

DRPOUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Bien rédiger son mémoire ou son rapport de stage", par Myriam Greuter.

Articles les plus lus

A la Une supérieur

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !