1. Supérieur
  2. Des étudiants de l’ENS sont à Madrid pour la COP 25
Décryptage

Des étudiants de l’ENS sont à Madrid pour la COP 25

Envoyer cet article à un ami
Sept étudiants de l'ENS-PSL participent à la COP 25 qui se tient à Madrid. // © ENS/PSL
Sept étudiants de l'ENS-PSL participent à la COP 25 qui se tient à Madrid. // © ENS/PSL

Sept étudiants de l’ENS-PSL sont à Madrid pour observer et participer à la COP 25, ce grand rendez-vous mondial donné du 2 au 13 décembre par les Nations Unies pour travailler sur la question des changements climatiques.

Assister à la COP 25, le sommet mondial sur le climat qui se tient cette année à Madrid ? Une rare opportunité que sept étudiants de l’Ecole normale supérieure ont saisie. Ils participent en tant qu'observateurs aux séances de négociations intergouvernementales et sont parties prenantes des "side events" organisés par les entreprises, institutions et ONG.

Une initiative née en 2016, lorsque Lucas Paoli, élève au département de biologie de l’ENS et membre de l’association Ecocampus s’est rendu à la COP22 en tant qu’observateur. À la suite de cette expérience, il a contribué à créer le séminaire "Négociations climatiques, géopolitique du climat et COP" avec le directeur d’études sciences, Christian Lorenzi.

Lire aussi : Assemblée de l'ONU : 72h dans la peau d'un diplomate

Participer à la COP 25 ? Accréditation de l'ONU obligée !

C’est l’année dernière que des étudiants de l’ENS ont pu aller à la COP pour la première fois, le processus d’accréditation puis de demande de badge auprès des Nations Unies étant assez lourd.

"Peu d’universités et grandes écoles françaises envoient des étudiants, alors que c’est plus fréquent dans d’autres pays. L’un des principaux freins est la procédure d’habilitation de l’établissement", explique Adrien Baysse-Lainé, responsable du séminaire. Cette année, Grenoble INP a envoyé des étudiants de son école d’ingénieurs ENSE3 et d’autres étudiants se sont fait accréditer à titre personnel, en passant par le Réseau Français des Etudiants pour le Développement Durable (REFEDD).

Lire aussi : Au cœur de l'école des cadors

Enrichir son projet personnel grâce aux "side events" de la COP 25

Au sein de l’ENS, 16 étudiants ont postulé avec un CV et une lettre de motivation pour participer à ce voyage. Ils ont notamment été sélectionnés au regard de la cohérence entre leurs parcours avec les objectifs de ce sommet international, tout en respectant une mixité de niveau d’études, de spécialité et de genre.

Les sept participants se sont ensuite répartis sur les "side events" selon leurs intérêts. Célia, en 4e année de droit de l’environnement, assiste aux conférences et ateliers sur l’égalité des genres. "J’aimerais travailler dans une ONG de protection de l’environnement, donc ça me permet de comprendre comment se passent les négociations auxquelles je serais confrontée dans mon métier", souligne l’étudiante.

Lire aussi : Des élèves de lycées défavorisés entrent à l'ENS

A ses côtés, Léonard, en 3e année d'études au département de physique, s’intéresse à la représentation des peuples autochtones lors des négociations climatiques. "J'étais par exemple au pavillon de l’Allemagne pour une conférence sur l’action des peuples autochtones pour la défense de la forêt amazonienne. J’ai ensuite interrogé un chef colombien sur ce sujet".

Une préparation spécifique au sein de l'ENS

Les étudiants ont été préparés à cet événement grâce à un séminaire lors du premier semestre. Deux heures par semaine, des intervenants donnaient des conférences sur le changement climatique. En plus de ce cours ouvert à une cinquantaine d’étudiants, ils sont spécifiquement préparés à la COP au travers de rencontres durant lesquelles ils organisent leur déplacement et le travail qu’ils réaliseront sur place. Cette année, les étudiants ont décidé de retranscrire leur expérience dans un podcast. Dans ce cadre, ils ont recueilli des questions de lycéens auxquelles ils répondront dans les épisodes réalisés sur place. Ils devront également faire un retour aux étudiants du séminaire qui ne seront pas allés à Madrid.

L’année prochaine, un nouveau groupe d’étudiants de l'ENS se rendra à la COP 26 de Glasgow. Une destination relativement proche qui permettra, comme cette année, de faire le déplacement en train pour éviter la lourde empreinte carbone de l’avion.