1. Echec à la fac : se réorienter, un apprentissage sur la durée

Echec à la fac : se réorienter, un apprentissage sur la durée

Envoyer cet article à un ami

L’échec en première année de fac est plutôt courant… et pas forcément une catastrophe. À condition d’en tirer les leçons pour repartir du bon pied.

Devenir autonome, maîtriser les méthodes de travail et comprendre ce qu’attendent les enseignants peut prendre plusieurs mois. Tout dépend de la maturité de l’étudiant, de sa motivation mais aussi d’autres facteurs extrascolaires. Le fait de quitter le domicile familial, le temps passé dans les transports, la nécessité de devoir travailler pour financer ses études… sont autant d’éléments qui peuvent avoir des conséquences sur les résultats.

"Que représente une année de cafouillage à l’aune d’une vie ?", prolonge Simone Bonnafous. La présidente de l’université Paris 12-Val-de-Marne insiste sur la nécessité de dédramatiser les réorientations en cours d’année. "Quand on choisit une voie qui vous destine à un métier, on peut se donner une année de réflexion. Il est toujours préférable de bifurquer vers une autre filière en fin de premier semestre plutôt que de persister au risque de tout arrêter."

Mathieu Oui
Sommaire du dossier
Retour au dossier Echec à la fac : se réorienter, un apprentissage sur la durée Echec à la fac : les passerelles comme sorties de secours