1. Conservatoire national supérieur d’art dramatique : comment entrer au CNSAD
Décryptage

Conservatoire national supérieur d’art dramatique : comment entrer au CNSAD

Envoyer cet article à un ami
Des élèves du CNSAD durant des répétitions. Pour être admis, les candidats doivent réussir pas moins de trois auditions. // © CNSAD
Des élèves du CNSAD durant des répétitions. Pour être admis, les candidats doivent réussir pas moins de trois auditions. // © CNSAD

Moins de 3 % des candidats parviennent à intégrer chaque année le Conservatoire national supérieur d’art dramatique. Une sélection impitoyable pour les postulants, qui doivent produire une attestation de 1 an d’études théâtrales avant de se présenter aux auditions en mars. Conditions d’accès, conseils d’heureux élus… voici tout ce qu’il faut savoir pour mettre le maximum de chances de son côté, avec, en exclusivité, la liste des cours de théâtre qui préparent le mieux au concours.

Le CNSAD (Conservatoire national supérieur d’art dramatique) s’apparente à un Graal pour tout jeune qui se rêve comédien. Il faut dire que l’établissement, dont la création remonte à 1794, conserve un prestige inégalé et offre des conditions d’études exceptionnelles, en plein cœur de la capitale (il dispose en particulier d’un magnifique théâtre à l’italienne).

En 2014, la Cour des comptes avait souligné qu’il faisait partie des écoles publiques les plus onéreuses. Chaque élève coûte en effet à l’État 44.000 € par an ! Et chaque promo ne dépasse pas les 30 étudiants (15 garçons, 15 filles). Mais cette école sous tutelle du ministère de la Culture a le mérite d'avoir formé des grands noms du métier comme Jean-Paul Belmondo, Catherine Frot, Jean-Pierre Marielle et, plus récemment Pierre Niney, le chouchou des ados, et Guillaume Gallienne.

Très engagée dans le théâtre en région, Claire Lasne-Darcueil a remplacé en 2013 Daniel Mesguich à la direction de l’école.

Une formation solide, dans un cadre mythique

Les 30 élèves qui sont admis chaque année y préparent, en 3 ans le DNSPC (diplôme national supérieur professionnel de comédien) (un diplôme de niveau II soit à bac+3). Le programme est très dense au Conservatoire. Les étudiants suivent 35 heures de cours par semaine (jeu devant la caméra, danse, clown, poésie, jeu en anglais) et participent à des ateliers avec d’autres institutions. Ainsi, La Fémis, l'école nationale de cinéma, et le Conservatoire, ont organisé en mars 2015 la semaine interécoles durant laquelle des ateliers réunissaient élèves et professeurs des deux établissements.

L’école fait partie du programme SACRe de PSL (Paris sciences lettres) qui permet à 3 artistes recrutés pour 3 ans de faire de la recherche.

En 2014, la Cour des comptes avait reproché au Conservatoire son manque d’ouverture à l’international (il n’a pas encore de charte Erasmus par exemple). Et rares sont les élèves qui profitent des accords signés avec des établissements étrangers. Toutefois, on peut souligner que le CNSAD a signé en 2013 avec le groupement européen E:UTSA (Europe : Union of theatre schools and academies), ce qui devrait faciliter à l’avenir les échanges d'étudiants.

Un gage de qualité aux yeux des réalisateurs

Autre avantage notable : pour faciliter l’insertion des diplômés, la plate-forme JTN (Jeune théâtre national) organise des auditions pour les metteurs en scène de théâtre qui en font la demande, ouvertes uniquement aux diplômés du Conservatoire et de l’école du TNS (Théâtre national de Strasbourg). Cet accompagnement dure pendant 3 ans après la sortie de l’école. Car l’embauche des étudiants de ces 2 écoles, permet aux compagnies de bénéficier d’aides financières.

“En revanche, le Conservatoire n’a plus de lien comme par le passé avec le théâtre de la Comédie française, même si, de fait, 90 % des membres de la troupe viennent du Conservatoire”, souligne Grégory Gabriel, responsable de la scolarité de l’école.

Et au cinéma ? “C’est loin d’être le seul critère, mais le fait d’être diplômé du Conservatoire rassure les réalisateurs, car c’est l’assurance d’avoir un comédien bien formé”, constate Zita Hanrot, 24 ans, comédienne, issue de la promotion 2014. 

Les alternatives si vous n'entrez pas au CNSAD
Si vous ne faites pas partie des heureux élus, ne faites pas une croix sur une carrière de comédien. À l’issue de votre cours de théâtre, tout n’est pas perdu. Voici d'autres voies pour accomplir votre rêve. À côté du CNSAD, l’École supérieure d’art dramatique du TNS (Théâtre national de Strasbourg) est aussi très convoitée, et possède une cote monstre auprès des élèves. Pensez également aux 10 autres écoles qui délivrent aussi le DNSPC (diplôme national supérieur professionnel de comédien) de niveau II (bac+3). Moins sélectifs que le Conservatoire, ces établissements sont néanmoins prisés. En voici la liste :
• l'ENSATT (École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre) à Lyon (69) ;
l’École de la Comédie de Saint-Étienne (42) ;
• l’École nationale supérieure d’art dramatique de Montpellier (34) ;
• l’ERAC (École régionale d’acteurs de Cannes) ;
• l’École supérieure d’art dramatique du TNB (Théâtre national de Bretagne) à Rennes (35) ;
• l'École du Nord, à Lille (59) ;
• le Pôle supérieur d’enseignement artistique Paris Boulogne-Billancourt ;
• l’ESTBA (École supérieure de théâtre de Bordeaux-Aquitaine), à Bordeaux (33) ;
• l’ESAD (École supérieure d’art dramatique) de la Ville de Paris ;
• l’Académie-École supérieure professionnelle de théâtre du Limousin, à Saint-Priest-Taurion (87) ;
le Studio-École supérieure de comédiens par l’alternance (ESCA), seul CFA (centre de formation d'apprentis) des comédiens, qui soit habilité par le ministère de la Culture (depuis 2014). Une formation en alternance en 3 ans est proposée à une dizaine d’élèves qui leur permet de commencer à travailler (pour une compagnie théâtrale par exemple) tout en percevant un salaire. Devenir comédien en apprentissage, il fallait y penser !

Enfin, il existe aussi d’excellents conservatoires municipaux à Paris, mais également en régions. Et un certain nombre d’écoles privées, proposent au-delà de la simple préparation aux concours, un cursus complet de formations en 3 ou 4 ans. Pensez aussi à la "Classe libre" du cours Florent, très réputée auprès des professionnels.

Sommaire du dossier
Conservatoire national supérieur d’art dramatique : les conditions d’accès Comment choisir son cours de théâtre pour préparer le Conservatoire ? Exclu - Quels cours de théâtre préparent le mieux au concours d'entrée du CNSAD ? S’inscrire en licence théâtre tout en préparant le concours du Conservatoire : indispensable ou pas ? Conseil de pro : “Choisissez des rôles qui vous correspondent” Zita, comédienne, ancienne élève du Conservatoire : “Il faut être très tenace”