1. Ecoles d’art : comment ont-ils réussi à intégrer les prépas les plus sélectives ?
Témoignage

Ecoles d’art : comment ont-ils réussi à intégrer les prépas les plus sélectives ?

Envoyer cet article à un ami

Les lycéens n’ont jamais été aussi nombreux à postuler en écoles d’art. La première étape est souvent la prépa ou la mise à niveau. Comment s’y prendre pour intégrer ces filières très sélectives ? Pour comprendre les attentes des jurys, nous leur avons demandé de commenter quatre candidatures d’étudiants, qui ont réussi à intégrer la Manaa de l’école Estienne, une prépa à l’EPSAA, l’école d’art de Rueil-Malmaison et l’institut Saint-Geneviève à Paris.

Cette année de mise à niveau permet aux élèves des bacs généraux d’intégrer l’année suivante un BTS d’arts appliqués ou un DMA (diplôme des métiers d’arts) à l’école Estienne, ou ailleurs, dont l'accès se fait sur dossier. L’école Estienne propose un BTS (brevet de technicien supérieur) communication visuelle et 5 DMA (Reliure / Dorure, gravure, typographisme, illustration, cinéma d’animation).
 

henri lemahieu, arts appliquesProcédure d’entrée

 
Le candidat postule sur le site admission-postbac.fr et envoie avec son dossier scolaire une lettre de motivation. Les admissibles sont ensuite convoqués à l’école pour un oral. Ils doivent venir avec 3 images de leur choix.
 

Proportion de dossiers admis / dossiers envoyés

 
1,8 %. En 2010, 3.258 candidats ont demandé l’école Estienne, 200 candidats ont été reçus en entretien pour 60 places ! 

 

Comment a réussi Henri Lemahieu

 

Alors qu’il est élève de terminale Soption arts plastiques au lycée privé Notre Dame-de-la-Paix à Lille, Henri indique sur le site admission-post bac l’école Estienne parmi ses 3 choix. 

 

Son dossier scolaire

 
Il envoie sa fiche pédagogique où sont consignés sa moyenne, les appréciations des profs et l’avis très favorable du directeur. "J’avais entre 12 et 14/20 dans toutes les matières, et un 17 en arts que j’avais pris en option", explique t-il. De plus, Henri a décroché un 15 à l’écrit, et un 18 à l’oral au bac de français. "Je faisais partie des 5 premiers de ma classe, et j’avais eu de très bonnes appréciations", commente t-il.

 

Commentaire du jury
"Les notes du bac de français comptent beaucoup, car on sait que les qualités rédactionnelles vont souvent de pair avec la création artistique. Quelqu’un qui est bon en français aura de bonnes capacités d’analyse. Henri est bien classé aussi, c’est important. Le fait d’avoir pris arts en option est un plus évidemment, même si ce n’est pas obligatoire."

 

Sa lettre de motivation

 
Henri a écrit qu’il souhaitait par la suite intégrer le BTS communication visuellede l’école Estienne. Il a cité aussi 3 artistes qu’il aimait particulièrement : le peintre surréaliste Magritte, le sculpteur Brancusi, et le designer Starck. "J’ai fait exprès de ne pas choisir Picasso ou Van Gogh pour montrer que j’avais des connaissances pointues", dit-il. Il écrit aussi qu’il prend des cours municipaux de dessin de modèles vivants, en plus de l’option art au lycée. 
 

Commentaire du jury
"Pour nous, Starck manque d’originalité. Il faut surprendre un peu le jury ! Par contre, le fait de mettre des artistes vivants est plutôt un bon point."

 

Son entretien
 

Admissible, Henri devait venir à l’école avec 3 documents iconographiques. Il choisit une robe d’Agatha Ruiz de la Prada, une sculpture de Subodh Gupta intitulée "Very Hungry God" faite à partir d’ustensiles de cuisine, et enfin un dessin de Daumier. "Ils m’ont demandé pourquoi j’avais choisi ces images, mais j’ai été un peu déstabilisé quand ils m’ont demandé de mettre en lien les 3 œuvres car je ne m’y attendais pas du tout". Et son avenir ? "J’ai répondu que je voulais devenir illustrateur, mais ils m’ont mis en garde sur la difficulté du métier".

 

Commentaire du jury
"Henri a fait un bon choix. L’idéal est en effet de choisir un document en arts plastiques (photo, peinture, sculpture), un document en arts appliqués (stylisme, design) et un troisième dans les métiers d’art (gravure, illustration, animation). On aime bien en effet que le candidat mette en relation les 3 documents. Il faut montrer ses capacités d’analyse et de synthèse plus que ses connaissances. Enfin, le plus important est la capacité d’échange, il faut montrer qu’on est à l’écoute des questions du jury."

 

L'intégralité de la candidature de Henri

 
Regardez les éléments présentés par Henri pour son inscription (bulletins scolaires, appréciations...) dans le document ci-dessous. Pour les voir en plein écran, appuyez sur le mode "Fullscreen".





Sommaire du dossier
Justin, candidat à la prépa de l’Epsaa Annely, candidate à l’Ecole supérieur d’art de Rueil-Malmaison (92) André, candidat à la Manaa du lycée technique privé Sainte-Geneviève à Paris Prépa privées aux écoles d’art : premier arrivé, premier inscrit