Etudes d'art : à quelles bourses peuvent prétendre les étudiants ?

Par Séverine Mermilliod, publié le 31 Août 2022
7 min

Avec le matériel à acheter, les projets pratiques, les études d'art peuvent vite revenir cher : pour aider les étudiants les plus précaires à les financer, il faut savoir qu’il existe de nombreuses bourses. Voici quelques coups de pouce en écoles d'art publiques et privées.

Les étudiants en art le savent : même en école publique, où les frais de scolarité sont généralement plus faibles que dans le privé, les études peuvent coûter cher entre le matériel à acheter et les projets pratiques. Mais il existe de nombreuses bourses qui peuvent donner un coup de pouce aux étudiants les plus en difficulté ou les plus méritants. Tour d'horizon.

Les bourses en écoles d'art publiques

Dans les écoles nationales d’art, qui dépendent du ministère de la Culture et de la Communication, les étudiants peuvent bénéficier de bourses en fonction des revenus de leurs parents. Ils ont donc accès aux bourses du Crous.

Par ailleurs, le ministère de la Culture et de la Communication a créé un fonds national d'aide d'urgence annuelle Culture (FNAUAC). Une aide d'urgence qui permet "d'apporter rapidement une aide financière personnalisée entre six et neuf mois à l'étudiant qui rencontre des difficultés pérennes". Pour l'obtenir, l'étudiant doit la demander à son établissement, mais elle n’est pas cumulable avec les bourses sur critères sociaux.

Aux Beaux-Arts de Paris, les étudiants peuvent aussi bénéficier d’une aide au diplôme (projet de fin d’études) versée au 10e semestre d’études, soit la dernière année d’enseignement. La Ville de Paris attribue également chaque année six bourses d’études "pour encourager le travail d’étudiants des Beaux-Arts de Paris", destinées aux plus précaires qui passent leur diplôme ou l’année suivant le diplôme.

D'autres écoles d'art publiques proposent aussi des aides nationales et des bourses privées. C'est le cas aux Gobelins, école de l'image, où les bourses du Crous – pour certaines formations seulement- sont à demander dès le 15 janvier et jusqu'au 31 mai pour l'année scolaire suivante. Le fonds social de l'école exonère aussi certains étudiants de frais de scolarité en fonction de leurs résultats scolaires et de leurs difficultés financières. L'école propose en outre de nombreuses bourses financées par des entreprises privées (Olympus France, BMW France, Pathé, Universal Music…) et par des fondations.

L'association Artagon, dédiée au soutien, à la promotion et à l’accompagnement de la création, propose également différentes bourses pour les jeunes étudiants, pour l'achat de matières premières ou en collaboration avec l'Andea (Association nationale des écoles supérieures d'art et de design).

Lire aussi

Les bourses en écoles d'art privées

Côté privé, pas d'accès aux bourses du Crous, sauf si l'établissement est reconnu par l'Etat ce qui est le cas de l'Ecole de Design Nantes-Atlantique. Mais certaines écoles d'art – comme l’école Rubika depuis 2019 (École d'Animation 3D 2D, Jeu Vidéo et Design) – attribuent aussi des bourses au mérite, financées généralement grâce à des entreprises privées, fondations et dons de particuliers.

L'école de stylisme IFA Paris propose des bourses d'études "fondées sur le mérite, le talent et le profil académique" et des aides financières pour les étudiants ayant des ressources limitées. L’ESMA (école supérieure des métiers artistiques), elle, assure dans sa présentation que "des bourses internes sont octroyées sous conditions, à compter de la 2e année d’études". A l'école de Condé, on parle de "bourses d'excellence" destinées aux étudiants ayant suivi un cursus Bachelor, attribuées sur dossier en fonction de la motivation et du potentiel de l'étudiant. La plupart en proposent alors renseignez-vous auprès de votre école !

Lire aussi

Des aides de fondations et mécènes

En général, les fondations ont un partenariat avec l'école d'art dans laquelle vous êtes inscrit, qui vous informera de l'existence de la bourse. Mais il est parfois possible de demander une bourse directement auprès de la fondation : c'est possible pour la bourse de la Fondation Mérimée en Métiers d’art de la restauration, ou pour la bourse "Artistes dans la cité" de la Fondation Hermès uniquement pour les étudiants de 19 établissements partenaires (l'appel à candidatures est encore ouvert jusqu'au 16 septembre).

On peut citer aussi la Fondation banque populaire, qui soutient notamment les domaines de la musique et de l'artisanat d'art avec des bourses de 1.000 à 15.000 euros par an ; la fondation Culture et diversité, qui promeut l'égalité des chances dans tous les champs artistiques (12 programmes en tout) ; la Fondation Meyer pour le développement culturel et artistique, qui soutient notamment le Conservatoire de Paris et l'Ecole du Louvre… Il y a aussi la fondation Vallet (uniquement dans l'académie de Paris), qui permet par exemple chaque année à huit nouveaux élèves de l'Ecole Estienne d'obtenir une bourse de 4.600 euros par an.

Lire aussi

Les bourses dans le domaine du patrimoine

Côté patrimoine, l’INHA (institut national d’histoire de l’art) recense des bourses finançant la recherche en histoire de l’art (au niveau master et doctorat) : on peut citer les bourses Master 2 recherche histoire de l’art du Comité français d’histoire de l’art, la bourse de recherche de l’Institut Giacometti Paris pour l’histoire de l’art moderne… L’INP (institut national du patrimoine) propose aussi quelques bourses.

Enfin des fondations étrangères peuvent aussi aider les étudiants en art. Ainsi, l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ) propose une bourse de mobilité pour effectuer un séjour d’études, en Allemagne, dans une école d'art (une Akademie für Bildende Künste, une Hochschule der Künste ou une Fachhochschule für Design und Gestaltung), ou dans une école supérieure de musique et de théâtre (Hochschule für Musik und Theater). Il faut avoir entre 18 et 30 ans, et l’étudiant reçoit 300 euros par mois entre deux et cinq mois.

La fondation Kenza-Institut de France accorde quant à elle des bourses d'études supérieures à l'étranger à des étudiants en art et histoire de l'art de grands établissements parisiens ou nationaux. La date limite des candidatures est janvier et il faut avoir moins de 28 ans.

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une écoles d'art et de la création

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !