1. Le palmarès des écoles de graphisme
Bancs d’essai

Le palmarès des écoles de graphisme

Envoyer cet article à un ami

Chargé de la partie création dans tout ce qui touche à la publicité, la presse et l’édition, le graphiste doit faire montre d’un bon coup de crayon.

Formé à l’École Estienne et à l’ENSAD (École nationale supérieure des arts décoratifs, dite Arts déco), il débute au sein du collectif de graphistes Grapus avant d’intégrer l’agence de Natta Rampazzo (presse et édition).

 

Mes formations préférées

 
1. BTS communication visuelle et DSAA arts et techniques de la communication de l’École Estienne.
2. ECV.
3. ESAG-Penninghen.
4. Diplôme d’État spécialité design graphique/multimédia de l’ENSAD.
5. ENSBA.

"J’enseigne à l’ECV (École de communication visuelle), que je tiens – au même titre que ­Penninghen ou les Arts déco – pour l’une des meilleures formations françaises au métier de graphiste. J’aime aussi beaucoup Estienne, qui est l’une des rares écoles à former les jeunes à la typographie et à l’imprimerie, ce qui est très utile dans l’édition. Pour ma part, j’aime particulièrement l’édition (beaux livres et littérature générale) : c’est un rythme, une pérennité et une vision artisanale de la création qui me conviennent mieux que la presse."
Mon conseil : "Attention : les écoles ne forment que des généralistes. Aux diplômés, ensuite, de choisir leur voie."

Sommaire du dossier
Le choix d'Isabelle Borios, assistante du directeur de la création chez Courrèges Le choix d'André Haillotte, directeur de la création free-lance Le choix d'Hugues Pinguet, directeur artistique à Euro RSCG BETC Le choix de Sarah Courtin, chargée de recrutement « arts graphiques » Le choix de Pascale Civelli, directrice artistique de « LSA » et de « l’Argus de l’assurance » Notre palmarès des écoles de graphisme