Les Beaux-Arts, une école unique qui abrite des œuvres d’exception

Par Sophie de Tarlé, publié le 09 Juin 2009
2 min

Il a le talent et l'envie. Bien décidé à devenir artiste peintre, Emmanuel Bornstein, 23 ans, a réussi le concours de la prestigieuse ENSBA (Ecole nationale supérieure des beaux-arts) de Paris sans même être passé par une prépa. Il nous ouvre les portes de cet établissement fondé par Louis XIV, actuellement sous tutelle du ministère de la Culture, et où se pressent chaque année plus de 600 candidats.

L’arrivée dans la cour d’honneur avec Emmanuel, coté rue Bonaparte est impressionnante. "C’est un privilège de pouvoir intégrer les Beaux-Arts, j’ai une chance incroyable", reconnaît le jeune artiste.
 

Un lieu chargé d’Histoire…
  

L’école compte de nombreux anciens célèbres : Degas, Bourdelle, Matisse par le passé, et plus récemment la plasticienne Annette Messager et dans un tout autre style, l’auteur de bandes-dessinées Joann Sfar. Cet établissement a l’avantage d’être à la fois une école ouverte sur l’art contemporain et un musée qui accueille une immense collection de peintures et de sculptures, dont certaines datent du XVIIe siècle. Ainsi, l’école possède une collection de 15 000 dessins, la plus importante après le Louvre.
bibliothèque Beaux arts ensbaTout s’explique par son histoire : l’école a été créée en 1648, mais a été successivement au Louvre, rue Mazarine, et enfin depuis 1829, à l’emplacement de l’ancien couvent des Petits-Augstins, rue Bonaparte. Partout, l’école regorge de sculptures, de fresques anciennes.
 

… et propice à la création !

 
Emmanuel insiste pour nous faire visiter la bibliothèque, qui comprend le plus grand fonds documentaire sur l’art dans le monde : 45 000 ouvrages en libre accès, ainsi que des vidéos, des documents informatiques. Petit arrêt aussi au patio où les bâtiments roses, les statues, et la fontaine donnent au lieu un petit air d’Italie. La chapelle des Petits-Augustins a fait aussi son petit effet sur l’étudiant (et sur nous !) : elle contient des peintures, sculptures, une chaire venant d’une cathédrale italienne et une monumentale statue équestre, qui côtoient des œuvres contemporaines. Une ambiance toute particulière émane de l’endroit. "Difficile de ne pas éprouver de fierté quand on étudie dans un tel lieu", conclut Emmanel.

Articles les plus lus

A la Une écoles d'art et de la création

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !