"Ma vie en école d’art" : encadrement, exigence et pratique artistique de rigueur

Par Séverine Mermilliod, publié le 08 Decembre 2021
4 min

Il n'y a pas à dire, les formations en école d'art font rêver. Elles sont même parfois idéalisées sans que l'on sache vraiment ce qu'il s'y passe concrètement. Etudiants et professeurs vous donnent donc un aperçu de la réalité.

Les études artistiques ne sont pas de tout repos. Même si entre le lycée et une école d'art il n'y a qu'un pas, il faut s'attendre à voir ses habitudes chamboulées. Pas d'inquiétude, les enseignants sont là pour vous aider à construire votre projet personnel mais… il faudra aussi accepter de se remettre en question.

En école d'art, beaucoup de cours pratiques

"Les étudiants sont acteurs de leur propre pédagogie", prévient d'emblée Cédric Loire, professeur à l'école supérieure d’art de Clermont Métropole. À vous de produire. Pour cela, même si chaque établissement a son propre fonctionnement, vous aurez beaucoup de cours pratiques en ateliers.

Et le programme s'avère chargé. "On découvre toutes les disciplines artistiques, sculpture, cinéma, peinture, dessin, BD, art numérique… ", présente Melissa, 23 ans, jeune titulaire d'un master à l’école des arts de la Sorbonne. "Il s'agit de nous apprendre à monter un projet, plus que d'atteindre un niveau en dessin, précise Fantine, 21 ans, qui vient de finir sa troisième année aux Beaux-Arts de Clermont. On apprend à manipuler du matériel, caméras, micros, à installer un studio, utiliser des matériaux, argile, plâtre, béton, faire de la sérigraphie ".

À cela s’ajoutent aussi des cours de théorie, en histoire de l'art, philosophie, littérature… car les "projets sont accompagnés de beaucoup de recherche", souligne l'étudiante.

Lire aussi

Des études artistiques en autonomie mais exigeantes

Autre caractéristique des études d'art : la place accordée au travail en autonomie. Attention, cela ne signifie pas pour autant que l'assiduité n'est pas essentielle, bien au contraire : beaucoup de travail personnel vous attend "car les autres ne vont pas faire les projets à votre place", note Fantine. "À part le mardi et quelques conférences ou cours optionnels, je n'avais pas de cours en troisième année. Je venais de mon propre chef pour travailler de 8 heures à 20 heures dans les ateliers."

Attendez-vous aussi à gagner en maturité : "Ça forge et nous prépare à basculer dans le monde adulte, explique Melissa. Il y a beaucoup de stéréotypes sur les études d'art, on pense que c'est simple alors que non, ce sont des années difficiles, on est face à la critique très tôt."

Lire aussi

Travailler sous le regard des professionnels

Car les professeurs qui vous encadrent sont aussi des professionnels. "En école, on fait partie d'un écosystème artistique, avec des designers, artistes, centres d'art, maisons d'édition… car tous les enseignants font aussi autre chose", rappelle Cédric Loire. Si parfois certains seront peu disponibles, il pourra aussi se créer un lien professionnel fort.

Il faudra être capable "de présenter un travail, même inachevé, et d'avoir un retour critique dessus", même si ce sont des choses assez personnelles, prévient l’enseignant. Vous allez parfois vous "prendre quelques tollés et ça va faire mal", conclut Fantine. Vous devrez donc "avoir de l'assurance vis-à-vis de votre travail, pour pouvoir en parler devant les autres". Les journées portes ouvertes des écoles peuvent être un bon moyen de vous renseigner auprès d'anciens ou actuels étudiants.

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une écoles d'art et de la création

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !