1. Mode : quelles formations pour quels débouchés ?
Décryptage

Mode : quelles formations pour quels débouchés ?

Envoyer cet article à un ami
Le secteur de la mode propose un large choix de formations. // © Gorodenkoff Productions/iStock
Le secteur de la mode propose un large choix de formations. // © Gorodenkoff Productions/iStock

Du styliste au directeur artistique en passant par le chef de produit, ils sont nombreux à faire la mode. Pour percer, pas de recette miracle, même si une sensibilité artistique, de la créativité et de la curiosité sont vivement conseillées.

Dans l’univers de la mode, il y a des emplois pour ceux qui ont la fibre d’un créateur, d’un designer, d’un ingénieur, d’un manager… La Fédération de la haute couture et de la mode a ainsi identifié dans son secteur plus de 80 métiers différents.

Le stylisme reste la profession emblématique, mais est loin d’être celle qui recrute le plus. En effet, un faible pourcentage des diplômés sont embauchés comme stylistes. La grande majorité se dirige vers les métiers de la commercialisation, de la production ou de la gestion.

Rendez-vous sur les salons de L'Etudiant pour rencontrer les établissements

Pour se former aux professions de la mode, plusieurs options :

Une filière courte, comme le CAP. On en compte trois spécifiques à ces métiers (vêtement flou, vêtement tailleur, et chapelier modéliste), mais il en existe aussi dans le secteur des accessoires de mode.

Un bac technologique ou professionnel, suivi d’une formation supérieure, comme le BTS métiers de la mode-vêtement, un bachelor en 3 ans, ou le DN MADE Objet-Art du bijou et du joyau ; spectacle spécialité concepteur-réalisateur de costumes ; Matériaux céramique et textile. Le DN MADE, en 3 ans, confère le grade Licence et permet de poursuivre en DSAA (diplôme supérieur des arts appliqués).

Lire aussi : Comment je suis devenu fabricant de vêtements recyclés

À chaque école son style

Une grande variété d’écoles propose une formation aux métiers de la mode. Parmi les plus réputées, on peut mentionner l’Institut Français de la Mode (union de l’Ecole de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne et de l’IFM), l’école Duperré, Esmod, à Paris (également présent à Bordeaux (33), Lyon (69) et Roubaix (59)) ou l’Atelier Chardon-Savard, à Nantes (44) et Paris. Elles ont toutes leur valeur ajoutée.

Grâce à son rapprochement, le nouvel Institut Français de la Mode est tourné à la fois vers le management de la mode, du design et du luxe, la création et bénéficie de la forte reconnaissance technique de l’ECSCP. Les formations vont du CAP au bac+5.

Lire aussi : Ecoles de mode : le palmarès des pros

L’école Duperré est publique et axée sur la création. Elle dispense plusieurs formations, de la CPGE (classe préparatoire aux grandes écoles) au DSAA.

Esmod est plus orientée vers l’international. Avec 20 écoles dans 13 pays, elle s’est constitué un réseau permettant d’effectuer une partie de la scolarité à l’étranger. Réputé pour sa créativité, l'Atelier Chardon-Savard propose notamment une formation de designer de mode en trois ans (niveau licence), suivie d’une année de professionnalisation avec un stage de six mois.

Un secteur en mouvement

D’autres établissements ont bonne presse, comme le Studio Berçot, l’ENSAD (École nationale supérieure des arts décoratifs), l’Istituto Marangoni et LISAA (Institut supérieur des arts appliqués), tous à Paris, ou l’université de la mode rattachée à l’université Lumière Lyon 2. Citons enfin l’École nationale de mode et matière-Paris Fashion School by PSL (Enamoma), qui a accueilli sa première promotion en 2017. Elle est le fruit d’un partenariat entre Paris Sciences et Lettres, l’ENSAD, Mines ParisTech et l’université Paris-Dauphine.

CONSEIL Vérifiez la présence de l’école dans les concours de stylisme, cela atteste de son dynamisme.