1. Musique : quelles formations pour quels débouchés ?
Décryptage

Musique : quelles formations pour quels débouchés ?

Envoyer cet article à un ami
Plusieurs formations existent pour s'orienter vers les métiers de la musique. // © monkeybusinessimages - iStock
Plusieurs formations existent pour s'orienter vers les métiers de la musique. // © monkeybusinessimages - iStock

Conservatoires et écoles de musique séduisent chaque année de nombreux jeunes qui pensent ainsi concilier leur passion et un futur métier. Mais une rude compétition est au rendez-vous…

En musique, la préparation aux écoles supérieures passe exclusivement par des organismes publics chargés de l’enseignement initial : les conservatoires locaux. Il est possible de compléter son apprentissage par un cours privé.

Conservatoires et pôles supérieurs de musique

Les conservatoires de musique peuvent être communaux, intercommunaux, départementaux ou régionaux. Vous pouvez y préparer le DNOP (diplôme national d’orientation professionnelle) de musique, parfois encore appelé DEM (diplôme d’études musicales). Paradoxalement, ces deux titres de fin de cycle ne sont pas reconnus mais sont indispensables pour se présenter aux concours des établissements supérieurs de musique et valider ensuite le DE (diplôme d’État).

En France, une dizaine de pôles supérieurs d’enseignement artistique préparent au DNSPM (diplôme national supérieur professionnel de musicien). La formation dure 3 ou 4 ans selon les diplômes couverts : 3 ans avec une licence de musique en partenariat avec une université, 4 ans avec le DE plus la licence.

Le DE de professeur de musique (DEPM) est un titre de niveau II (bac + 3). Il est le sésame d’une carrière dans l’enseignement de la musique.

Les élèves les plus brillants pourront intégrer les CNSMD (conservatoires nationaux supérieurs de musique et de danse) de Paris et Lyon (69), qui proposent un diplôme de master en 2 ans, pouvant être suivi d’un doctorat de musique recherche et pratique (en trois ans).

Vous pouvez aussi étudier la musique actuelle dans une école privée. Adressez-vous à la Fédération nationale des écoles d’influence jazz et musiques actuelles (fneijma.org), à la Manufacture Chanson et au CIM (Centre d’informations musicales, lecim.com).

Lire aussi : Faites de la musique vos études !

Cursus universitaires

Pour devenir professeur de musique dans le secondaire, un master de musicologie et le CAPES en éducation musicale et chant choral sont nécessaires.

Certaines universités proposent des parcours mêlant pratique et théorie, dont Rouen-Normandie (76), avec une licence d’interprète en partenariat avec les conservatoires de Rouen et de Caen. Pour intervenir en maternelle ou en primaire, le DUMI (diplôme universitaire de musicien intervenant, bac + 3) est requis ; il se prépare en deux ans après un bac + 2 ou deux années d’expérience professionnelle.

Lire aussi : Arts du spectacle : quelles formations pour quels débouchés?

Métiers du son

Pour ceux qui se rêvent ingénieurs du son, il est possible de commencer par un BTS métiers de l’audiovisuel, option métiers du son. Le DMA (diplôme des métiers d’art) régie de spectacle, option son (en 2 ans) est remplacé par le DN MADE (Diplôme National des Métiers d’Art et du Design) mention spectacle son (en 3 ans) de grade licence.

L’école Louis-Lumière, à Paris, propose une spécialité son en trois ans (grade master), accessible après un bac + 2 dans la même formation. Seuls 16 candidats sont admis chaque année.

Les fiches pratiques métiers du site Internet de la Philharmonie de Paris passent en revue l’ensemble des formations et des métiers du quatrième art.