Savoir dessiner n'est plus une compétence obligée pour entrer en école d'art !

Par Pauline Bluteau, publié le 23 Novembre 2022
4 min

Difficile d’imaginer les étudiants en art autrement qu’avec un carnet entre les mains. Or, beaucoup hésitent à intégrer une formation artistique à cause de leur niveau en dessin. Et si ce qu’on imagine être un prérequis n’en était pas un ?

Oubliez Picasso, Léonard de Vinci ou Enki Bilal, tous les étudiants en art ne sont pas voués à être de grands dessinateurs réalisant des croquis de nu ou de bâtiments architecturaux. Aucune inquiétude à avoir selon Stéphane Sauzedde, directeur de l'École supérieure d'art Annecy Alpes : "Savoir dessiner n'est plus une compétence obligée pour entrer en école supérieure d'art !"

Le dessin, une compétence subjective en études d'art

Le niveau des étudiants en dessin est d'ailleurs assez hétéroclite. Avant d'entrer à l'École européenne supérieure de l'image à Angoulême, Mathilde, 18 ans, dessinait déjà beaucoup. "Bien dessiner, c'est assez vague. Il faut aimer le dessin plus que savoir dessiner."

Une idée partagée par Stéphane Sauzedde : lors des concours, les écoles d'art ne cherchent pas la perfection technique mais une personnalité, un engagement artistique, une curiosité. "À Annecy, il y a quelques années, comme sujet de l'épreuve de dessin, un enseignant avait fait entrer une poule dans la salle. La situation était non académique donc toutes les réponses étaient les bienvenues. En réalité, on regarde comment les étudiants s'adaptent."

Selon le directeur, l'erreur serait justement de se dire que l'on a moins de chance car le dessin n'est pas sa qualité principale. "Ce n'est pas parce qu'on dessine très bien techniquement qu'on y arrive… tous les cas de figure existent !"

Lire aussi

Trouver son moyen d'expression

Félix, 21 ans, est en première année de DSAA (diplôme supérieur d'arts appliqués) à l'école Estienne à Paris. Pour lui, le dessin n'est pas une finalité. "C'est plutôt un outil. On peut aussi avoir une excellente culture artistique. Maitriser d'autres médium comme la photo, la vidéo ou la musique peut être intéressant car ce sont aussi des outils de communication."

Pour Stéphane Sauzedde, chacun doit montrer qu'il a son propre moyen d'expression. "On apprécie le dessin quel que soit le style. Si c'était de la musique, il serait possible de jouer du classique comme du PNL !"

D'autant que les écoles d'art ne vont pas seulement vous juger sur cette épreuve : "C'est un ensemble pour comprendre le potentiel du candidat. Il faut être sincère dans ses pratiques, connaitre ses points faibles certes, mais surtout montrer ses points forts", confirme le directeur.

Lire aussi

Entraîner son œil au dessin

Les étudiants conseillent donc de vous entrainer en utilisant un carnet de croquis. "Au lieu de regarder Instagram, on prend trois minutes pour observer et dessiner. Au début, on pense qu'on est nul mais c'est comme ça qu'on se fait l'œil", estime Mathilde.

Félix recommande de s'imposer des contraintes (dessiner de la main gauche, les yeux fermés, sans lever son crayon…) : "Il faut sortir de sa zone de confort. Une expérimentation douteuse vaut mieux qu'une reproduction parfaite."

Essayez de vous décomplexer vis-à-vis du dessin. "Il faut pratiquer le plus possible et ne pas se fixer sur des techniques académiques pour ouvrir les vannes de sa créativité."

Lire aussi

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une écoles d'art et de la création

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !