Trois étudiantes en immersion au Festival de Cannes

Par Pauline Bluteau, publié le 16 Juillet 2021
7 min

Comme quelque 3.000 jeunes de 18 à 28 ans, Léna, Lisa et Valentine ont eu la chance de vivre le célèbre Festival de Cannes pendant quelques jours. Après une année loin des cinémas, le retour dans les salles aux fauteuils rouges leur laisse un souvenir incroyable.

"Je m’éclate mais je suis fatiguée", admet d’emblée Lisa, 20 ans, étudiante à Kedge Business School à Marseille (13). Comme elle, Léna et Valentine enchainent les films et ne voient pas leurs journées passer. "On voit entre quatre et cinq films par jour, on rentabilise après cette année de crise sanitaire loin des cinémas", s’exclame Valentine, 21 ans, étudiante au Cours Florent à Paris (75).

Il y a seulement quelques mois, les trois jeunes femmes ont candidaté auprès du festival pour obtenir le pass "Trois jours à Cannes". Un dispositif qui existe depuis 2018, destiné aux cinéphiles de 18 à 28 ans. Pendant trois jours donc, les étudiantes s’accréditent pour voir autant de films qu’elles le souhaitent. Tous sont issus de la sélection, en compétition ou non. Petit bonus : la montée des marches sur le tapis rouge. "On a accès aux soirées sur invitation mais on peut aussi trouver des places en dernières minutes si on fait la queue", détaille Léna, 20 ans, en licence de droit à Bordeaux (33). Une expérience qui a forcément su éblouir les trois étudiantes.

Lire aussi

Un marathon de films pendant le Festival de Cannes

Pendant le Festival de Cannes, les trois étudiantes ont fait un marathon de films mais aussi et surtout elles ont pu partager leur passion avec d'autres festivaliers.
Pendant le Festival de Cannes, les trois étudiantes ont fait un marathon de films mais aussi et surtout elles ont pu partager leur passion avec d'autres festivaliers. // © Photos fournies par les témoins

"J’ai vu onze films en trois jours, poursuit la jeune femme bordelaise qui a participé au festival à l’ouverture, du 7 au 9 juillet. À 7 heures du matin, on réserve nos places en ligne et même si c’était la galère, on a eu tout ce qu’on voulait voir." Parmi les longs métrages qu’elle a particulièrement appréciés, Léna retient Annette, de Leos Carax, et Onoda, d’Arthur Harari. "Il dure trois heures et au début je n’avais pas envie de 'perdre mon temps' avec ce film et finalement, j’ai été très surprise, l’histoire est super !" Pour sa dernière soirée, l’étudiante a enchainé les projections de 18 heures à 2h30. "On n’arrête pas pendant trois jours, on a à peine 10 minutes entre les séances !"

Même retour de la part de Valentine qui a réussi à venir sur la Croisette avec un peu d’avance. "C’est mon sixième jour à Cannes. On part de Nice tous les matins à 7 heures, on ne dort pas beaucoup, on court partout mais je suis tellement contente !" Là encore, le film Annette a largement retenu son attention, au même titre que Are you lonesome tonight ?, de Shipei Wen, et The french dispatch, de Wes Anderson. "Cela n’a rien à voir avec le cinéma habituel : ici, avant chaque film, il y a le logo du festival, de la musique et les gens applaudissent. Il y a une vraie ambiance dans les salles", s’émerveille Valentine.

De son côté, Lisa a vécu sa première standing ovation avec le film Haut et fort, réalisé par Nabil Ayouch. "Je pense que ça a duré 10–15 minutes, c’est mon souvenir le plus marquant et le film était vraiment très cool." Mais pour celle qui est arrivée seulement hier, le temps défile déjà à toute allure. "J’ai l’impression d’être en vacances, les journées passent trop vite. En fait, je n’ai même pas eu le temps de manger hier, enfin si, un sandwich, avalé en deux minutes !"

Lire aussi

Découvrir l’univers caché du cinéma

Malgré la fatigue, les trois étudiantes se disent ravies de participer au mythique festival. Toutes passionnées de cinéma depuis leur enfance, l’événement leur permet de vivre et partager cet univers avec d’autres festivaliers. "C’est déjà une opportunité de pouvoir visionner autant de films qui ne sont pas sortis mais aussi de pouvoir discuter avec des critiques : on a parlé avec des gens de Télérama et Canal, c’était très intéressant", raconte Léna. "On peut facilement parler aux gens, quand on fait la queue par exemple, parce qu’on a 'l’excuse' du festival, on parle cinéma et les discussions coulent naturellement, ajoute Lisa. J’ai même rencontré un stagiaire qui s’occupe de la post-production du festival, très sympa !" Valentine, venue également faire du réseautage, est plutôt satisfaite : "On a croisé un producteur de CBS et d’autres jeunes qui montent des projets, on a échangé nos numéros, on verra !"

Valentine, étudiante au Cours Florent, vit un rêve éveillé au Festival de Cannes.
Valentine, étudiante au Cours Florent, vit un rêve éveillé au Festival de Cannes. // © Photos fournies par les témoins

Car Cannes, c’est aussi découvrir tout l’envers du décor. "Je ne savais pas que le festival était aussi un lieu de rencontres pour les acteurs, l’occasion de se faire connaitre", précise Léna. D'ailleurs, l’aspect "paillettes" du célèbre festival lui a d’ailleurs un peu déplu. "Certaines stars viennent sur les marches mais ne vont pas voir les films", assure Valentine. Pourtant, cette mythique montée des marches reste tout de même un moment emblématique de l'événement cinématographique. "J’ai déjà monté les marches trois fois : il y a une sensation de grandeur avec toutes les lumières… c’est beau !", souligne Lisa. "On s’est changé dans la voiture juste avant de monter et une amie m’a vu à la télé, c’était notre heure de gloire !", s’esclaffe Valentine (voir photo ci-dessus), qui était accompagnée de son frère.

Toutes n’attendent qu’une chose, pouvoir y retourner, plus longtemps, l’année prochaine. Rien n’est sûr pour ces étudiantes car le festival se déroule habituellement en mai, au moment des examens de fin d'année. "En tout cas, j’ai noté tous les films que je voudrais voir pendant l’année", ajoute l‘étudiante au Cours Florent. Lisa compte aussi profiter de la croisette et peut-être assister à la cérémonie de fermeture du festival ce samedi… si la billetterie capricieuse veut bien valider sa place.

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une écoles d'art et de la création

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !