1. Supérieur
  2. Ecoles de commerce
  3. Confinement : sans les oraux, les écoles de commerce s’ouvrent à distance
Décryptage

Confinement : sans les oraux, les écoles de commerce s’ouvrent à distance

Envoyer cet article à un ami
Pendant la période de confinement, les écoles de commerce doivent redoubler d'imagination pour attirer leurs futurs étudiants. // © fizkes / Adobe Stock
Pendant la période de confinement, les écoles de commerce doivent redoubler d'imagination pour attirer leurs futurs étudiants. // © fizkes / Adobe Stock

La phase des oraux, tout comme les journées portes ouvertes, sont des temps forts pour les écoles de commerce. Sans ces événements, annulés pour cause de confinement, elles imaginent des solutions pour attirer les candidats, à distance.

Difficile de diffuser l’esprit d’une école à travers un écran… C’est pourtant à cet exercice que se livre la majorité des écoles de commerce pour attirer les candidats en plein confinement. Les annulations des oraux dans les grandes écoles et des journées portes ouvertes (JPO) privent les écoles d’un moment unique pour promouvoir leur établissement et attirer les candidats.

Dans ce contexte, plusieurs écoles ont changé leur fusil d’épaule pour proposer des actions virtuelles. "Nous avons dû revoir toute notre stratégie d’accueil admissibles que ce soit pour les candidats issus de prépa comme pour les candidats au bachelor", indique Sandrine Reboud, directrice marketing & communication à Burgundy BS.

Toucher les candidats sur leurs réseaux

À BSB, l’objectif est de rassurer les candidats et de leur présenter l'école : "Nous organisons des lives et des talks avec des directeurs de programme ou de spécialisation pour présenter nos formations", indique la directrice de la communication.

L’école a par ailleurs lancé une websérie autour du confinement dont "les cinq premiers épisodes ont généré 35.000 vues", selon elle.

Cette webserie, comme 95% des actions menées par l’école dijonnaise, sont diffusées sur les réseaux sociaux que ce soit Twitter, Instagram, LinkedIn, Facebook. "Nous allons sur les canaux que les candidats utilisent, mais nous avons aussi une plateforme admissible qui va accueillir tous les contenus diffusés sur les réseaux."

Lire aussi : Coronavirus : les écoles de commerce réorganisent leurs admissions parallèles

Même dispositif d’ampleur à Kedge qui propose chaque semaine un événement à destination des candidats que ce soit des lives sur Instagram, des webinars, des vidéos sur Facebook, etc. "Nous avons mis en place un accompagnement pour que le candidat qui est admis puisse échanger de manière personnalisée avec nos équipes", estime Jamil Barhoumi, directeur du développement à Kedge BS. Chaque candidat bénéficie d’un temps spécifique pour poser toutes leurs questions.

Dans la phase de déconfinement, l’école implantée à Marseille et Bordeaux proposera des visites virtuelles des campus.

L’ESDES, école post-bac lyonnaise, propose de son côté des conférences en ligne et en direct pour les candidats de bachelors, de masters et du programme Grande école. Au-delà de ces conférences, l’école se focalise sur l’organisation d’un salon virtuel, fin avril dans le cadre du concours ACCES. "Pendant cette journée sera organisée des conférences, des chats, etc." précise Charlotte Roberjot, chargée de promotion post-bac à l’ESDES. Les ambassadeurs de l’école seront tous présents pour répondre aux questions des candidats.

Lire aussi : Coronavirus : les modalités des concours aux écoles de commerce post-bac clarifiées

Le rôle clé des "e-admisseurs"

Et c’est bien là, l’un des éléments clés de ces rencontres à distance : les écoles se reposent sur des équipes d’admisseurs ou d’ambassadeurs. Il s’agit d’étudiants de l’école dont le rôle va être de répondre aux questions et attentes des candidats sur les aspects "expérientiels".

Kedge dispose ainsi d’une équipe de 40 admisseurs issus du programme Grande école et du bachelor. "Ils proposent un retour sur leur expérience à Kedge, comment ils vivent en tant qu’étudiants. Nos admisseurs travaillent sur cet accueil des admissibles depuis plusieurs mois. Ils ont dû dans l’urgence mettre en place un plan d’action avec de nouvelles idées d’événements pour faire connaître différents aspects de l’école", précise Jamil Barhoumi. Les étudiants ont ainsi l’idée de lancer une webradio avec une programmation le soir pour mettre en avant différents aspects de l’école.

BSB prévoit aussi des prises de parole de l’équipe admissible pour faire vivre 'l'expérience BSB' : "Les "e-admisseurs" vont être mobilisés pour répondre aux candidats sur leur expérience dans l’école mais aussi pour proposer des activités ludiques, ils sont essentiels pendant cette période", considère Sandrine Reboud. Ces moments d’échanges en direct sur les réseaux sociaux ont pour vocation de créer un lien particulier avec les candidats.

Lire aussi : Les écoles de commerce de la CGE réduisent de 50 % leurs frais d'inscription aux concours

Pour autant, Jade, étudiante en 3e année à l’ESDES et ambassadrice pour la troisième année reconnaît avoir moins d’activité cette année par rapport aux précédentes. "Je reçois moins de mails que les autres années. Je pense que les candidats contactent davantage le service des admissions pour savoir comment va se dérouler cette année la sélection… "

Cependant, l’équipe d'ambassadeurs réalise des vidéos témoignages qui sont ensuite diffusées sur le groupe Facebook dédié aux candidats. Elle rappelle par ailleurs que son rôle d’ambassadrice se joue toute l’année, lors des salons notamment et des JPO. "Nous sommes une cinquantaine d’ambassadeurs et nous avons mené des actions depuis le mois de novembre."

Pour elle cette situation est aussi une opportunité de se réadapter et pour l’école de proposer des actions à distance notamment pour les étudiants étrangers.