Écoles de commerce : le concours Passerelle met fin aux épreuves écrites en 2022

Par Agnès Millet, publié le 02 Decembre 2021
6 min

Le concours d’admission sur titre Passerelle modifie son mode de sélection pour la session 2022. Finies les épreuves écrites : l’admissibilité se fera sur dossier et donnera accès à un entretien de motivation.

Le mode de sélection du concours Passerelle évolue pour cette session 2022. La banque annonce la fin des épreuves écrites qui sont remplacées par une admissibilité sur dossier. Une fois admissible, vous aurez accès à un entretien oral de motivation. Cette évolution s'inscrit dans la volonté de Passerelle de rendre le concours plus accessible et d'en faire un modèle d'ouverture. Cette décision fait notamment suite aux départs de trois écoles – Grenoble EM, ICN BS et Montpellier BS – de la banque en 2021.

La banque Passerelle est un concours d'admissions parallèles aux écoles de commerce qui compte dorénavant six membres : Burgundy School of Business, EM Normandie, ESC Clermont BS, IMT- BS, Excelia BS et South Champagne BS.

Lire aussi

Nouvelles modalités de sélection du concours Passerelle

Les six écoles de management du concours veulent donc élargir leur recrutement pour devenir "un concours inclusif". Viser la simplicité, pour éviter l’autocensure. Exit donc les trois épreuves écrites d’anglais, de français et d’une matière au choix. Les deux ou trois oraux imposés dans chaque école sont également supprimés.

L'étudiant déposera un dossier comprenant les notes de sa dernière année complète d’études. Après examen de sa candidature, si le jury composé d’un représentant des six écoles est favorable, le candidat est déclaré admissible dans les six établissements. Mais, à cette étape, aucune note n’est attribuée.

L'élève peut alors choisir de passer les oraux pour une, deux ou… six écoles. Il s’agit là d’un entretien de motivation, permettant de juger s'il "a la posture pour intégrer une école de management". Si les conditions sanitaires le permettent, l’épreuve se déroulera en présentiel, sur le campus de l’établissement. Le candidat doit également attester de son niveau d'anglais, via un test : TOEIC, Toefl ou le test Easyspeaking, commun aux six établissements.

Chaque école établit ensuite son classement, basé sur la note d’anglais (avec des coefficients différents selon les écoles) et la note d’entretien oral. Le dossier d’admissibilité ne rentre pas dans le calcul du classement.

Lire aussi

Deux sessions pour intégrer six business schools en admissions parallèles

Pour 2022, le concours Passerelle prévoit deux sessions de recrutement, l'une en janvier – du 29 janvier au 5 février pour des résultats en février – et la seconde à la mi-mai – du 16 mai au 4 juin pour des résultats en juin.

La session anticipée de février s’adresse aux étudiants qui souhaitent se réorienter, ceux qui veulent passer sereinement les examens de leur formation en cours, mais aussi ceux qui souhaitent se tourner vers l’alternance de trouver leur terrain professionnel. Si un candidat échoue à la première session, il ne peut pas retenter sa chance à la deuxième session et doit attendre l’année suivante pour se réinscrire.

Autre changement de taille : le concours coûtera désormais 50 euros, pour toutes les épreuves et toutes les écoles et est gratuit pour les boursiers. Auparavant, il fallait débourser 120 euros d’inscription, puis 30 euros par oral d’école.

Diversifier les profils d'étudiants en école de commerce

Cette évolution est notamment liée à une nécessité pour le concours Passerelle. Car, en analysant leurs recrutements, les écoles ont listé trois principaux freins à la poursuite d’études post-BTS, DUT ou licence. "Nous avons identifié des difficultés financières mais aussi géographiques, puisque les candidats se trouvent principalement sur les territoires où se trouvent les écoles membres", précise Elian Pilvin, président de l’association Passerelle et directeur d’EM Normandie. Le concours a également identifié des freins liés aux filières d’origine : "certains étudiants s’interdisent de postuler car ils pensent que leur diplôme ne leur permet pas de s’intégrer dans nos formations", analyse ainsi le président du concours.

Avec ce changement de cap, les six business schools du concours souhaitent atteindre 35% de boursiers affectés dans les écoles d’ici 2024, contre 25% aujourd’hui, pour 31% de candidats. L’élargissement concerne également les filières en recrutant plus largement les étudiants issus de filières aujourd’hui très peu représentées : le droit, les langues, sciences et mathématiques, la communication-publicité, le sport ou encore les lettres sciences humaines.

D’où l’idée d’un concours qui "valide le niveau académique, sans exiger de préparation", indique Elian Pilvin. "Il ne faut pas sanctionner à l’entrée dans le système mais être exigeant sur les compétences attendues en fin de cursus. Notre objectif c’est surtout de les faire monter en compétences".

Lire aussi

Le concours Passerelle ouvre 1.605 places en 2022

En 2022, ce sont 1.605 places qui seront ouvertes pour les six écoles de commerce du concours :

  • 690 en P1, pour les titulaires d’un bac+2 ;
  • 915 places seront ouvertes en P2, pour les titulaires d’un bac+3/+4.

A périmètre constant d’écoles, c’est donc une légère augmentation par rapport à 2021, puisqu’elles avaient ouvert 1.590 places l'an dernier.

Après cette première session, le concours Passerelle accueillera, peut-être, de nouveaux membres. "L’idée serait de se rapprocher d’établissements avec une implantation ou des spécialisations différentes, pour compléter nos écoles, ou peut-être des écoles très présentes sur l’alternance".

En revanche, la suppression du concours Passerelle bachelor est confirmée au profit de concours propres à chaque école, car le recrutement était très régional, ce qui ne représentait pas de valeur ajoutée.

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une écoles de commerce

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !