1. Écoles de commerce : les recettes des étudiants pour séduire les futures promos
Reportage

Écoles de commerce : les recettes des étudiants pour séduire les futures promos

Envoyer cet article à un ami
Chaque année, les admisseurs de l'ESC Rennes, proposent un spectacle aux candidats. // © Paul Eichholtzer
Chaque année, les admisseurs de l'ESC Rennes, proposent un spectacle aux candidats. // © Paul Eichholtzer

Faire des oraux un moment agréable ? Chaque année, les étudiants d’école de commerce, organisés en équipes “d’admisseurs”, rivalisent d’imagination et d’énergie pour séduire les admissibles et recruter les futurs bizuts. Rencontre avec ces “staffers” ultramotivés.

Vêtu d’un tee-shirt aux couleurs de l’EM Lyon, un groupe d’étudiants souriants oriente des admissibles endimanchés et un peu stressés vers la salle où se déroulera leur oral. Chaque année, au moment des oraux d’écoles de commerce, dans toute la France, des centaines d’étudiants volontaires endossent le costume de l’admisseur.

Mélange d’appariteur, de guide touristique et de “GO”, il est là pendant la durée des épreuves pour mettre les candidats à l’aise et leur donner envie de rejoindre l’école. Tout un programme quand on sait que certains étudiants, après 3 ans de prépa, semblent presque “jouer leur vie” et que les écoles se livrent une concurrence féroce pour attirer les meilleurs candidats.

Rendre ce qu’on a reçu



Selon les écoles, les admisseurs sont plus ou moins autonomes. Souvent, la direction délègue à 3 ou 4 “managers”, recrutés par ses soins, la sélection et la coordination de l’équipe d’admisseurs. Malgré le rythme intense et le fait que la mission soit parfois bénévole – il s'agit fréquemment d'un stage indemnisé –, les étudiants se bousculent au portillon.

Anthony, étudiant en deuxième année du programme grande école de l’EM Strasbourg et responsable de l’accueil 2015, a auditionné 150 étudiants pour 75 places : “La sélection se fait sur l’aisance, la connaissance et l’investissement dans la vie de l’école tout au long de l’année.”

Mais pourquoi tant de motivation ? “En général, les étudiants candidatent parce qu’ils ont aimé l’ambiance l’année dernière et ont envie de revivre ce moment de l’intérieur”, analyse Anthony. C’est le cas de Maxime, entré en 2014 à l’EM Lyon et membre de l’équipe d’admisseurs 2015 : “On sort de prépa et on rencontre des gens qui ont 1 an de plus et qui ont une vie très différente, ils dégagent du rêve…”

Sympa, l’accueil des admissibles est aussi l’occasion d’acquérir de vraies compétences en matière d’événementiel. Paul, en troisième année à l’ESC Rennes, participe pour la deuxième fois à l’opération, cette fois en tant que responsable du pôle digital : “Cela me permet de mettre en pratique les connaissances acquises pendant 3 ans à l’école en matière de management et dans le cadre de mon double diplôme digital marketing et communication.”

Une organisation millimétrée
 

En effet, pour assurer un accueil réussi, rien n’est laissé au hasard. Organisés en pôles (logement, restauration, animation, sponsoring…), les admisseurs se répartissent les tâches avec soin. À l'ESC Rennes, tout le mois de mai est consacré aux préparatifs. À la tête du pôle hébergement et restauration, Aurélien, en première année, a démarché les entreprises du bassin local pour décrocher des cadeaux pour les admissibles : de l’eau, des yaourts, des bonbons, des gels douche, etc. Pendant ce temps, l’équipe animation a planché sur le spectacle, le film et la chorégraphie qui seront présentés tous les soirs aux candidats. Un autre groupe se charge de poster, sur le site “admissibles” et sur les réseaux sociaux, des informations pratiques sur le déroulement des oraux et des conseils pour préparer au mieux son séjour.

“Aux petits soins avec les admissibles”

Avec le début des oraux, le rythme s’accélère. Les différents pôles quadrillent le terrain : “On essaye d’être aux petits soins avec les candidats et d’éviter au maximum de les laisser seuls avec leurs interrogations”, confie Maxime étudiant à l’EM Lyon.

Maxime, Julien et Etienne, étudiants en 1re année à l'EM Lyon, chargés de coordonner l'équipe d'admisseurs 2015.

Les admisseurs sont là aussi pour montrer l’école sous son meilleur jour et animer les moments de détente. Entre 2 épreuves, les candidats à l’EM Strasbourg pourront jouer au baby-foot, se reposer et s’approvisionner en nourriture et boissons en salle de détente, ou profiter des jeux organisés dans le parc de l’Orangerie. À Rennes, ils pourront s’adonner à des parties de beach-volley, de billard-football ou de mini-golf. “L’idée, c’est 20 minutes d’entretiens le matin et ensuite une journée à se prélasser, se détendre. On en profite pour montrer nos valeurs”, résume Aurélien.

C’est aussi le moment de faire découvrir l’ADN de leur école : la géopolitique via des jeux de plateau conçus par les étudiants à GEM (Grenoble école de management), la richesse de la vie associative à l’ESCP Europe, la dimension internationale à l’ESC Rennes…

Faire aimer l’école, mais aussi la ville

Mais plus largement, les étudiants cherchent à partager leur goût pour la ville et sa région. Au programme des réjouissances, on trouve des pique-niques au bord de la Garonne à Toulouse, des visites des Calanques sur le campus de Kedge à Marseille.

Les étudiants de l’ISC Paris vont plus loin en embarquant les candidats à bord d’un bus à étage et toit ouvrant pour un Paris by night endiablé… Au fil du trajet, ils distillent blagues et bons plans sur les lieux traversés : “L’idée est de montrer à ceux qui seraient un peu réticents que Paris, au-delà des loyers élevés, c’est une expérience étudiante hyper riche”, explique Anaïs, responsable du pôle organisation.

Et bien sûr, partout, un tour par les bars et les restaurants partenaires de l’école s’impose : “Il faut alors gérer 2 types de personnalités : les studieux qui veulent rentrer direct et les fêtards”, commente Anthony. Pour éviter les soirées à rallonge, l’EM Strasbourg impose, depuis l’année dernière, un horaire de fin de mission aux admisseurs : 2 h 30…

Une expérience intense valorisable sur un CV

On a beau aimer son école, au bout de 2 ou 3 semaines, la fatigue s’accumule. Pour éviter les baisses de régime, les admisseurs de l’EM Strasbourg ont tous été formés par un prestataire du Club Med pour leur apprendre à gérer leur fatigue ou à garder leur spontanéité.

Très intense, l’accueil admissibles est aussi, de l’aveu de ceux qui le font, une expérience d’organisation événementielle très professionnalisante. En tant que responsable hébergement et restauration, Aurélien a développé de “nouvelles compétences en matière de management, de gestion du stress ou encore de travail dans un environnement international”. Et aussi des contacts utiles pour l’avenir : “La prospection m’a permis d'entrer en contact avec des chefs produits de grands groupes, ensuite, c’est plus facile pour trouver des stages et césures !”