1. Supérieur
  2. Ecoles de commerce
  3. Ecoles de commerce : renouvellement du grade master de 11 écoles dont emlyon pour trois ans
Décryptage

Ecoles de commerce : renouvellement du grade master de 11 écoles dont emlyon pour trois ans

Envoyer cet article à un ami
Le grade master peut être utile si vous poursuivez après un bac+5. // © Feel good studio / Adobe Stock
Le grade master peut être utile si vous poursuivez après un bac+5. // © Feel good studio / Adobe Stock

11 PGE d’écoles de commerce voient leur grade master renouvelés à partir du 1er septembre 2020. Parmi eux, cinq cursus obtiennent la durée maximale de renouvellement, cinq ans. Surprise de taille : emlyon, l’une des écoles du top 5, n’est renouvelée que pour trois ans. Sanction ou mise sous surveillance ?

Au moment où vous finalisez vos choix d’écoles de commerce post-prépa via la procédure Sigem, le ministère chargé de l’enseignement supérieur, via la CEFDG (Commission d'évaluation des formations et diplômes de gestion), vient de publier la liste des écoles qui voient leurs grade et visa master renouvelés.

Les écoles dont le grade master est renouvelé

11 programmes grande école (PGE) voient leurs grade et visa master renouvelés. Parmi eux, cinq cursus l'obtiennent pour la durée maximale de cinq ans. Il s’agit de GEM, Skema, Burgundy School of Business, EM Normandie et Audencia. Une école, l'EBS, voit son grade renouvelé pour quatre ans. Enfin, les cinq autres programmes sont renouvelés pour trois ans. Parmi elles figurent l’ISG, l’ISTEC, l’EDC, l’ESC Pau et, surprise de taille, l’emlyon.

Quand vous intégrez une formation dans une école de commerce privée, la reconnaissance du diplôme par l’État n’est pas automatique, contrairement à ceux délivrés dans les établissements publics. Aussi, obtenir le visa ou le grade master pour une formation de niveau bac+5 est la preuve que la qualité de la formation est vérifiée et validée par l’État.

Les diplômes qui ont le visa master sont reconnus en France mais aussi dans le monde, ce qui permet aux étudiants de poursuivre leurs études à l’étranger. Obtenir le grade master certifie que le cursus délivré est d’une qualité supérieure sur le plan académique et de la recherche. Ce grade master peut être nécessaire si vous souhaitez poursuivre vos études après un bac+5, en doctorat par exemple.

Lire aussi : Master, MSc, Mastère Spécialisé®… Faites la différence !

Le cas d’emlyon business school

Emlyon traverse depuis plus d'un an une tempête au niveau de sa gouvernance, consécutive au rachat par le fonds d’investissement Qualium, avec Bpifrance. Depuis, l’école, devenue une société anonyme, a vu plusieurs personnes quitter l’établissement, dont Tawhid Chtioui, le directeur général pendant neuf mois, chargé de mener à bien la transformation de l’école.

Si la CEFDG reconnait la qualité de l’école de commerce lyonnaise, elle estime néanmoins que les changements qu’a connus l’école, dont le turnover sont "synonyme d’instabilité", selon nos informations. Aussi, accorder le grade master pour trois ans, alors qu’emlyon l’a toujours eu pour la durée maximale de cinq ans, est lié au manque de visibilité lié à la présence d’un fonds qui pourrait avoir une logique de rentabilité. Par ailleurs, la CEFDG semble attendre beaucoup de l’arrivée prochaine d’Isabelle Huault à la tête de l’école.

Lire aussi : Rentrée 2020 : les écoles de commerce renforcent leurs dispositifs pour mieux accueillir les nouveaux bacheliers

Cependant, pour Tugrul Atamer, l’actuel directeur général par intérim, cette décision de la CEFDG s'avère brutale et infondée. "Nous sommes un acteur reconnu du paysage et avons toujours répondu au cahier des charges des accréditations. Nous avons d’ailleurs vu nos trois accréditations internationales – AACSB, Equis et AMBA – renouvelées cette année", estime-t-il.

Il remet également en cause la commission elle-même, qui ne dispose pas de procédure de recours. "Toutes les agences d’accréditations ont des possibilités de recours, ce qui n’est pas le cas à la CEFDG. Nous avons demandé un réexamen de notre dossier après avoir reçu l’avis, ce que nous avons le droit de faire dans les 30 jours qui suivent sa réception, or, le texte a été publié au Bulletin officiel avant même l’expiration de ce délai", s’étonne Tugrul Atamer. Au moment de la publication de cet article, la CEFDG n'avait pas encore répondu à nos sollicitations.

Sa crainte aujourd’hui est l’impact de cette décision sur les candidats aux grandes écoles qui doivent se positionner et faire leur choix d’ici quelques jours dans le cadre du Sigem.

Lire aussi : Concours : les tendances 2020 des meilleures écoles de commerce post-prépa