HEC Paris : À la recherche d'un directeur "engagé" pour la transition écologique et sociale

Par Agnès Millet, publié le 13 Janvier 2021
4 min

Après le départ de Peter Todd, directeur d’HEC Paris depuis 2015, pour raisons de santé, en septembre 2020, la prestigieuse école de commerce francilienne se cherche un nouveau directeur. À cette occasion, plus de 1.900 étudiants et diplômés, avaient signé, le 7 janvier 2021, une lettre ouverte affirmant que l’école "a besoin d’un Dean engagé".

Un vent de développement durable soufflerait-il sur la vénérable institution de Jouy-en-Josas (78) ? Près de 2.000 étudiants et diplômés dont Emmanuel Faber (PDG de Danone), Bertrand Badré (ex-directeur général de la Banque mondiale), Alberto Alemanno (professeur émérite d'HEC) et Noémie Flammarion (directrice climat de Suez) appellent les candidats à la direction d’HEC Paris à "détailler leurs projets pour mener la transformation écologique" de l’école.

Dans leur lettre, rendue publique fin décembre 2020, les signataires s’adressent aux membres du conseil d'administration et au comité́ de sélection pour qu’ils choisissent, ce mois de janvier 2021, "une personne consciente des enjeux et déterminée à agir".

Depuis octobre 2020, l’intérim est assuré par Eloïc Peyrache, directeur général adjoint, mandaté pour neuf mois.

Lire aussi

Former la jeunesse aux enjeux de la crise écologique

Cette communauté HEC explique que l’on a "souvent entendu dire que les meilleures réponses à la crise écologique étaient la jeunesse et l'éducation. On nous a promis que les choses allaient bientôt changer et que les moyens mis en œuvre seraient enfin adaptés aux enjeux actuels".

Or, pour les signataires de la lettre, la jeunesse doit être "formée à la hauteur des attentes" : "C'est pourquoi nous (…) demandons expressément à notre école d'agir maintenant. Nous sommes destinés à être des acteurs de la transition écologique et sociale".

Lire aussi

Une école à la traine sur les questions de transition ?

Pourquoi une telle demande ? Selon eux, "les enseignements demeurent en inadéquation avec ce que sont aujourd'hui et surtout ce que seront demain l'économie, la finance et la société́. Ils n'intègrent pas suffisamment les questions écologiques et sociales, les réduisant (…) au pire à des opportunités marketing".

HEC Paris, comme toutes les grandes écoles, a pourtant fait quelques avancées, que les signataires reconnaissent : la création d’un parcours "Purpose & Sustainability track" et de deux "Académies", dispositifs de deux semaines de séminaires et d’ateliers terrain en L3, dédiées à l’économie circulaire et l'entrepreneuriat à impact.

Lire aussi

Malgré ces quelques progrès, les auteurs de la lettre estiment qu’il est "nécessaire d'aller beaucoup plus loin. Nous devons repenser en profondeur les programmes et les formations".

Reste à savoir s’ils seront entendus. En 2018 déjà, des étudiants de grandes écoles, dont HEC, avaient lancé un "Manifeste pour un réveil écologique". Et les 2.000 signatures ne feront peut-être pas le poids rapporté aux 4.500 étudiants et 10.000 alumni que revendique l’école pour ses formations diplômantes.

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une écoles de commerce

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !