La Relève nous parle du recrutement des alternants

publié le 26 Janvier 2021
7 min

Persuadée que l’alternance permet de former les étudiants au plus haut niveau, PPA Business School est aujourd’hui la première Grande École de Commerce et Management post-bac exclusivement en alternance. Pour PPA, nous avons cherché à comprendre comment fonctionnait le marché pour les jeunes en recherche d’alternance. Rencontre avec Constance Miceli, Responsable du Business Development chez La Relève, leader du recrutement d’étudiants et de jeunes diplômés.

Bonjour Constance, pouvez-vous vous présenter ? Et pouvez-vous nous présenter La Relève ?

C.M. : Bonjour, je suis responsable du Business Development chez La Relève depuis septembre 2019. La Relève est un acteur français majeur du recrutement de profils junior (entre zéro et cinq ans d’expérience) sur les fonctions commerciales, techniques et digitales. Pour la petite anecdote, si on retourne six ans en arrière, soit à la création de l’entreprise en 2014, j’étais la toute première stagiaire d’Adrien, le CEO.

Que propose La Relève aux jeunes profils ?

Nous aidons gratuitement les jeunes talents dans leur recherche de stage, d’alternance ou pour trouver le CDI de leurs rêves. Nos consultants leur prodiguent des conseils et les aident à identifier la profession dans laquelle ils souhaitent évoluer, pour enfin les mettre en relation avec des entreprises (qui sont aussi nos clients).

Justement, qui sont vos clients ?

La Relève répond à une problématique commune à toutes les entreprises, celle d’attirer les talents dès le plus jeune âge, quels que soient la taille et le budget de l’entreprise. Des grands comptes aux TPE et PME en passant par les start-up, nous nous adressons donc à toutes les entreprises. Aujourd’hui, nos clients sont français, belges, espagnols ou encore suisses.

Aujourd’hui, tout le monde recrute des alternants ?

Historiquement, il s’agissait plutôt des grandes entreprises, mais avec la réforme de l’apprentissage, en 2018, un plus grand nombre s’y met, ce qui a permis d’ouvrir le champ des possibles pour les jeunes et de donner une chance à chacun. Aujourd’hui avec la crise du Covid, un certain nombre d’aides de l’État ont été mises en place et dès qu’elles le peuvent, les entreprises offrent des opportunités.

Quels sont les soft skills et les hard skills que vous recherchez chez un alternant ?

En ce qui concerne les hard skills, il y a plusieurs réponses possibles en fonction du profil recherché. Cela dépend forcément de la filière. Le mieux pour les futurs alternants est de maîtriser les basiques de certains outils phares. Par exemple, pour un poste technique dans la data, Google Analytics, et pour du brand content, des outils de création graphique. C’est ce qui fera la différence lors du recrutement. In fine, les entreprises aiguisent les hard skills des jeunes talents via des formations ou de la pratique.

En revanche, nous sommes extrêmement attentifs aux soft skills, notamment tout ce qui est lié à :
– La motivation
– Les projets annexes (personnels ou projets d’étudiants)
– La capacité d’autonomie, la vivacité et la curiosité.

Justement, tout au long de leur parcours, les étudiants de PPA Business School travaillent sur des projets, comme celui de deux étudiantes, intitulé KAANA. Il s’agit d’une plateforme digitale qui permet aux créateurs de mode éthique de trouver facilement et rapidement leurs tissus en fonction de leurs besoins, critères et valeurs. Lorsque vous voyez ce genre d’initiative, cela vous permet-il de mieux cerner le candidat et d’imaginer un matching avec un de vos clients ?

Les projets sont le reflet d’une prise d’initiative, d’une capacité à entreprendre, à travailler en groupe. Ils peuvent évidemment séduire un recruteur, surtout si ceux-ci matchent bien avec le secteur d’activité ou avec les compétences requises pour le poste.

Chez PPA Business School, les formations sont conçues pour que les étudiants développent une véritable expertise métier ou sectorielle grâce à des programmes pédagogiques proches de la réalité et des enjeux du monde du travail. En quoi cela peut-il faire la différence parmi toutes les jeunes candidatures que vous recevez ?

Aujourd’hui, les recruteurs ou les entreprises ont tendance à toujours attendre plus d’autonomie (et à considérer le stagiaire comme faisant partie intégrante des effectifs). Donc, bénéficier d’une expertise métier permet de multiplier ses chances de trouver le job de ses rêves ! Les nouveaux métiers sont plus spécialisés, plus découpés. Ça peut donc être un avantage d’avoir les bons éléments de langage, de connaître des outils spécifiques, par exemple.

En quoi un parcours en alternance peut-il présenter un avantage par rapport à un parcours initial ?

Le parcours en formation initiale est forcément moins professionnalisant. Faire une alternance, c’est signer un CDD. On s’insère véritablement dans une vision à long terme de l’entreprise sur un ou deux ans. On fait partie intégrante des effectifs, on peut bénéficier de formations plus longues dans l’entreprise, avoir plus de responsabilités et donc créer une expérience solide pour son avenir professionnel.

Quelles sont les entreprises que vous accompagnez qui s’entourent de jeunes talents ?

Nous avons des entreprises très dynamiques comme Skello, PlayPlay, Hivency, Moët Hennessy, Rexel, Zei, Kiute, etc. Une étude affirme que 85 % des emplois de 2030 n’existent pas aujourd’hui. Nos clients font confiance aux jeunes, ils représentent pour eux l’avenir, ils sont formés aux nouveaux métiers. Leur but est de les amener vers les métiers de demain et de dénicher les talents du futur.

Quels sont les postes, les métiers « en vogue » que l’on peut proposer à des étudiants sortant de PPA Business School ?

Je pense surtout aux métiers du digital et de la communication, qui prennent tout leur sens pendant cette période. Il y a aussi le métier de Sales, pour lequel nos clients sont très en recherche.

Quel conseil donneriez-vous aux jeunes en ces temps si particuliers ?

De rester positif, de continuer d’y croire et de s’adapter ! C’est un mauvais moment à passer, mais il y aura une reprise. En attendant, saisir les opportunités et revoir ses exigences. Finalement, l’important est de commencer et de rentrer sur le marché du travail.

Plus que jamais plébiscitée par les recruteurs, l’alternance semble aujourd’hui synonyme de réussite. Avec plus de 2 800 étudiants en alternance, PPA Business School est la première grande école de commerce et management post-bac exclusivement en alternance. À ce titre, l’établissement se veut facilement accessible aux étudiants sur le plan financier. Ainsi, PPA rend possible l’alternance dès la première année via différents types de contrats : convention de stage longue durée, contrat de professionnalisation ou encore contrat d’apprentissage, et accompagne ses étudiants tout au long de leur parcours.

Articles les plus lus

A la Une écoles de commerce

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road