1. Le BBA Edhec met le cap sur l'international
Décryptage

Le BBA Edhec met le cap sur l'international

Envoyer cet article à un ami
Le campus de l'Edhec à Lille. // © EDHEC
Le campus de l'Edhec à Lille. // © EDHEC

L'école de commerce basée à Lille et Nice inaugure à la rentrée 2016 une nouvelle maquette de son Bachelor en quatre ans. Quatre parcours, dont deux avec une bonne dose de langues et d'international. Elle espère ainsi attirer 1.000 étudiants par an, contre 700 actuellement en période de croisière, dont deux-tiers d'étrangers.

Plus de modularité, mais aussi, pour ceux qui le souhaitent, plus d'international, avec la possibilité d'effectuer tout son parcours en anglais, d'étudier l'espagnol et le chinois, et de multiplier les expériences à l'étranger. Bien placé sur le marché des écoles de commerce post-bac, le Bachelor en quatre ans de l'Edhec (Lille, Nice), rebaptisé en 2014 "BBA Edhec", fait peau neuve à la rentrée 2016.
Objectif affiché ? Mieux répondre aux attentes des entreprises, à la recherche de "profils internationaux et opérationnels", et aux aspirations des étudiants en quête de parcours d'études multiculturels. L'étude de marché menée par l'école auprès des lycéens fait clairement ressortir cette soif d'ailleurs. Grâce à cette nouvelle maquette, l'école de management espère attirer, à l'horizon 2020, 1.000 étudiants par an (contre un peu plus de 700 habituellement), dont un tiers d'étrangers, "pour 14 % actuellement" (voir encadré).

Des échanges universitaires à l'étranger

Fini le menu unique. À partir de la seconde année, les élèves auront désormais le choix entre quatre parcours.

Principale nouveauté, le parcours "Global Business" devrait plaire à ceux qui maîtrisent la langue de Shakespeare et ont hâte d'expérimenter la vie à l'étranger. Ils s'envoleront dès la deuxième année pour le campus de UCLA (University of California, Los Angeles) pour deux semestres d'études. Et repartiront, à cheval sur les troisième et quatrième années, un an à Nanyang Business school à Singapour. Chacune des expériences sera suivie par six mois de stage en Amérique du Nord et en Asie.

Séduisante, la formule coûte tout de même 46.500 € pour les quatre années, contre 36.900 € pour le reste du programme. Et ne mène pas à un double diplôme, mais à un certificat des universités partenaires.

Un parcours trilingue


Tout en anglais, le parcours "Trilingue" propose au choix 5 heures d'espagnol ou 8 heures de chinois en plus par semaine − un parcours en allemand et un autre en français pour des étudiants étrangers sont déjà dans les cartons… Un apprentissage intensif qui doit permettre à l'étudiant "de tenir une conversation en chinois dès la troisième année", précise Olivier Oger, le directeur général du groupe Edhec. Ou suivre des cours dans le cadre de l'année d'immersion dans une université chinoise ou latino-américaine obligatoire en quatrième année.

Soumises à un score minimal aux tests de langue, ces deux filières seront en 2016 réservées à une promo comprise entre 40 et 80 étudiants chacune sur les 720 places ouvertes au concours Pass. "Si la formule a un très gros succès, on devra être sévère sur le niveau académique et le niveau de langue. Si on ouvre trop le recrutement, nous risquons vite de perdre en qualité", commente Olivier Oger. Mais d'ici 2020, chacun de ces deux parcours devrait compter autour de 160 étudiants.

Une formule en ligne

À la rentrée prochaine, le gros des troupes empruntera le parcours "BBA Edhec Management" qui reprend les fondamentaux de la maquette actuelle. Moins international, mais plus souple que les deux précédents, il donne accès en troisième année aux spécialisations métiers classiques (e-commerce, luxe, marketing, achat et supply-chain...) ou encore aux filières apprentissage, "international business track" ou entrepreneuriat.

Testée depuis plusieurs années auprès d'un public de sportifs de haut niveau, une version "on line" sera accessible à une soixantaine d'étudiants qui ne sont pas en mesure d'assister aux cours (artistes, sportifs, double cursus, étudiants malades ou éloignés géographiquement...). Les e-étudiants pourront suivre les cours à leur rythme, et retrouver leurs camarades pour des sessions simultanées, par exemple "pour corriger une étude de cas". Un créneau qui, à terme, pourrait intéresser un public francophone...
 
À la fin des quatre années, tous les étudiants décrocheront le même diplôme : le BBA de l'Edhec visé par l'État pour six ans. 

D'ici là, que les étudiants actuels ne soient pas frustrés ! Ceux qui passeront en deuxième année pourront dès l'année prochaine commencer à profiter d'un renforcement des cours en anglais et des échanges avec les universités de Nayang et UCLA.

720 places au concours 2016
À la rentrée 2015, l’école a accepté 1.038 étudiants alors qu'elle n'avait ouvert que 700 places en première année du BBA Edhec (essentiellement sur concours Pass). Une pêche miraculeuse qui l’a obligée à pousser les murs et recruter d’urgence des enseignants. Afin de lancer la nouvelle maquette de manière sereine, en 2016, elle n'ira pas au-delà des 720 places prévues. "Il n’y aura pas 1.000 étudiants l'année prochaine, car il faut les capacités financières et matérielles et techniques pour les accueillir", assure Olivier Oger. Pas de changement en 2016 au concours Pass, qui devrait toutefois évoluer prochainement pour répondre aux nouveaux standards de la formation.


Frais de scolarité, pas d’augmentation à l’horizon
L’Edhec a crispé les étudiants de son programme grande école à l'été 2015 en augmentant ses frais de scolarité. Inchangés depuis deux ans, ceux du BBA Edhec ne bougeront pas à la rentrée 2016, promet l’école. Comptez 36.900 € pour les quatre années, mais 46.500 € si vous optez pour la "track" "Global Business".

Les étudiants peuvent bénéficier de bourses d’excellence (mentions B ou TB au bac) ou sur critères sociaux "allant de 3.700 à 9.200 € pour l’ensemble du premier cycle". De quoi aider un petit peu...