Trois colocs en école de commerce

Par Virginie Bertereau, publié le 13 Février 2009
2 min

Thomas, 21 ans, est étudiant en deuxième année à l’EDHEC Lille. Ce Parisien d’origine, attiré par la finance, partage son temps entre les cours et ses activités au sein de deux associations, dont une l’amènera à faire un tour du monde à vélo.

Depuis la première année, Thomas vit dans un appartement qu’il partage avec deux autres étudiants de l’EDHEC Lille, situé dans le centre-ville de Lille. "Nous avons déjà habité ensemble car nous étions tous les 3 en prépa à Douai (59). Entre nous, cela se passe très bien. Il y a parfois des petits problèmes de rangement, mais rien de grave…". Le sapin de Noël, par exemple, n'a pas bougé depuis décembre... 2007 ! Pour les tâches ménagères, les garçons n’ont pas défini de règles préétablies.
 

Des études commerciales, mais pas économiques

 
Les colocs ont créé un pot commun pour payer l’électricité, Internet, les grands pleins de nourriture, etc. "La nourriture, c’est le plus gros poste de dépense, d’autant plus que l’on déjeune à l’école. L’appartement étant situé à un quart d’heure à pied, nous n’y rentrons pas le midi". Au total, chacun des colocs paie 400 € de loyer mensuel. "Je touche 500 € d’argent de poche par mois de la part de ma famille. Cela me permet de financer également mes repas, mes sorties, mes aller-retour à Paris (environ un week-end sur deux)…". Les parents de l'étudiant lui offrent également les frais de scolarité, très élevés en école de commerce (8.500 € par an à l'EDHEC). "Sinon, il existe des bourses et les banques proposent aux élèves des prêts à taux très bas", ajoute Thomas.
 

En appart, c’est plus sympa

 
Pour limiter les frais, la colocation reste donc un bon plan pour les étudiants qui changent de ville, de région. Et ce n'est pas là son seul avantage... "En général, quand ils arrivent à l’école de commerce, ils se sentent seuls. Au fil du temps, ils rencontrent du monde, notamment par le biais des associations, et trouvent des colocs. Il existe également une résidence proche de l’EDHEC, mais je trouve qu’il est plus sympa d’avoir son propre appartement", confie Thomas.

Articles les plus lus

A la Une écoles de commerce

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !