1. Supérieur
  2. Ecoles de commerce
  3. Les maths, un mode de sélection pour entrer en école de commerce
Décryptage

Les maths, un mode de sélection pour entrer en école de commerce

Envoyer cet article à un ami
Les mathématiques sont une matière fondamentale pour entrer en école de commerce. // © Alexander Raths/Adobe stock
Les mathématiques sont une matière fondamentale pour entrer en école de commerce. // © Alexander Raths/Adobe stock

Pour entrer en école de commerce, le processus de sélection est notamment basé sur les mathématiques. Est-ce l’un des critères les plus pertinents ? Réponse avec Frédéric Brossard, professeur de mathématiques en prépa.

Qu’elles soient aimées ou détestées, les mathématiques laissent rarement indifférent. En France, le système des grandes écoles impose une sélection qui repose sur des critères objectifs comme les mathématiques. "Depuis cette période, cette discipline a gardé son importance", estime Frédéric Brossard, professeur de mathématiques en CPGE économique et commerciale options scientifique (ECS) et économique (ECE).

Selon lui, cela a du sens : "Les maths proposent un raisonnement sous forme de projet au sens large. Elles aident à construire un projet et un raisonnement cadré. Mais, attention, il faut aussi une certaine ouverture d’esprit, c’est pour cela qu’à côté des mathématiques, les écoles intègrent des disciplines comme la philosophie, les humanités…"

Un fossé entre le secondaire et la prépa

Aussi, pour intégrer une école de commerce après une prépa, la case concours prévoit systématiquement une épreuve de mathématiques qu’il faut préparer. Or, quand ils entrent en prépa, beaucoup d’élèves se prennent une douche froide en voyant la différence entre leur niveau au lycée et celui attendu en prépa.

Lire aussi : La prépa économique, "deux années exigeantes mais très formatrices"

"Aujourd’hui, les mathématiques au lycée sont beaucoup trop applicatives ! Il existe un fossé entre les maths du secondaire et ce que les étudiants vont apprendre en prépa, estime Frédéric Brossard. Mais ce fossé peut être bénéfique, un élève peut avoir 10 ou 12 de moyenne au lycée et se révéler en prépa parce que l’approche n’est pas du tout la même".

Attention toutefois, avec la réforme du bac, le professeur pointe un risque : "manquer de jeunes qui ont des bases en mathématiques". En effet, en dehors des enseignements scientifiques prévus en tronc commun, les mathématiques seront uniquement proposées en spécialité.

En prépa, l’objectif est aussi d’aider les étudiants à faire le basculement entre les maths du secondaire et celles qui sont attendues au concours. "Les élèves doivent se projeter en prépa sur deux ou trois ans. Durant cette trajectoire, ils acquièrent les connaissances nécessaires pour réussir le concours. Mon rôle est de les préparer au concours. J'aurais atteint mon objectif si mes élèves obtiennent de bons résultats en maths et qu’ils accèdent aux écoles de leurs choix", précise le professeur.

Les mauvaises notes, une mesure de l’évolution

Il est bien connu qu’en prépa, les notes sont souvent faibles, notamment en maths. Mais ces mauvaises notes ne doivent pas être "bloquantes", estime Frédéric Brossard. "On note comme au concours, pour habituer les élèves. Ces notes mesurent donc le niveau à un instant T. C’est donc davantage une mesure de la marge de progression de l’élève qu’il faut considérer et non chaque note individuelle."

Lire aussi : Etes-vous fait pour une prépa économique ?

Par ailleurs, les professeurs ne jugent pas les notes mais ce qu’il reste à acquérir. "Ce qui compte ce sont les acquis", affirme Frédéric Brossard.

Pour atteindre ces acquis, il considère deux étapes : comprendre les concepts et, ensuite, apprendre par cœur. "Il faut s’entraîner à apprendre par cœur dans plusieurs matières, dont les maths. Il faut aussi faire des exercices plus ou moins compliqués pour avoir l’esprit prépa." Car, il ne faut pas se leurrer, la prépa demande une quantité de travail importante et une méthode de travail claire avec une bonne organisation et une planification.

Pour les élèves les plus en difficulté, les lycées peuvent proposer des accompagnements en petits groupes pour "débloquer des situations".

Lire aussi : Etes-vous fait pour la spécialité mathématiques ?

Le choix de ne pas faire de maths

Si les mathématiques sont importantes en prépa économique et commerciale, elles ne sont pas toujours nécessaires pour entrer en école de commerce.

De plus en plus d’écoles diversifient leur recrutement et accueillent des étudiants de prépa littéraires. "Cette voie offre beaucoup d’opportunités aux élèves qui ne veulent plus faire beaucoup de maths, notamment dans le cadre de la réforme du lycée", estime le professeur.

Cette diversité attendue dans les écoles est aussi selon lui, le reflet de la vie des entreprises qui recrutent des profils différents, scientifiques, littéraires…

Pour aller plus loin : La prépa économique, "deux années exigeantes mais très formatrices" / Êtes-vous fait pour une prépa économique ?