Master en École de commerce VS Master à l’université : le match

publié le 06 Janvier 2021
8 min

Entre les deux, votre cœur balance ? Découvrez ici les atouts de ces deux cursus, mais aussi leurs points de divergence. C’est parti !

La pédagogie

À l’université, un étudiant doit faire preuve de beaucoup d’autonomie, car une bonne partie des enseignements est délivrée lors de cours magistraux. Sa présence n’est pas contrôlée et il a globalement moins d’heures de cours. C’est donc à lui de puiser la motivation nécessaire pour s’autodiscipliner.

En école de commerce, le volume d’heures de cours est plus important. Le corps professoral se montre davantage présent et l’étudiant doit faire preuve d’assiduité. Les écoles de commerce demandent une part de travail individuel, mais font aussi la part belle au travail en groupe et aux présentations orales.

Qualité des enseignements

À l’université : tous les diplômes universitaires sont reconnus et visés par l’État et intégrés au système européen LMD. Il existe des universités pour toutes les matières et il est possible de passer d’une université à l’autre durant son cursus. Les cours, plus théoriques, sont de bon niveau, car l’université héberge notamment des enseignants-chercheurs. Les étudiants peuvent aussi poursuivre leur diplôme jusqu’au niveau doctorat.

En école de commerce : il existe plus de 200 écoles de commerce en France et toutes n’ont pas le même niveau d’exigence. Parmi elles, seulement 39 sont membres de la Conférence des Grandes Écoles. Ces dernières sont toutes visées par l’État, ce qui assure la qualité des enseignements. Les écoles de commerce sont classées, ce qui permet aux étudiants de pouvoir d’orienter vers les établissements les plus sélectifs s’ils le souhaitent. Elles prodiguent des enseignements autour de la sphère du management. Certains masters peuvent être ultra-spécialisés (master autour du commerce du vin, de l’hôtellerie, etc.).

Sélection

À l’université : depuis 2017, les universités sélectionnent les étudiants dès la première année de master. Certains diplômes sont plus convoités que d’autres, à l’image des masters de Paris-Dauphine. En dehors de ces cas particuliers, l’université est réputée moins sélective que les grandes écoles de commerce.

En école de commerce : il existe plusieurs voies d’admission aux écoles de commerce en master. Les étudiants de BTS, DUT, Licence ou Bachelor peuvent accéder aux masters des grandes écoles de commerce via les admissions parallèles. Il s’agit des concours Passerelle, Tremplin ou Ambitions +. Le concours Passerelle est sans doute le plus connu d’entre eux et permet d’accéder à neuf établissements membres de la Conférence des Grandes écoles. Tous les étudiants peuvent tenter leur chance, peu importe leur formation d’origine.

L’insertion professionnelle

À l’université : les étudiants sont plus livrés à eux-mêmes dans leur parcours d’insertion professionnelle, même si certaines structures comme les IAE ont renforcé cette dimension. D’après une enquête nationale du ministère de l’Enseignement supérieur, les étudiants de la filière droit-économie-gestion présentent 94 % d’insertion à 30 mois.

En école de commerce : c’est sans doute leur point fort, puisqu’elles intègrent totalement la dimension professionnelle dès le début des cursus. Cours délivrés par des professionnels sur le terrain, stages obligatoires, alternance… Les étudiants sont également invités à travailler leur employabilité en co-construisant avec les équipes un parcours à la carte. Ils apprennent à développer leurs soft skills, des compétences clefs dans le monde de l’entreprise aujourd’hui. Épaulés par les career centers des écoles de commerce, ils sont accompagnés dans leur recherche d’emploi. Les recruteurs apprécient particulièrement les étudiants issus des grandes écoles de commerce. D’après une étude Ipsos pour la Conférence des Grandes Écoles, 93 % d’entre eux ont sur elles une opinion favorable. Preuve en est que neuf diplômés sur 10 occupent un emploi seulement six mois après l’obtention de leur diplôme. À noter, enfin, que les étudiants attirés par l’entrepreneuriat ont tout intérêt à se diriger vers les écoles de commerce qui abritent des incubateurs au sein même de leurs structures.

Le réseau

À l’université : les étudiants ne sont pas particulièrement baignés dans la culture du réseau ni dans un esprit de « promotion ».

En école de commerce : c’est une fois encore le gros atout de ces écoles, qui se fédèrent autour de puissants réseaux, précieux pour s’insérer ensuite dans le monde de l’entreprise.

L’international

À l’université : les étudiants peuvent étudier à l’international via des programmes comme Socrates/Erasmus+. Mais bien souvent, seuls les meilleurs étudiants ont accès à ces échanges par manque de places.

En école de commerce : celles-ci accueillent des étudiants étrangers et proposent un environnement multiculturel dès les premières années. Il existe de nombreux parcours totalement anglophones et tous les étudiants passent au moins un semestre à l’étranger, en stage ou à l’université. Plusieurs grandes écoles de commerce proposent même des doubles diplômes avec une université à l’étranger.

Le prix

À l’université : c’est ici qu’elle marque des points. Financée par l’État, elle exige de ses étudiants qu’ils paient uniquement les frais d’inscription et la contribution à la vie étudiante et du campus.

En école de commerce : celles-ci doivent s’auto-financer. Les frais annuels de scolarité s’élèvent donc à une fourchette qui oscille entre 5 000 et 15 000 euros par an. Bien souvent, les étudiants apprécient la modernité des locaux, l’équipement informatique de qualité ou encore les infrastructures sportives. À noter : il existe des dotations pour les étudiants les plus méritants et des bourses sur critères sociaux sont délivrées par l’État, comme pour l’université.

En conclusion

Qu’il s’agisse de l’université ou des écoles de commerce, chaque filière possède ses propres qualités. Vous devrez donc arbitrer en fonction de votre personnalité, vos contraintes matérielles et vos objectifs. Il est important de bien vous informer sur les cursus proposés et d’échanger avec les élèves qui sont les meilleurs ambassadeurs des établissements.

Articles les plus lus

A la Une écoles de commerce

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road