1. Kedge met le "KAP" sur l'ouverture sociale
Boîte à outils

Kedge met le "KAP" sur l'ouverture sociale

Envoyer cet article à un ami
Le campus bordelais de Kedge BS accueille 15 des 36 bénéficiaires du programme Kap. // © Kedge BS
Le campus bordelais de Kedge BS accueille 15 des 36 bénéficiaires du programme Kap. // © Kedge BS

KAP ? Ce n'est pas le nom d'une nouvelle école, mais celui d'un programme d'ouverture sociale lancé par Kedge BS. Objectif ? Faciliter l'accès de jeunes issus de familles très modestes à un prêt bancaire pour financer leurs frais de scolarité, et maximiser leurs chances de réussite grâce à un accompagnement spécifique.

Programmes de sensibilisation auprès des lycéens, turorat, bourses... Les écoles de commerce ont multiplié les initiatives pour diversifier les profils de leurs étudiants. Déjà présente sur ce terrain – Cordées de la Réussite, Parcours égalité des chances… –, Kedge BS (Bordeaux, Marseille et Toulon) lance, en partenariat avec 5 banques (1) et plusieurs associations (Nos quartiers ont du Talent, Frateli...), un nouveau système de prêts cautionnés. Nom de code : KAP pour "Kedge Access Programme".

Objectif ? Permettre à des étudiants issus de milieux très modestes et "présentant un parcours scolaire excellent et méritant" d'accéder aux programmes de Kedge, grâce à un prêt bancaire. L'école et l'établissement bancaire se portent chacun caution à hauteur de 50 % sur le montant emprunté – 25.220 € en moyenne et jusqu'à 35.000 € –, à la place de la famille.

Couverture des frais de scolarité et des intérêts d'emprunt

Même si la formule, déjà proposée par plusieurs grandes écoles de commerce ou encore par l'État, n'est pas nouvelle, le dispositif de Kedge présente plusieurs atouts : "Contrairement au prêt d'État, limité à 15.000 €, KAP couvre la totalité des frais de scolarité et des intérêts d'emprunt. Pour l'étudiant, cela revient à un prêt à taux zéro. Même si les taux d'intérêt sont faibles actuellement, c'est un vrai atout", estime Amélia Hocine, 21 ans.

L'étudiante, inscrite en 2e année du programme grande école de Kedge, compte parmi les 36 bénéficiaires – dont 20 au sein du programme grande école –, sélectionnés cette année sur la base de critères académiques et sociaux (voir encadré).

Un accompagnement global

Pour maximiser leurs chances de réussite, les bénéficiaires de KAP vont être accompagnés avant, pendant et après leur passage par l'école. Une assistante sociale est là pour les aider dans leurs démarches, à commencer par les dossiers de demande de bourses. Ils sont en effet éligibles aux aides versées en parallèle par l'école et ont un accès privilégié à des CDD (contrats à durée déterminée) dans l'établissement. Amélia a ainsi décroché un job à temps partiel au sein de l'administration de l'école.

En cas de coup de blues ou de difficulté, une psychologue et des bénévoles sont disponibles pour les écouter : "Il s'agit de prévenir les difficultés d'intégration ou les moments de découragement", précise Martine Mordant, directrice générale adjointe de Kedge BS, en charge du dossier.

"Nos parrains ont vraiment facilité notre intégration"

En la matière, Amélia est ravie. Ses deux "parrains" étudiants de master, chargés de la guider dans sa découverte de l'école, ont été d'une grande aide. "Nos parrains ont vraiment facilité notre intégration. On communique, on est soutenus", se félicite l'étudiante.

Une série d'ateliers sur la gestion du budget proposés par la fondation Cetelem ou l'estime de soi par des coachs du Career Centre seront également proposés au fil de l'année. Des cadres de l'association NQT, spécialisée dans l'accompagnement des jeunes diplômés issus de milieux modestes, vont les aider à valoriser leur parcours auprès d'un recruteur : "On va leur expliquer comment faire de leur origine sociale une force et non une faiblesse", explique Monia Meddah, chargée de mission partenariats institutionnels au sein de l'association.

À la sortie de l'école, s'ils ne décrochent pas tout de suite un job, ils pourront s'appuyer sur les conseils de NQT et du réseau des anciens de Kedge.

De 100 à 150 bénéficiaires

Certaines écoles accordent des exemptions au moins partielles des frais de scolarité aux élèves les plus modestes. Kedge, elle, a préféré le système du prêt : "Par rapport aux autres étudiants qui s'endettent, c'est plus équitable. Cette formule, moins onéreuse, nous permet aussi d'aider davantage d'étudiants, sachant que nos formations offrent des débouchés qui leur permettent ensuite de rembourser leur prêt", explique Martine Mordant.

Cette année, l'école n'a reçu que 66 candidatures, mais elle en attend une centaine dès l'année prochaine. Et, à terme, le dispositif devrait, selon la demande, concerner de 100 à 150 étudiants.

(1) Caisse d'épargne Provence Alpes Corse, Crédit agricole Alpes Provence, Crédit mutuel méditerranéen, Banque populaire provençale et Corse et Banque populaire Aquitaine Centre Atlantique. 

Comment bénéficier du dispositif ?
Le dispositif s'adresse aux étudiants de nationalité française souhaitant intégrer les programmes de formation initiale de Kedge BS, à l'exception de l'EBP International. Pour candidater, il faut télécharger le dossier de candidature sur le site de l'école et le renvoyer accompagné des pièces justificatives. La sélection se fait sur la base de critères "d'excellence" (une moyenne générale de 12/20 au minimum, une scolarité en double cursus, un engagement associatif...) et financiers (présence ou non d'un garant, taux d'endettement du foyer, quotient familial...). Si le dossier est éligible, il est analysé et présenté en commission. S'il est retenu, le candidat est informé par mail et reçoit les informations nécessaires pour poursuivre ses démarches d'inscription et contracter un prêt.