1. Adam a choisi l'EBP pour son triple diplôme
Portrait

Adam a choisi l'EBP pour son triple diplôme

Envoyer cet article à un ami
Adam est diplômé de l’EBP (Kedge), de l’université anglaise de Hull et de l’INHA University de Séoul en Corée du Sud. // © Christian Bellavia pour l'Etudiant
Adam est diplômé de l’EBP (Kedge), de l’université anglaise de Hull et de l’INHA University de Séoul en Corée du Sud. // © Christian Bellavia pour l'Etudiant

Adam a trouvé à l'EBP une formation pluridisciplinaire pointue en 5 ans. Passionné par l'aéronautique, il précise que le prestige et la qualité des programmes des universités partenaires de l'école ont été un atout précieux pour lui ouvrir les portes d'Airbus où il passe son stage de fin d'études.

Découvrez notre palmarès des écoles de commerce postbac en 4 ou 5 ans

L’efficacité du triple diplôme ne fait pas de doute pour Adam : "La preuve, c’est que je vous parle depuis les bureaux ­d’Airbus, à Toulouse", sourit le jeune homme de 23 ans, en stage de fin d’études au département des Upgrades Customer Service du constructeur aéronautique.

Travailler chez le géant de l’aérien était un rêve d’enfant pour cet étudiant de l’EBP (Kedge). Il souhaitait devenir pilote jusqu’à ce qu’une visite médicale en terminale lui révèle qu’il n’avait pas la vision suffisante pour exercer ce métier.

"J’ai alors cherché à intégrer autrement le secteur de l’aéronautique, et le programme triple diplômant en cinq ans de l’EBP [et désormais conférant un grade de master] m’a semblé être un excellent tremplin", énonce-t-il, pragmatique.

Être compétitif en achat et en logistique

"Dans le secteur de l’aviation, la priorité est donnée aux ingénieurs. Si je voulais avoir ma chance, il me fallait être compétitif en achat et en logistique, deux des compétences les plus recherchées." Des matières accessibles justement via le triple diplôme. "Quel que soit le secteur où vous voulez travailler, le nombre des universités partenaires est tellement important que vous êtes forcé de trouver votre bonheur", souligne Adam.

En Bachelor à l’université anglaise de Hull, il a bénéficié d’un enseignement de haut niveau en management analysis – "un gros plus dans [sa] formation" –, puis à l’INHA University de Séoul (Corée du Sud) d’"un cours passionnant d’airport management".

Lire aussi : Métiers de l'aérien et de l'aéronautique : ça décolle !

Au rang des autres expériences marquantes : les visites du siège de Samsung et de l’aéroport de Séoul. Un parcours sanctionné par un Bachelor in Business Studies de Hull, et par un master of Global Logistics Management de l’INHA, des diplômes précieux sur un CV.

Adam a vécu une expérience interculturelle riche : "En Angleterre, les professeurs nous laissaient beaucoup d’autonomie, notre salle de cours principale était la bibliothèque. Rien à voir avec la Corée où nous pouvions enchaîner des cours de 9 h à 22 h !" Cette formation lui sera utile pour travailler dans une équipe internationale.

Mon cours préféré : "Le cours de management analysis, qui apprend à utiliser des outils d’analyse de marché afin de comprendre l’environnement économique d’une activité pour affiner les décisions. Je m’en sers dans chacun de mes stages, et cela épate tous mes tuteurs !"

Mon meilleur souvenir : "Sans aucun doute, la visite de l’aéroport de Séoul, l’un des plus grands du monde. Il nous a ouvert grand ses portes. Cela m’a permis de comprendre son fonctionnement de l’intérieur."

Mon projet professionnel : "J’espère rester dans l’industrie aéronautique. C’est un secteur très large qui offre de nombreuses opportunités, mais où il n’y a pas de place pour l’erreur."