Qu'apprend-on en école de commerce ?

Par Jean-Claude Lewandowski, publié le 07 Janvier 2021
3 min

Des matières de base du management au savoir-être, revue de détail des disciplines enseignées dans une business school.

Qu’apprend-on dans une business school ? Les disciplines y sont si diverses, les parcours des étudiants à ce point variés qu’il est permis de se poser la question. Pour simplifier, on peut distinguer trois grands blocs d’apprentissages :

Se familiariser avec les disciplines de base du management

Marketing, finance, ressources humaines, comptabilité, communication… Une série d’outils et de techniques qui permettront aux étudiants de "gérer" une entreprise ou une organisation. Dans le même ordre d’idées, on peut ajouter les langues. La maîtrise des outils numériques ne fait pas forcément l’objet d’un enseignement spécifique, mais est plutôt considérée comme un pré-requis.

Ce n’est pas tout. "Au-delà du management, nombre d’écoles mettent à leur programme des disciplines comme la sociologie ou l’histoire, note Stéphan Bourcieu, directeur général de Burgundy Business School. C’est un moyen d’aider leurs élèves à se cultiver et à appréhender la complexité."

Lire aussi

Acquérir des savoir-faire

L’objectif est de rendre les futurs diplômés opérationnels. Pour cela, les écoles les familiarisent avec le monde des affaires, via les stages en entreprise, mais aussi des études de cas, des mises en situation, des jeux, des intervenants venus de l’entreprise. L’apprentissage s’inscrit dans la même logique. Les élèves apprennent ainsi à mettre en pratique les enseignements qu’ils ont suivis.

Développer des "savoir-être"

Aptitude à communiquer et à travailler en équipe, résistance au stress, leadership, enthousiasme… Autant de compétences comportementales ("soft skills") qui ne s’acquièrent pas en cours, mais par diverses activités : coaching, tutorat, engagement humanitaire et associatif, sport… Les élèves développent ainsi leur personnalité.

L’ouverture internationale fait partie de ces apprentissages "informels" : au-delà de la maîtrise des langues étrangères, les élèves apprennent à évoluer dans un contexte interculturel.

Lire aussi

Enfin, les élèves suivent une préparation à la recherche d’emploi. Au programme, élaboration du projet professionnel, rédaction du CV, entraînement à l’entretien d’embauche…

A l’issue de leur cursus, les diplômés ont acquis une foule de connaissances et de compétences, mais ont aussi gagné en maturité. "Ils sont armés pour travailler dans des environnements divers, et capables d’évoluer tout au long de leur carrière", observe Stéphan Bourcieu. Ce qui explique la grande diversité des emplois à la sortie de ces écoles.

Lire aussi

Des "managers" plutôt que des "vendeurs"

Les écoles de commerce, en dépit de leur appellation, forment davantage des "managers" que des "vendeurs". Quelques-unes mettent cependant l’accent sur le sujet. C’est le cas, entre autres, pour EM Normandie, l’ESCP BS, Neoma, l’EDC, l’ICD ou l’Istec, qui enseignent à leurs élèves comment conduire une négociation commerciale.

Articles les plus lus

A la Une écoles de commerce

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road