Écoles de commerce : Rennes School of Business et l’EM Strasbourg rejoignent Ecricome

Par Eva Mignot, publié le 21 Novembre 2018
3 min

La banque d'épreuves Ecricome, accessible aux étudiants de classes préparatoires, comptera deux nouvelles écoles de commerce en 2020 : Rennes School of Business et l'EM Strasbourg. Elle se dote également d'une nouvelle épreuve de langue.

Si vous êtes étudiant en classe préparatoire et souhaitez intégrer Rennes School of Business ou l’EM Strasbourg, vous ne passerez bientôt plus les épreuves de la BCE (banque commune d’épreuves). En 2020, c'est au concours Ecricome qu'il faudra vous inscrire. Les deux écoles rejoignent en effet Neoma Business School et Kedge Business School.

Lire aussi

"Nous sommes quatre écoles ambitieuses et complémentaires. Nous partageons le goût de l’innovation et nous nous intéressons aux nouveaux usages digitaux, justifie Thomas Froehlicher, le directeur général de Rennes School of Business. Ecricome est un lieu où l’on peut coconstruire. Il est plus facile de prendre des décisions à quatre qu’à 24", complète-t-il.

"Nous avons des convictions partagées. Nous sommes toutes des marques avec un ADN international", assure, quant à lui, Herbert Castéran, le directeur général de l’EM Strasbourg.

De Passerelle à Tremplin

Si l’école rennaise et l’établissement alsacien passaient jusque-là par le concours Passerelle pour le recrutement en admission parallèle, ils intégreront bientôt Tremplin, passage obligé pour les admissions sur titre à Neoma et Kedge.

Il faudra encore attendre un peu avant de savoir si les programmes postbac en trois ans des deux écoles rejoindront Ecricome Bachelors. Jusqu'à présent, Rennes organisait un concours indépendant. De son côté, l’EM Strasbourg se maintient pour l’instant au sein du concours Atout + 3.

Lire aussi

Une nouvelle épreuve de langue en 2020

Autre nouveauté du concours Ecricome : l’épreuve orale de langue change. Terminé, l’article de presse enregistré. À partir de 2020, les étudiants seront confrontés à une vidéo. "Ce sera une épreuve moins artificielle, assure Delphine Manceau, présidente d’Ecricome et directrice générale de Neoma Business School. Nous allons capter des vidéos existant déjà sur Internet et qui nous semblent pertinentes. Elles porteront sur des sujets contemporains de culture, de civilisation, d’environnement, de société…" poursuit-elle.

Le but ? Répondre davantage aux attentes des nouvelles générations. "Aujourd’hui, la vidéo remplace un peu la radio auprès des jeunes. Cette épreuve cherche à être cohérente avec la façon dont on s’informe aujourd’hui", déclare la présidente d’Ecricome.

"La vidéo durera entre trois minutes et trois minutes trente maximum. Nous ne demanderons pas une retranscription du verbatim, mais un synopsis rapide dans un premier temps et trois autres épreuves que nous détaillerons plus tard", ajoute Philippe Kohler, professeur en classe préparatoire et concepteur de l’épreuve.

Pour que les élèves puissent préparer au mieux leur concours, Ecricome mettra en ligne des exemples de sujets possibles à partir de mars 2019.

Articles les plus lus

A la Une écoles de commerce

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !