1. Ils sont les ambassadeurs de l'énergie solaire au Mexique
Portrait

Ils sont les ambassadeurs de l'énergie solaire au Mexique

Envoyer cet article à un ami
L’équipe de Camille et d’Elise (respectivement troisième et première en partant de la droite de la photo) est partie en juillet 2014 au Mexique. // © Mexisol
L’équipe de Camille et d’Elise (respectivement troisième et première en partant de la droite de la photo) est partie en juillet 2014 au Mexique. // © Mexisol

En juillet 2014, Élise et Camille, deux étudiantes à Polytech Montpellier, sont parties apprendre à des Mexicains à utiliser l’énergie solaire. En 2015, c'est au tour de Corentin, Nicolas et Thomas de prendre le relais dans le cadre de l'association Mexisol.

"Si quelqu'un a faim, ne lui donne pas un poisson mais apprends lui à pêcher", cite Corentin Savany, 20 ans. Avec huit autres de ses camarades de 3e année à Polytech Montpellier, l'étudiant a mis en application ce proverbe en se lançant dans l'aventure Mexisol. Leur but : apprendre à des Mexicains à utiliser l'énergie solaire.

Douches, fours, séchoirs, etc., les élèves ingénieurs de l'association apportent chaque été, depuis 2011, leur technologie aux habitants de l'État Hidalgo, région semi-désertique du Mexique. L'objectif est triple : humanitaire, écologique mais aussi formateur pour ces étudiants qui souhaitent se spécialiser dans les énergies renouvelables.

Les machines, construites avec les habitants, sont fabriquées à partir de matériaux de récupération.
Les machines, construites avec les habitants, sont fabriquées à partir de matériaux de récupération. // © Mexisol

Un savoir à partager

"Nous avons autant transmis que reçu. Les Mexicains, malgré leurs conditions de vie, ont toujours le sourire. Nous avons réalisé à quel point nous étions privilégiés", a constaté Élise Le Delaizir, 21 ans, la présidente de Mexisol en 2014. Chaque année, l'association renouvelle son équipe composée d'étudiants de 3e année. De promotion en promotion, Mexisol a évolué. "Nous avons amélioré les machines en fonction des retours des habitants", explique Camille Dognin, 21 ans, de la même équipe qu'Élise. Si 700 Mexicains ont pu suivre les ateliers en 2014, l'équipe de 2015 espère atteindre le millier.

Sur place, les élèves construisent un prototype de l'une de leurs machines (la douche solaire a le plus de succès) avec les habitants d'une communauté. Ces derniers peuvent ensuite reproduire les techniques employées. L'association écologiste mexicaine Nana Ximhai fait le lien avec la population et des étudiants locaux les aident à traduire leurs manuels.

Mission : "sauver la planète"

Durant l'année, l'équipe a pour mission de trouver des financements pour son voyage estival, dont le coût est estimé à 7.000 €. Des tickets de tombola aux sponsors, en passant par le concours Challenges Citoyens CGI, remporté en 2015 dans la catégorie "Coup de cœur des collaborateurs" : tout est bon à prendre.

Corentin, Nicolas et Thomas (au centre) ont représenté Mexisol à la remise des prix des Challenges Citoyens CGI, où l’association a remporté le prix du Coup de cœur des collaborateurs.
Corentin, Nicolas et Thomas (au centre) ont représenté Mexisol à la remise des prix des Challenges Citoyens CGI, où l’association a remporté le prix du "Coup de cœur des collaborateurs" en mars 2015. // © Mexisol

Les motivations des étudiants sont multiples. Dans l'équipe actuelle, Nicolas Poree, 21 ans, a vécu en Nouvelle-Calédonie. "Vivre sur une île, dans la forêt, cela rapproche de l'environnement. On veut le défendre", argumente-t-il. Pour Thomas Ventrou, 20 ans, "l'économie d'énergie, c'est primordial pour l'avenir". Quant à Corentin, il avoue être "un rêveur qui veut sauver la planète".

Du côté de l'équipe 2014, Camille "aime beaucoup les sports de nature, donc préserver l'environnement [lui] tient à cœur". Pour Élise, plus pragmatique, cette spécialisation, "filière d'avenir, permet de connaître les anciens et nouveaux systèmes pour travailler ensuite dans les économies d'énergie". Dans tous les cas, les ambassadeurs Mexisol n'en manquent pas, eux, d'énergie !