1. Arts et Métiers ParisTech propose une nouvelle formation aux bacheliers STI2D
Décryptage

Arts et Métiers ParisTech propose une nouvelle formation aux bacheliers STI2D

Envoyer cet article à un ami

À la rentrée 2014, l’école d’ingénieurs Arts et Métiers ParisTech ouvrira un nouveau cursus, destiné aux bacheliers STI2D. D’une durée de trois ans, le Bachelor de technologie formera les élèves aux enjeux technologiques actuels et leur permettra d’entrer directement sur le marché du travail ou de poursuivre vers des études d’ingénieur. La formation sera dispensée sur deux campus de l’école, à Châlons-en-Champagne et Bordeaux-Talence.

C'est une première dans le monde des écoles d'ingénieurs. Et Laurent Carraro ne s'en cache pas : le directeur général d'Arts et Métiers ParisTech espère bien voir son initiative "dupliquée" par bon nombre de ses confrères... En septembre 2014, l'école d'ingénieurs ouvrira sa première filière postbac destinée aux bacheliers STI2D (toutes spécialités).

Vers le marché du travail ou des études d'ingénieur

Ce Bachelor de technologie formera durant trois ans des étudiants aux enjeux technologiques actuels avec un but : leur permettre d'intégrer le marché du travail à la fin de la formation ou de poursuivre en école d'ingénieurs s'ils le souhaitent. "Un concours spécifique sera proposé à ces diplômés pour leur permettre de rejoindre notre cursus ingénieur en première année, détaille Laurent Champaney, directeur général adjoint en charge de la formation. Quant à ceux qui voudraient intégrer le marché du travail, ils disposeront d'un profil polyvalent, leur permettant de prétendre à des postes de responsable de production, par exemple."

Cette initiative s'inscrit dans un contexte de désaffection des filières technologiques par les jeunes. "Les chiffres sont là", argumente Laurent Carraro. Sur les 28.000 bacheliers STI2D qui poursuivent dans l'enseignement supérieur (chiffres 2012), seuls 5 % se tournent vers les écoles d'ingénieurs ou les classes préparatoires. "Nous avons décidé d'agir de manière volontariste en s'adressant directement aux bacheliers et en leur rappelant que leur profil nous intéresse", poursuit-il.

Le matin, la théorie, l'après-midi, la pratique

Tourné vers la pédagogie par projet, le cursus proposera aux élèves à la fois des cours académiques et des travaux de groupe menés en relation étroite avec les industriels. Les matinées seront réservées à l'apprentissage théorique; les après-midis à des projets concrets. Une fois par mois, dans le cadre d'un rendez-vous intitulé "Out of the box", les élèves assisteront à des conférences et des visites. Une large place sera donnée aux stages, dès la première année.

Inscription via APB

Pour les bacheliers désireux de rejoindre cette nouvelle filière, notez que seules 48 places sont proposées pour la rentrée 2014 : 24 sur le campus de Bordeaux-Talence et autant à Châlons-en-Champagne. L'inscription se fait sur Admission-postbac.fr jusqu'au 20 mars 2014. Le Bachelor sera classé dans le type "Formations d'ingénieurs" et le nom officiel du diplôme est "Diplôme d'études supérieures en technologie".

La sélection des élèves se fera en deux temps : étude du dossier scolaire puis entretien de motivation (14, 17, 21 ou 24 mai 2014). Le coût de la formation sera celui d'une inscription universitaire en licence. À titre indicatif, pour 2013/2014, les frais s'élevaient à 183 € de droit universitaire, 5,10 € de médecine préventive et 211 € de Sécurité sociale.


Les Bachelors en écoles d'ingénieurs
Si les Bachelors ont le vent en poupe dans les écoles de commerce, c'est loin d'être le cas en écoles d'ingénieurs. Avec cette initiative, Arts et Métiers ParisTech ouvre la voie. Certes, à l'heure actuelle certains établissements – majoritairement privés – proposent à leurs élèves ingénieurs un cycle Bachelor. C'est le cas à'IPSA, à l'ISEN ou encore à CPE Lyon. Au sein de cette école par exemple, les élèves obtiennent en fin de troisième année un certificat intermédiaire intitulé "Bachelor CPE Lyon", ce dernier leur permettant seulement de poursuivre leur cursus ingénieurs.
À l'étranger en revanche, le terme "Bachelor" est d'une autre nature : dans les pays anglo-saxons par exemple, le "Bachelor in Engineering" valide quatre années d'études.