Aymeric, étudiant aux Mines de Saint-Etienne : "J’ai personnalisé mon parcours pour travailler dans la finance"

publié le 14 Decembre 2012
4 min

A 22 ans, Aymeric est en troisième et dernière année à l’Ecole des mines de Saint-Etienne et a déjà un pied dans la vie active puisqu’il suit sa formation en alternance. L’aboutissement d’un parcours qu’il s’est attaché à personnaliser progressivement. 

Après vos deux années de prépa PC, pourquoi avez-vous choisi l’Ecole des mines de Saint-Etienne ?

Honnêtement, avant tout parce que c’était l’école la plus cotée que j’ai obtenue aux concours. Ensuite, parce qu’il s’agissait d’une formation généraliste, au sein de laquelle on pouvait choisir ses spécialités pour se construire son propre parcours. Enfin, la taille humaine de l’école me plaisait : je n’avais pas envie de me retrouver dans une promo de 200 élèves !

Quand vous êtes arrivé à l’école, comment avez-vous ressenti la rupture avec la prépa ?

Quand on est en prépa, on sait qu’on fait une pause dans notre vie : il faut travailler sans se poser de questions.  Mais c’est un investissement qui en vaut la peine. Se dire que c’est une condition pour devenir ingénieur atténue les difficultés.

Quand on intègre l’école, on change complètement de rythme, d’autant qu’aux mines de Saint-Etienne, on commence tout de suite par un voyage d’intégration de trois jours de randonnée et deux jours d’activités durant lesquels on se retrouve en petits groupes, ce qui permet de se connaître. De retour à l’école, les deux premières semaines sont consacrées à des séminaires de communication, où l'on se présente, on échange… C’est un peu bizarre quand on sort de prépa où l’on a été habitué à gratter toute la journée ! La communication, cela ne paraît pas très consistant à des scientifiques… Mais d’un point de vue personnel, c’est important d’avoir une transition comme celle-là.

Qu’appréciez-vous dans votre formation ?

La possibilité de personnaliser son parcours : le diplôme est généraliste mais, dès la deuxième année, on choisit deux options. Cela permet de laisser de côté les matières que l’on n’aime pas.  Dans mon cas, j’ai choisi maths et informatique et je suis ravi de ne plus faire de physique !

Mon objectif, depuis longtemps, est de travailler dans la finance. C’est un monde qui m’attire, j’ai envie de connaître ce rythme effréné, cette ivresse… Pas question d’avoir un petit boulot de bureau ! C’est dans cette perspective que j’ai choisi de préparer un double diplôme : celui des mines de Saint-Etienne et celui de l’ISFA (Institut des sciences financières et de l’assurance). A l’issue de ma formation, j’aurai les deux titres d’ingénieur et d’actuaire, ce qui éloigne le risque d’être au chomage.

Et comment se passe la vie quotidienne à l’école ?

Durant les deux premières années, j’avais une chambre, comme la majorité de la promo, à la résidence des mines appelée la "Maison des élèves". On a une salle des fêtes, une salle d’activités, des cuisines communes… On connaît très vite les gens de son couloir et ceux des autres étages. L’ambiance est vraiment sympa, on vit tous ensemble. Mais du coup, certains problèmes sont facilement montés en épingle…

Au bout de deux ans, cela peut lasser, c’est pourquoi la plupart des troisième année vivent ailleurs. Pour ma part, j’ai déménagé à Lyon car c’est là qu’ont lieu les cours de l’ISFA que j’ai choisi de suivre en alternance dans une entreprise de logiciels financiers.

Etre apprenti a deux avantages : on acquiert une première expérience en entreprise et on est rémunéré. Pendant les deux premières années, mes parents me finançaient, ce qui me poussait à faire un peu attention. Maintenant, je gagne 1.400 € nets par mois. Du coup, je sors beaucoup plus qu’avant, je dépense tout en resto, week-end… Pour un étudiant, c’est un peu la vie de château !

Propos recueillis par Sophie Blitman

Articles les plus lus

A la Une écoles d'ingénieurs

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !