1. Classement 2018 des écoles d'ingénieurs : le top 10 des plus féminines
Bancs d’essai

Classement 2018 des écoles d'ingénieurs : le top 10 des plus féminines

Envoyer cet article à un ami
Sur 740 élèves à l'EBI, 529 sont des filles. // © Philippe Escalier / EBI
Sur 740 élèves à l'EBI, 529 sont des filles. // © Philippe Escalier / EBI

Voici, d'après notre palmarès, les écoles d'ingénieurs qui comptent le plus de filles parmi leurs élèves.

Parmi les 140.000 élèves ingénieurs en 2016–2017, seulement 28 % sont des femmes. Un chiffre faible, mais en constante augmentation : le nombre d’étudiantes en écoles d’ingénieurs a progressé de 243 % depuis 1990 ! Mais sur le terrain, tout dépend en fait de la spécialité de chaque établissement. Les secteurs de l’agroalimentaire, de la chimie et de l’agriculture attirent traditionnellement les filles. À l’ENSAIA, AgroSup Dijon, l’ENSTBB, ou encore Oniris, sept élèves sur dix sont des filles. À l’inverse, elles sont beaucoup plus rares dans les établissements en mécanique et en informatique, malgré les efforts de ces écoles.

Lire aussi : Découvrez tous les résultats de notre palmarès des écoles d'ingénieurs 2018

Taux de filles parmi les élèves ingénieurs en 2016–2017
EBI, Cergy-Pontoise (accessible à bac) 80 %
Oniris, Nantes 76 %
INP Bordeaux-ENSTBB 71 %
AgroSup, Dijon 70 %
ENSAIA-INP Lorraine, Nancy 70 %
Agrocampus Ouest, Rennes, Angers (accessible à bac) 66 %
Montpellier SupAgro 66 %
AgroParisTech 66 %
ENSAT-INP Toulouse 65 %
ISIFC, Besançon 64 %
ESCOM, Compiègne (accessible à bac) 64 %

Les écoles sont accessibles à bac+2 sauf exception signalée.

Lire aussi : Les meilleures écoles d'ingénieurs dans 10 autres domaines

Zoom sur l’EBI

À Cergy-Pontoise, en région parisienne, l’EBI (École de biologie industrielle) se distingue par son taux de féminisation élevé : presque 80 %. En effet, 529 de ses 740 élèves sont des filles. Au fil de la formation, que les étudiants peuvent intégrer via le cycle préparatoire de l’école ou des admissions parallèles (à bac+2), ils peuvent se spécialiser via des majeures en dernière année : recherche, conception et développement, production industrielle, qualité ou marketing et management.