Comment bien choisir son école d’ingénieurs ?

Par L'Etudiant Fab, publié le 01 Juin 2021
10 min

Vous venez d’achever vos deux années de prépa et souhaitez désormais intégrer l’école d’ingénieurs de vos rêves ? Cela tombe bien ! Le concours Mines-Télécom vous dévoile ses critères pour faire le choix qui vous ressemble vraiment.

1. La réputation et la notoriété

Qu’est-ce qui constitue réellement le prestige d’une école ? Lorsque l’on cherche des réponses sur le Net, il est parfois difficile de s’y retrouver. À cet effet, les établissements du concours Mines-Télécom ont décidé de jouer la carte de la transparence et de mettre en exergue des éléments très concrets.

S’il y a bien un argument de taille, ce sont les labels et accréditations dont bénéficient chacune des grandes écoles, qui ont à cœur de mettre en œuvre tout ce qui est nécessaire à leur obtention. Ces labels sont le reflet de critères précis de qualités pédagogiques et de gouvernance, gages d’une véritable confiance des organismes officiels. Les premiers et sans doute les plus importants pour vous restent celui de la CTI (Commission des Titres d’Ingénieurs), preuve qu’un établissement est habilité à délivrer un titre d’ingénieur, mais aussi celui du diplôme d’ingénieur contrôlé par l’État ou encore l’accréditation EUR-ACE. Les accréditations CGE (Conférence des Grandes Écoles), quant à elles, portent une attention toute particulière à la pertinence des formations en fonction des besoins exprimés par les entreprises et les territoires.

Parmi les 17 écoles du concours Mines-Télécom, chacune affiche sa propre combinaison de labels. On y retrouve des labels internationaux comme le très reconnu THE (Time Higher Education), dont bénéficie Télécom SudParis, ou encore les fameux Erasmus et Bienvenue en France (une référence pour les étudiants étrangers) obtenus par Mines-Saint-Étienne ou ENSTA Bretagne. Puis il y a aussi les accréditations en fonction des spécialités proposées et des attentes des étudiants. En 2020, Institut Mines-Télécom Business School a par exemple été de nouveau accréditée AMBA (Association of MBA’s), un label de qualité pour les écoles de commerce.

2. Une école spécialisée ou généraliste ? À chacun son cursus

Si vous faites partie de ceux qui ont une véritable affinité avec une discipline, un secteur, ou qui souhaitent d’ores et déjà se former à un métier, alors les établissements spécialisés sont très certainement ceux qui vous correspondent le plus. Pour vous, le concours Mines-Télécom propose l’accession à des parcours orientés métiers et compétences dans l’air du temps, en adéquation avec les attentes du marché professionnel. C’est le cas par exemple de l’ENM, qui forme les ingénieurs en sciences de la météorologie et du climat. Il y a aussi L’EIVP, pour les ingénieurs de la ville et du génie urbain ou encore ENSG-Géomatique et ENSG Géologie, sans oublier Télécom Saint-Étienne, dont la spécialité se tourne vers les nouvelles technologies.

Comme il n’est pas donné à tout le monde de connaître avec exactitude le parcours le plus approprié, pour ceux qui seraient encore indécis, les établissements généralistes sont certainement l’option la plus adéquate. Ils fournissent un enseignement théorique et pratique dans les grandes disciplines scientifiques et vous permettent ainsi d’affiner votre choix au fur et à mesure que vous avancez dans votre formation. Cela passe par des contrats d’apprentissage, des stages, des options d’enseignement à la carte en initial ou des parcours en doubles diplômes. C’est le cas des écoles du groupe de l’Institut Mines-Télécom (IMT), comme Mines Saint-Étienne, Télécom SudParis, IMT Mines Albi, IMT Mines Alès, IMT Lille Douai qui bénéficie du double diplôme Ingénieur-manager avec IMT-BS, la seule école de commerce du concours. D’ailleurs, pour vous qui n’êtes pas encore tout à fait au point sur votre projet professionnel, suivre un cursus dans une école comme l’ENSIIE pourrait bien vous ouvrir de nombreuses portes. Vous y trouverez cinq parcours possibles dès le troisième semestre dans des domaines comme les mathématiques appliquées, les jeux vidéo, le calcul intensif, la donnée ou le génie logiciel et la sécurité. Si toutefois vous êtes plutôt du genre touche-à-tout, il existe le parcours libre, une combinaison d’UE à la carte.

Dans tous les cas, le concours Mines-Télécom vous garantit l’accès à plus de 250 options en France, sans compter celles à l’international. De quoi satisfaire toutes les aspirations.

3. Le cadre de vie

Les campus sont implantés aux quatre coins de la France, vous ouvrant le champ des possibles dans des villes à taille humaine ou les grandes métropoles de notre territoire. Ainsi, si vous avez envie de profiter de la mer, l’ENSTA Bretagne et l’ENSSAT sont à deux pas des côtes brestoises. Si vous optez plutôt pour Télécom Physique Strasbourg, l’établissement n’est qu’à quelques minutes de la frontière allemande et du centre-ville de Strasbourg, plein de charme avec ses célèbres maisons à colombages.

Quelles que soient vos affinités géographiques, toutes les grandes écoles du concours bénéficient d’un cadre agréable et d’équipements de pointe. À Télécom Nancy, inaugurée en 2007, vous n’êtes qu’à 1h30 en TGV de Paris. Le campus de 6 000 m2 a été conçu pour que la vie des élèves soit la plus agréable possible. Ils ont à disposition des espaces verts, une cafétéria, une médiathèque et bien évidemment, des équipements informatiques de pointe, car l’établissement forme de futurs ingénieurs du numérique.

Quant à ceux qui ont envie de voyager et de profiter d’une expérience à l’international, les écoles du Concours Mines-Télécom ont noué de solides collaborations avec des entreprises et d’autres établissements à l’étranger. Vous pourrez par exemple étudier en Allemagne, en Espagne, aux USA, en Chine et dans bien d’autres pays avec l’IMT Lille Douai ou IMT-BS, aux 140 accords de partenariats, ou effectuer une expérience professionnelle au-delà des frontières avec l’ENTPE.

Dans tous les cas, il est primordial de vous établir dans un environnement favorable à votre développement personnel. Votre vie et vos activités extra-scolaires vous permettront de construire ce que l’on appelle désormais communément les « soft skills[1] ». Il s’agira là d’un moyen de vous démarquer auprès des employeurs à la recherche de jeunes diplômés. Par conséquent, n’oubliez pas de vous renseigner sur la ville, son ambiance, ses activités sportives et culturelles en consultant les avis sur le web ou en discutant avec des étudiants déjà installés. Pour cela, pensez aux réseaux sociaux ou aux forums de discussions afin d’obtenir des retours d’expérience.

4. Les débouchés et partenariats avec les entreprises

Bien que cela puisse vous sembler encore lointain, lorsque vous choisirez votre formation, il est important d’en observer les débouchés. Mais quel que soit votre choix, les écoles du Concours Mines-Télécom ont à cœur d’accompagner et de préparer les étudiants au monde du travail. Cela passe notamment par des formations concrètes, en adéquation avec les besoins du marché. Avec l’aide du réseau des grandes écoles dont elles font partie, elles ont pu construire des partenariats avec de nombreuses entreprises de renom.

Tous les établissements accessibles via le concours ont vocation à faire de vous un ingénieur au cœur des enjeux majeurs de notre société et ainsi, vous permettre de profiter d’un avenir professionnel prospère. Ils balaient des domaines clés comme le numérique, l’industrie 4.0, les nouvelles énergies et matériaux, la sécurité, la santé, la mobilité ou encore l’urbanisme durable. Ce sont ces secteurs sur lesquels les regards sont tournés aujourd’hui et le seront d’autant plus demain.

Très concrètement, les écoles du Concours Mines-Télécom ont des résultats édifiants, avec notamment un délai de recherche d’emploi post-diplôme de 9 à 20 jours, pour un salaire moyen des jeunes diplômés supérieur à 40 k€ à l’année et des CDI à plus de 90 %.

[1] Une combinaison de compétences relationnelles, sociales, en communication, de traits de caractère ou de personnalité, d’attitude, etc.

Articles les plus lus

A la Une écoles d'ingénieurs

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !