Diplômés de grandes écoles, ils ont changé de voie

Par Emmanuel Vaillant, publié le 17 Février 2009
2 min

Ils ont rejeté les carrières toutes tracées qui s’offraient à eux pour suivre leur passion, leur engagement, leurs convictions… Récit et décryptage de parcours en rupture.

À l’âge de 28 ans, Quentin a choisi de démissionner d’un poste de consultant chez PricewaterhouseCoopers pour travailler dans une association de réinsertion par le sport de jeunes en difficultés sociales. Diplômé de HEC, avec un père énarque et deux frères sortis l’un de Centrale Paris, l’autre de l’ESSEC, le jeune homme a pris conscience qu’il n’était "pas fait pour rester dans l’univers du consulting". Deux expériences humanitaires pendant ses études, en Inde puis au Bénin,  ont sans doute contribué à faire vaciller un plan de carrière trop prévisible. Prêt à assumer les conséquences de son choix, dont une baisse de près de la moitié de son salaire, ce jeune homme explique simplement ce tournant : "Je veux porter des projets dans lesquels je me retrouve, des projets d’intérêt général."
 

"Se retrouver", "donner du sens à sa vie"…

 
voilà autant d’arguments avancés par ces diplômés qui décident de rompre avec un avenir (trop ?) bien assuré pour assumer un choix personnel a priori plus incertain, qu’il s’agisse d’un projet social, humanitaire, artistique, voire spirituel. Nombreux y pensent. Rares sont ceux qui passent à l’acte. Et pourtant, la tentation est forte.

Articles les plus lus

A la Une écoles d'ingénieurs

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !