Quels profils dans les écoles d’ingénieurs : de plus en plus d'admis sur titre

Par Sophie Blitman, publié le 03 Decembre 2012
4 min

Comme dans les écoles de commerce, la tendance est à la diversification des profils dans les écoles d’ingénieurs. Les titulaires d’un bac S et les sortants de CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles) restent majoritaires, mais les bacheliers technologiques, les diplômés d’IUT, de STS, voire de la fac, sont de plus en plus nombreux à intégrer ces grandes écoles, qu’elles soient à bac ou à bac+2.

Soucieuses d’attirer davantage de jeunes aux profils plus variés, les écoles d’ingénieurs ont largement développé ces dernières années les admissions dites parallèles. Ce qui ne signifie en aucun cas que la sélection est absente du processus d’intégration ! Les candidats sont recrutés soit sur concours, soit sur dossier et entretien. Explications.
  

Écoles après bac+2 : près d’un tiers d’admis sur titre

 

Encore souvent appelées “écoles après prépa”, les écoles qui recrutent après bac+2 n’accueillent en réalité que 71 % d’élèves issus de CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles). Si les écoles les plus prestigieuses n’intègrent qu’à la marge les étudiants qui ne sortent pas d’une maths spé, cette politique est loin d’être une généralité.
 
C’est ainsi que la proportion de taupins est parfois bien en-dessous de la moyenne générale des écoles, comme à l’ECPM Strasbourg (63 %), Chimie Mulhouse (51 %) et Chimie Rennes (54 %). Elle rassemble même une minorité d'élèves à l’ENSC-IP Bordeaux (39 %) mais surtout à l’ESAIP Angers (30 %), l’ESIX Normandie (28 %) et l’ENSISA Mulhouse (8 %).

Les étudiants intégrés dans le cadre des admissions parallèles sont principalement titulaires d’un DUT [diplôme universitaire de technologie] (12 % des effectifs de 1re année) : des profils souvent très pragmatiques appréciés des écoles d’ingénieurs. Celles-ci organisent généralement des cours de remise à niveau en maths et en physique afin de compenser d’éventuelles faiblesses théoriques.

Pour les BTS, y compris ceux passés par une classe préparatoire ATS (adaptation de technicien supérieur), l'admission est possible, quoique plus difficile (5 %). Phénomène moins connu, quelques étudiants sont passés par une prépa intégrée dans une école postbac (4%).

 
Écoles postbac : une petite moitié d’étudiants intégrés à bac+2

 

Alors qu’elles proposent un cursus en cinq ans, les écoles dites “postbac” ouvrent elles aussi très largement leurs portes aux titulaires d’un bac+2, qui entrent donc directement en première année du cycle ingénieur, où ils représentent 46 % des effectifs. Dans certains établissements, ils sont même majoritaires, comme à l’ESIEE Paris, l’ESITC Caen , l’ESIGELEC Rouen, ou encore dans toutes les écoles du réseau Polytech ainsi que dans les universités de technologie.
 
Les élèves issus d’une CPGE (classe préparatoire aux grandes écoles) et ceux provenant d’un DUT bénéficient en premier lieu de ces admissions sur titre, représentant chacun 17 % des entrants en troisième année. Les premiers bénéficient de solides connaissances théoriques, tandis que les seconds peuvent mettre en avant leurs compétences techniques, notamment en travaux pratiques.

Beaucoup d’écoles prévoient en outre un “sas” d’adaptation pour ces élèves qui n’ont pas suivi le cycle préparatoire intégré. Objectif : combler les éventuelles lacunes et préparer les élèves à rejoindre le reste de la promotion, déjà habituée à l’esprit et à la culture propres à une école d’ingénieurs.



D’où viennent les élèves des écoles d’ingénieurs ?
Le tableau ci-dessous indique la répartition des élèves inscrits en première année de cycle ingénieur à la rentrée 2012, par origine de formation.

Dans les écoles postbac, un peu moins de la moitié des étudiants ne sont pas entrés après le bac mais après un bac+2 ou un bac+3 (pour un tiers ils sont issus de prépa ou de DUT).

Dans les écoles à bac+2, la prépa reste la voie royale, mais un peu moins d’un tiers des élèves est passé par une autre voie.

  Écoles postbac Écoles après bac+2 Toutes écoles
confondues
Part d’étudiants (1re année cycle ingénieurs) issus de prépas intégrées 54 % 4 % 28 %
Part d’étudiants (1re année cycle ingénieurs) issus de CPGE (hors ATS) 17 % 71 % 45 %
Part d’étudiants (1re année cycle ingénieurs) issus de classes ATS 2 % 2 % 2 %
Part d’étudiants (1re année cycle ingénieurs) issus de BTS 3 % 4 % 4 %
Part d’étudiants (1re année cycle ingénieurs) issus de DUT 17 % 12 % 14 %
Part d’étudiants (1re année cycle ingénieurs) issus de licence 5 % 4 % 5 %
Autres 2 % 3 % 3 %


Articles les plus lus

A la Une écoles d'ingénieurs

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road