1. Supérieur
  2. Écoles d'ingénieurs
  3. Ingénieur : de jeunes professionnels témoignent
  4. Jeunes diplômés ingénieurs : des rencontres et des échanges permanents
Témoignage

Jeunes diplômés ingénieurs : des rencontres et des échanges permanents

Envoyer cet article à un ami

Récemment insérés dans la vie active, des jeunes professionnels racontent leur intégration. Comment se passe leur travail au quotidien ? Qu’est-ce qui les passionne ? Quelles sont les clés de leur réussite ? Sans édulcorer la réalité, ils vous confient ce qui constitue les avantages et les contraintes de leur profession.

Sébastien Crasez, ingénieur travaux chez SACER Paris-Nord-Est (groupe COLAS). Diplômé d’Arts et Métiers ParisTech (2011).

Après un bac scientifique puis une classe préparatoire (PTSI), j’ai intégré sur concours l’école d’ingénieurs Arts et Métiers ParisTech. Mon diplôme en poche, j’ai rejoint en CDI SACER Paris-Nord-Est, entreprise de travaux publics (une filiale du groupe COLAS), en qualité d’ingénieur travaux. J’ai d’abord effectué un tour de France en trois étapes, au sein d’agences travaux SACER. Ce parcours, appelé Trajectoires, m’a permis d’apprendre sereinement mon métier et de m’imprégner de la culture de cette entreprise.

Je suis aujourd’hui ingénieur travaux. Ce métier est complet. Il commence par la préparation des chantiers : analyse des travaux à réaliser, intégration de la dimension sécurité du chantier, estimation des besoins humains et matériels, démarches administratives... Puis, il faut suivre le chantier lancé : bonne réalisation des travaux, application des consignes de sécurité, respect des délais, suivi budgétaire, relationnel avec ses équipes et les clients...
  

Organisation et réactivité

 

Plusieurs qualités sont indispensables pour s’épanouir à ce poste. Tout d’abord, il faut être organisé pour pouvoir gérer simultanément plusieurs ­chantiers. Ensuite, il est indispensable de savoir communiquer avec ses clients, ses équipes et tous les métiers de l’entreprise (bureau d’études, service administratif, etc.). Enfin, une grande réactivité permet de régler très vite les pro­blèmes de chantiers auxquels nous sommes régulièrement confrontés.

 
Un seul conseil : foncez !

 
Le métier de conducteur de travaux permet ­d’être autonome dans le pilotage des travaux à réaliser, tout en partageant son temps entre le terrain et le bureau. Ce qui diversifie le quotidien. Nous sommes de véritables chefs d’orchestre des chantiers. Il faut néanmoins être conscient que ce travail est prenant et demande donc beaucoup d’investissement. Au vu de mon parcours, je conseille aux étudiants intéressés par ce métier de foncer ! C’est une profession unique, où les échanges et les rencontres sont permanents. Avec humilité, nous côtoyons des personnes de tous horizons, ce qui est très enrichissant.

Pour aller plus loin : Futurs ingénieurs, quels sont les secteurs les plus porteurs pour vous ? / Métiers d’avenir… si vous aimez inventer l’avenir / Les métiers de l'ingénieur expliqués / Ingénieurs : une même formation, des métiers différents

Sommaire du dossier
Retour au dossier Jeunes diplômés ingénieurs : apprendre, pour chaque nouveau projet Jeunes diplômés ingénieurs : des rencontres et des échanges permanents Jeunes diplômés ingénieurs : privilégiez les stages proches du terrain Jeunes diplômés ingénieurs : travailler sur des projets innovants Jeunes diplômés ingénieurs : évoluer dans un environnement dynamique Jeunes diplômés ingénieurs : une prise de responsabilités managériales très rapide Jeunes diplômés ingénieurs : pas de place pour la monotonie Jeunes diplômés ingénieurs : une montée en compétences plus rapide pour les consultants